BFM Tech

Crtl+Alt+Suppr: les internautes moquent le mea culpa de Bill Gates

Bill Gates a reconnu que le raccourci Crtl+Alt+Suppr était une erreur.

Bill Gates a reconnu que le raccourci Crtl+Alt+Suppr était une erreur. - -

Bill Gates a reconnu que la combinaison de touches, peu pratique, était une erreur. Un aveu qui fait sourire et parfois rire jaune les utilisateurs de Windows, pour qui le système d'exploitation comporte bien plus d'erreurs.

"Au lieu de s’excuser pour le Crtl-Alt-Supp, Bill Gates ferait mieux de s’excuser pour Windows". Le ton est lancé sur Twitter et les réseaux sociaux. Les utilisateurs du système d’exploitation moquent le président de Microsoft, après son mea culpa sur le raccourci Crtl+Alt+Suppr.

Au lieu de s'excuser pour le ctrl-alt-supp, Bill Gates ferait mieux de s'excuser pour Windows.
— Florian Vorsakõv (@iamMrBlonde) September 27, 2013

Crtl+Alt+Suppr, c’est la combinaison de touches qui permet, à l’origine, de démarrer un ordinateur sous Windows. Depuis, c’est devenu le moyen d’accéder au gestionnaire de tâches et de fermer des applications récalcitrantes. Oui mais voilà Crtl+Alt+Suppr n'aurait jamais dû exister.

Bill Gates a reconnu lors d’une conférence à Harvard que la combinaison des trois touches n’est pas vraiment intuitive ni pratique pour l’utilisateur. En cause? Les claviers IBM. Le constructeur du clavier chez IBM a en effet refusé de créer de un bouton unique.

L’audience à Harvard n’a pas manqué de rire à cette confession du président de Microsoft. Sur Internet, les utilisateurs ont bien moqué la déclaration en pointant du doigt les problèmes globaux du système d’exploitation: "Bill Gates vient de m’appeler, il s’excuse pour Windows", ou encore "Bill Gates reconnaît son erreur. Il doit rembourser tous les cafés renversés."

Bill Gates vient de m'appeler, il s'excuse pour Windows.
— Petula Moore (@PetulaMoore) September 26, 2013

Certains louent toutefois l’erreur, affirmant qu’"il est bien plus sûr de presser trois boutons plutôt qu’un, cela donne plus de temps pour réfléchir". A l’époque, le raccourci Crtl+Alt+Suppr avait d’ailleurs permis au concepteur du clavier d’accéder à la gloire parmi les programmeurs, car il permettait de ne pas avoir à redémarrer manuellement l’ordinateur.

It is far safer to have to press three buttons than just one Bill for this gives time for thought as one button... http://t.co/zsATp6YXEX
— Carl Barron (@agpcuk) September 27, 2013

Audrey Dufour