BFM Immo

Après avoir été bouleversé par la crise, le marché de la location meublée se normalise progressivement

La location meublée a été bouleversé avec la pandémie

La location meublée a été bouleversé avec la pandémie - AFP

Avec des touristes aux abonnés absents, l'offre pour des locations meublées sur longue durée a explosé en quelques mois. Ce qui a parfois entraîné des loyers moins chers en meublé qu'avec une location vide dans certaines villes. Mais le marché commence à se normaliser.

Depuis le début de la crise sanitaire, il y a eu une explosion du marché de la location meublée sur longue durée. En effet, tous ceux qui louaient sur des plateformes de location saisonnière comme Airbnb ou Abritel, faute de touristes, sont revenus sur le meublé traditionnel. Cet afflux d'offres a eu une répercussion réelle sur les loyers, en particulier dans les villes habituellement très tendues.

Ainsi, d'après les données de SeLoger, à Bordeaux les loyers des meublés y reculent de 6,7% sur un an (entre avril 2020 et avril 2021). A Paris, le recul est de 4,5% sur un an et à Marseille de 2%. Il y a même des villes où les loyers des logements meublés sont devenus plus faibles que ceux des logements vides, notamment à l'Ouest. C'est le cas notamment à Nantes, Rennes ou Brest. On trouve même cette "anomalie de marché" en banlieue parisienne comme à Montreuil ou Argenteuil.

Dans la capitale, il y a encore quelques mois, les logements meublés affichaient eux aussi un loyer inférieur à ceux des logements vides. Mais ce n'est plus le cas. Le meublé est de nouveau plus de 11% plus cher que le vide. Le marché est bien en train de se normaliser.

Une "normalisation" que constate aussi Lodgis, spécialiste des meublés. Ce dernier constate clairement un redémarrage de la demande. Au dernier pointage, Lodgis enregistre une hausse du nombre de locations meublées signées en Ile-de-France de 32,6% sur un an au premier trimestre.

Le retour des professionnels en mobilité

Chez Lodgis la baisse des loyers a été très forte dans la région. Sur un an, les loyers des meublés sont toujours en repli de 8,5%. Pour autant, il s'est bel et bien passé quelque chose depuis le début de l'année. Car si on regarde uniquement l'évolution 2021, on voit cette fois une hausse des loyers meublés de 1,4% entre la fin d’année 2020 et le premier trimestre 2021. Une évolution de nouveau positive qui repose essentiellement sur la reprise de Paris intramuros.

Car si l'offre a explosé, la demande commence enfin à revenir. La part des professionnels en mobilité est repartie à la hausse: +6% sur un an. Elle représente 59% du marché de la location meublée. Autre élément de "normalisation": la durée des baux signés dans le meublé qui repart à la hausse. En outre, le bail "résidence principale" est de nouveau le plus utilisé (près de 33% du marché), devant le bail mobilité à 30%.

Marie Coeurderoy édité par J.L.D.