BFM Business

Twitch propose de nouveaux outils pour lutter contre le harcèlement

Une manette de jeu avec le logo de Twitch en fond, le 15 juin 2021 à Toulouse

Une manette de jeu avec le logo de Twitch en fond, le 15 juin 2021 à Toulouse - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP

La plateforme de streaming se dote d'un outil de modération plus efficace pour contrer les raids de haine, qui pullulent depuis cet été. Un pas en avant très attendu de la part des utilisateurs.

En réponse à l'appel, maintenant de longue date, de ses utilisateurs, Twitch s'est enfin exprimé pour proposer de nouveaux outils de modération. La plateforme fait face, depuis quelques mois, à de nombreuses critiques envers sa politique de modération, qui laisse passer un grand nombre d'injures, de discrimination, et de "raids de haine".

Ces attaques ciblées, consistent à lancer de nombreux "bots" (ou comptes robots) pendant la diffusion d'un utilisateur, dans le but de lui nuire. Ces raids de haine sont souvent à visée raciste ou sexiste, et de plus en plus d'utilisateurs en font l'objet, alertant Twitch depuis de longues semaines sur ce fléau.

Une authentification renforcée

Pour le contrer, la plateforme a mis en place un système d'authentification via numéro de téléphone portable. Elle l'a annoncé dans un article de blog, le 29 septembre. Ainsi, pour interagir dans le chat, les utilisateurs devront fournir leur numéro - une option permet également le même système, mais avec une adresse email.

Les streameurs auront le choix entre plusieurs critères, notamment le délai nécessaire d'abonnement avant de demander une authentification. Par exemple, s'ils le souhaitent, ils peuvent choisir de ne le demander qu'aux abonnés récents - de quelques jours, ou même quelques heures.

Fléau difficile à contenir

Il reste toutefois possible d'associer jusqu'à cinq comptes pour un numéro. Cependant, si un compte se fait bannir, tous ceux qui y sont associés le seront également. Dans son communiqué, Twitch admet la difficulté de maîtriser ces nouveaux fléaux en ligne, conscient que leurs outils ne seront jamais efficaces à 100%.

La situation est tellement critique pour les utilisateurs que ces derniers ont lancé un boycott mondial de la plateforme, sous le hashtag #ADayOffTwitch (un jour sans Twitch). De nombreux streameurs, majoritairement américains mais aussi quelques personnalités françaises, se sont tenus loin de leur activité pendant 24 heures.

Début septembre, la plateforme a déposé plainte contre deux individus liés à des centaines de comptes, et responsables de très nombreux raids de haine. Pour continuer leur activité, les deux internautes proliféraient en créant systématiquement des comptes à suite de tout bannissement.

Victoria Beurnez