La nouvelle législation européenne a encore eu peu d'effets sur ce partage de données.
 

En proposant des paramétrages par défaut "intrusifs", qui laissent peu de choix en termes de confidentialité, Facebook et Google poussent les utilisateurs à partager leurs informations malgré la nouvelle législation européenne, estime une étude publiée mercredi. 

Votre opinion

Postez un commentaire