BFM Business

Pour installer son siège berlinois, Google se voit proposer l’ancien QG de la Stasi

L'ancien QG berlinois de la Stasi

L'ancien QG berlinois de la Stasi - Musée de la Stasi

Son projet d’installation dans le centre de Berlin se heurtant à un mouvement de protestation, un élu local suggère à Google d’intégrer le siège historique de la police politique de l’ex-RDA.

C’est un bâtiment gris et triste comme il s’en est construit des centaines dans le Berlin de l’après-guerre. Certains touristes ne s’aventurent dans le gigantesque quartier populaire de Lichtenberg que pour en visiter l’une de ses ailes où a été aménagé le musée de la Stasi. Et c’est dans ce même immense bâtiment qu’un élu berlinois suggère à Google d'installer son "campus", rapporte le quotidien allemand Berliner Zeitung. Faute de mieux.

Google voulait s'installer dans le quartier "bobo"

En 2016, le géant américain Google a annoncé son intention d’installer à Kreuzberg, dans l’un des quartiers les plus "bobos" de la capitale allemande, 3000 m2 de bureaux et cafétérias au sein desquels le géant américain voulait installer ses équipes ainsi que des start-ups. A l’instar de ce qu’il a déjà fait à Londres, Madrid, Sao Paulo, Séoul, Tel Aviv et Varsovie. Las. Après deux ans de manifestations en tous genres, les opposants à ce projet ont fait plier Google. Le 24 octobre, le groupe a annoncé qu’il renonçait à son projet de campus.

Une décision à laquelle ne se résolvent pas une partie des élus de la ville. L’un d’entre eux, membre de la CDU (parti chrétien démocrate d’opposition municipale), suggère donc à Google d’intégrer l’ancien siège de la Stasi. Une proposition audacieuse que ne rejette pas le maire du district, membre du parti de gauche (Die Linke) allié, avec les verts, de Michaël Müller, le maire social-démocrate de la ville. Pour l’heure, Google n’a pas réagi à cette suggestion. 

Pierre Kupferman