Tech&Co
Données personnelles

Reconnaissance faciale: la Grèce inflige 20 millions d'euros d'amende à l'entreprise Clearview

Intelligence artificielle et reconnaissance faciale au CES de Las Vegas en janvier 2019

Intelligence artificielle et reconnaissance faciale au CES de Las Vegas en janvier 2019 - DAVID MCNEW © 2019 AFP

L'entreprise américaine, sous le feu de nombreuses procédures judiciaires, n'en est pas à sa première amende. Elle est accusée de collecter des données personnelles sans aucun consentement.

C'est une nouvelle condamnation pour Clearview AI. L'entreprise américaine, spécialisée dans la reconnaissance faciale, vient d'être condamnée à 20 millions d'euros d'amende par le gendarme des données personnelles grec.

Il lui est reproché d'utiliser les données personnelles de millions d'internautes sans leur consentement, afin de muscler sa base de donnée sur lequel repose son outil de reconnaissance faciale.

Aux côtés de cette amende est inscrite l'obligation de supprimer toutes les données déjà collectées. Il s'agit de données de reconnaissance du visage, de l'iris ou encore des empreintes digitales, collectées via des méthodes non transparentes. On estime à 10 milliards le nombre d'images de visages qu'elle aurait ainsi amassées.

De nombreuses poursuites

Clearview est une entreprise qui propose un logiciel de reconnaissance faciale. Si elle est particulièrement controversée, c'est parce que ce logiciel est constitué d'une base de données de millions de photos et vidéos collectées illégalement en ligne, notamment sur les réseaux sociaux. Aucun consentement des internautes n'est recueilli par Clearview.

Pour cette raison, l'entreprise fait l'objet de plusieurs procédures judiciaires. Pour cla, elle a du cesser de proposer ses outils de reconnaissance à la vente aux Etats-Unis depuis la mi-mai 2022. Dans le même temps, Clearview a offert son logiciel de reconnaissance faciale à l'Ukraine, dans le cadre de la guerre qui y sévit.

La Grèce n'est pas le premier pays à lui infliger une telle amende. En Italie, Clearview a du débourser 20 millions d'euros pour les mêmes raisons. Au Royaume-Uni, l'amende de 7,5 millions d'euros était accompagnée d'une obligation de suppression de toutes les données collectées sur les britanniques. En France, elle a fait l'objet d'une mise en demeure auprès de la Cnil.

Victoria Beurnez