BFM Immo

Ces villes où louer un appartement meublé revient moins cher qu'un logement vide

Dans certaines villes, les loyers sont moins chers en meublé qu'en location nue

Dans certaines villes, les loyers sont moins chers en meublé qu'en location nue - AFP

Amateurs de meublés, les bonnes affaires sont au rendez-vous dans certaines villes de France. Dans son baromètre des loyers du mois d’avril, SeLoger a repéré les communes plus de 100.000 habitants où les loyers de meublés sont inférieurs à leurs homologues vides.

Traditionnellement, il est de bon ton d’affirmer que le prix affiché d’une location meublée est en moyenne 10% plus élevé qu’un bien identique mais vide. Pour le bailleur, opter pour une location meublée est une aubaine financière et fait figure de "treizième mois". Mais si dans plusieurs villes de France, cette constatation tend à se vérifier, dans d’autres villes de plus de 100.000 habitants en revanche, les prix des locations meublées sont inférieurs aux prix des locations nues, selon des données du baromètre des loyers de SeLoger.

Ainsi, sur les 40 villes étudiées, 7 affichent des loyers moyens pour un meublé inférieurs à ceux d'une location vide. Par ailleurs, 12 d'entre elles affichent un écart assez restreint, entre 1% et 4%. Reste donc 21 communes dans lesquelles cette différence reste plus marquée (4% et plus).

Comment interpréter cette "curiosité" de marché? SeLoger avance quelques éléments pouvant expliquer ce phénomène. Le portail de petites annonces observe un afflux inédit de biens meublés normalement dédiés à la location saisonnière sur des plateformes type Airbnb. Avec des voyageurs d’affaires et des touristes aux abonnés absents et des étudiants retournés chez leurs parents du fait de la pandémie de Covid-19, l’offre locative des logements meublés a littéralement explosé sur un an. D’après ce même baromètre, le volume d’annonces de meublés disponibles sur le site Seloger.com a d’ailleurs quadruplé à Bordeaux (+324 %) et Amiens (+323 %) voire quintuplé à Paris (+365%) sur la période.

>> Partenariat BFM : Comment investir dans l’immobilier avec les SCPI de rendement Corum

Et pourtant, cette hausse de l’offre de logements meublés n’a pas entraîné une baisse de leurs loyers dans plusieurs villes de France. "Pour amortir la perte de loyer potentielle entre le bail saisonnier (les locations Airbnb, NDLR) - nettement plus rémunérateur - et le bail classique (location meublé de long terme, NDLR), les propriétaires sont tentés depuis un an de gonfler les loyers", explique Florent Guiocheau, responsable data du groupe SeLoger. C'est par exemple le cas dans des villes moyennes comme Dijon (+7,9% pour les loyers moyens des meublés sur un an) ou Reims (+5,7%).

Nantes, Rennes, Argenteuil : le trio de tête des villes les plus attractives

Alors, quelles sont ces villes où se loger en meublé est bien plus intéressant que via une location classique? Les bonnes affaires sont à trouver du côté de l’Ouest de la France. A Nantes, le loyer moyen pour un meublé (charges comprises) est de 663 euros, soit 6,9% moins cher qu’une location nue (712 euros). A Rennes, la différence est de 4% à 607 euros pour une location meublée (contre 632 euros pour un logement meublé) tandis qu’à Argenteuil, un locataire profitera d’un écart de 3,5% entre un loyer pour un meublé (793 euros) et un logement vide (823 euros).

On retrouve ensuite Brest avec un loyer moyen (charges comprises) d’un logement meublé (555 euros) 2,6% inférieur à celui d’une location nue (595 euros). Cette tendance est à mettre en perspective avec une hausse de 7,7% des loyers des biens loués vides entre les mois d’avril 2020 et d’avril 2021. A Besançon le rabais moyen, toujours charges comprises, ressort à 2,3% à 581 euros. Montreuil (-1,1%) et Amiens (-0,5%) ferment la marche des villes où les loyers moyens des logements meublés sont plus attractifs qu'en location nue.

Lyon, Toulouse et Strasbourg : le meublé a un coût

Inversement, Lyon ne sera pas la meilleure destination pour poser ses valises dans un logement meublé. La cité des Gones est en tête des villes de plus de 100.000 habitants où la "surprime" pour louer des appartements meublés est la plus élevée. Pour profiter d’un logement meublé, il faudra débourser en moyenne 17,7% de plus que pour une location nue, avec un loyer de 1.018 euros charges comprises (contre 865 euros en location vide). A Toulouse, la différence est sensiblement la même (+17,3% pour un loyer meublé moyen de 766 euros) tandis qu’à Strasbourg, un locataire privilégiant un appartement meublé devra mettre en moyenne 2,3% de plus (813 euros) que pour un appartement vide (726 euros). Dans ces grandes métropoles, les propriétaires de meublés saisonniers de courte durée ont dû augmenter leurs loyers pour compenser la perte liée à l’absence de voyageurs d’affaire et des étudiants.

Dans la capitale, la différence ressort à 11,2% entre un loyer moyen d’une location meublée (1.795 euros) et une location nue (1.613 euros). Des écarts importants sont aussi visibles à Annecy (+10,1% à 903 euros), Aix en Provence (+9,1% à 905 euros) et Le Mans (+8,7% à 556 euros).

Une normalisation en cours

Pour les logements vides, "la demande est en croissance continue dans un marché où l’offre est plutôt stable. Les loyers restent sur une trajectoire globale de hausse de 1 à 2% en moyenne en France", explique Florent Guiocheau. La location reste pour lui une "option intéressante" qui offre davantage de flexibilité que l'achat pour des personnes souhaitant s’acclimater dans une nouvelle région. Ce phénomène est encore plus visible depuis les divers confinements et l’essor du télétravail. Les Français ont tendance à s’éloigner des grands centres villes pour profiter d’une meilleure qualité de vie et de loyers plus abordables pour une plus grande surface.

Quant aux logements meublés, le marché devrait se normaliser avec des prix des loyers qui devraient revenir à des niveaux de fin 2019 - début 2020. Seloger constate déjà cette inversion à Bordeaux, Rennes, Amiens ou encore Paris. A Bordeaux, le loyer moyen (charges comprises) pour un meublé est en repli de 6,7% sur un an suivi de Brest (-4,7% sur un an), Paris (-4,5%) ou Annecy (-2,6%).

Par Sabrina Sadgui pour BFM Immo

BFM Immo