BFM Business

Nao, le fleuron de la robotique à la française

Après avoir fait montre de ses prouesses devant le président le la République, Nao a eu droit à son petit câlin.

Après avoir fait montre de ses prouesses devant le président le la République, Nao a eu droit à son petit câlin. - -

Le petit robot humanoïde Nao, conçu par la société française Aldebaran, pourrait devenir le nouveau partenaire des enfants malades et des personnes âgées.

Gymnastique, football et danse, Nao sait faire beaucoup de choses. Mais sa qualité première est l'aide aux soins des enfants malades et des personnes âgées ou handicapées. Le robot a été programmé pour améliorer leur quotidien.

"Sa fonction principale est l'interaction avec les gens. On veut que ce soit un compagnon qui soit toujours auprès de vous pour prendre soin de vous", explique Rodolphe Gelin, directeur de la recherche Aldebaran Robotics.

Des robots pour soutenir psychologiquement

Pour les enfants atteints de maladie spécifique, comme le diabète, les robots constituent un soutien psychologique.

"Les enfants non seulement sont traumatisés, mais ils doivent aussi apprendre à vivre avec leur maladie et donc être éduqués. L'idée est que le robot non seulement soit perçu comme un compagnon pour l'enfant, mais aussi qu'il puisse avoir une fonction éducative", explique Tony Belpaeme, coordinateur du projet Nao à Plymouth au Royaume-Uni, dans LeMonde.fr.

Un développement encore limité

Les enfants apprennent mieux et plus facilement. Un robot comme Nao les aide "à retrouver de l'estime", poursuit Tony Balpaeme, mais "on est plus proche d'un programme de coaching que du robot tel qu'on le fantasme", remarque Pierre-Yves Oudeyer, chercheur en robotique.

La firme française Aldebarran Robotics pense déjà à un concept amélioré de Nao. Le robot Roméo proposera des applications de services plus poussées. L'humanoïde de 140 centimètres sera en mesure de jouer un rôle d'assistant complètement fonctionnel pour les personnes en perte d'autonomie, révèle l'entreprise. Il pourrait être mis sur le marché à l'horizon 2015.

Soufiane Naaïmi