BFM Business

Facebook bannit les "blackfaces" de son réseau

Les "blackfaces" ne seront plus acceptées sur le réseau.

Les "blackfaces" ne seront plus acceptées sur le réseau. - AFP

Le réseau social met à jour sa politique sur les contenus haineux et annonce avoir supprimé, en trois mois, 22,5 millions de publications contraires à ses règles de modération.

Le boycott de Facebook par plus d'un miller d'annonceurs, pour sa modération hasardeuse des contenus haineux et racistes, porte ses fruits. Le plus gros réseau social au monde a décidé de serrer encore davantage la vis sur les contenus bannis de sa plateforme.

De nouveaux contenus spécifiques ne seront plus les bienvenus sur la plateforme. Parmi eux, les images de "blackfaces" (visages maquillés en noir), une pratique raciste. Seules les publications réalisées pour nuire, et non les photos de personnalités ayant réalisé une blackface par le passé, seront automatiquement bannies de Facebook.

Les stéréotypes antisémites associant les Juifs à l'argent et au pouvoir, ainsi que les contenus dégradants à l'égard des musulmans, des mexicains, transgenres, non binaires, ou tout propos visant à objectifier les femmes font eux aussi partie des contenus proscrits.

Une liste à compléter

Facebook entend, à terme, élargir cette liste de contenus interdits. L'entreprise a consulté une soixantaine de parties prenantes, dont des ONG, à travers le monde, afin d'établir une liste de stéréotypes préjudiciables envers certains groupes ou minorités.

La plateforme indique par ailleurs avoir affiné son signalement des informations trompeuses, qui comprennent les photos et vidéos manipulées ou éditées de façon à induire le public en erreur.

L'un des exemples les plus parlants en la matière reste une vidéo relayée par Donald Trump en mars, et tronquée de façon à faire croire que Joe Biden, candidat à l'investiture démocrate, appelait à voter pour lui pour la prochaine élection présidentielle américaine. Le contenu avait à l'époque été épinglé par Twitter, puis par Facebook.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech