BFM Business

Apple retarde la mise en place de ses nouveaux outils contre la pédopornographie

Un Apple store.

Un Apple store. - dr

Interpellé par l'inquiétude des défenseurs de la vie privée sur internet, le groupe a indiqué "prendre du temps" pour repenser ses outils.

Apple a annoncé vendredi qu'il allait retarder la mise en place de ses nouveaux outils controversés de protection contre la pédopornographie, accusés par certains d'entamer la confidentialité de ses appareils et services.

"Sur la base des remarques des clients, des groupes de défense des droits, des chercheurs et d'autres, nous avons décidé de prendre du temps supplémentaire au cours des prochains mois pour recueillir des commentaires et apporter des améliorations avant de rendre publiques ces importantes fonctionnalités de protection des enfants", écrit le groupe dans une note sur son site.

Des craintes pour la vie privée

Le géant américain de l'informatique, qui a fait de la protection des données de ses utilisateurs un argument de vente majeur ces dernières années, avait dévoilé début août de nouveaux outils conçus pour mieux repérer les images à caractère sexuel impliquant des enfants, sur son serveur iCloud et sur la messagerie iMessage pour les comptes d'enfants liés à un abonnement familial.

Apple, qui avait jusqu'à présent tenu tête à tous ceux qui essayaient de contourner son système de cryptage pour avoir accès à des messages privés, a assuré que les nouveaux algorithmes ne rendaient pas le système moins sûr ou confidentiel.

Mais les spécialistes du cryptage et de la vie privée craignent que ce genre d'outils puissent être utilisés à d'autres fins.

Le fait de pouvoir intervenir, de quelque façon que ce soit, sur la messagerie iMessage, remet par exemple en cause le fait que les contenus sont sensés être cryptés de bout en bout, craignent-ils. C'est, pour plusieurs experts, une porte ouverte à de la surveillance ou de la censure.

Une lettre ouverte

Une lettre ouverte contre ces technologies a été signée par diverses ONG et plus de 7.700 personnes, dont l'ancien informaticien de la CIA et lanceur d'alerte Edward Snowden.

Apple avait annoncé initialement vouloir installer ses nouveaux outils lors des prochaines mises à jour des systèmes d'exploitation sur les iPhone, iPad, iWatch et iMac aux Etats-Unis.

En repoussant ce moment, la marque à la pomme semble faire une nouvelle concession à ses critiques alors qu'elle est attaquée sur plusieurs fronts et se retrouve sous la pression des régulateurs et tribunaux de plusieurs pays.

Le groupe a notamment annoncé la semaine dernière qu'il allait permettre aux éditeurs d'applications mobiles de proposer à leurs clients des moyens de paiement en-dehors de l'App Store, un changement radical pour la firme de la Silicon Valley.

Victoria Beurnez avec AFP