BFM Immo

Les acheteurs immobiliers de plus en plus nombreux à regarder les petites villes

Les acheteurs se tournent vers les petites villes

Les acheteurs se tournent vers les petites villes - Pixabay

Une étude SeLoger montre que 48% des acheteurs orientent leur recherche vers une agglomération de moins de 20.000 habitants. Ils n'étaient que 16% en mai.

C'est la revanche des petites villes. Une étude SeLoger montre que les petites agglomérations attirent de plus en plus. 48% des acheteurs orientent leur recherche immobilière vers une agglomération de 20.000 habitants. Ils n'étaient que 16% en mai dernier.

Parmi ces 48% de candidats à l'achat attirés par ces villes de moins de 20 000 habitants, ils sont désormais 33% à cibler une petite ville (de 2.000 à 20.000 habitants), contre 12% en mai dernier. "Mais cette envie de s’éloigner des grandes villes booste aussi les recherches en zone rurale (moins de 2000 habitants) attirant près de 15% des futurs acquéreurs alors qu’ils n’étaient que 4 % en mai dernier", note SeLoger. Dans le même temps, Paris a connu une forte baisse d'attractivité (4% d’intentions d’achat en février 2021, soit une baisse de -20 points vs mai 2020). Même constat dans les grandes villes (de 60.000 à moins de 100.000 habitants : 9%, en baisse de -6 points) mais aussi un sérieux recul de l’intérêt porté aux villes moyennes (de 20.000 à 60.000 habitants : 19%, -9 points).

Les Franciliens moins chauvins

Séverine Amate, porte-parole du Groupe SeLoger, constate: "Même si les télétravailleurs sont plus attirés par les zones urbaines, force est de constater que l’expérience du distanciel les fait réfléchir : 27% d’entre eux envisagent désormais la localisation géographique de leur futur bien différemment (plus à la campagne par exemple, en dehors des grandes agglomérations)". Et elle ajoute: "L'étude SeLoger montre qu'1 futur acquéreur d'une résidence principale sur 4 qui souhaite quitter l’Ile-de-France compte s’installer en zone rurale (soit 25% vs 2% de ceux qui comptent y rester) et 39% ciblent une ville de moins de 20 000 habitants (vs 19%)". Les acquéreurs recherchent des maisons à 53%, contre seulement 46% en 2019. De plus, 54% des acquéreurs déclarent prêter désormais une attention toute particulière à la qualité de la connexion Internet dans la recherche de leur futur bien.

Les Franciliens sont moins chauvins qu’avant la crise. Selon l'étude perception réalisée par SeLoger en février dernier, 75 % des porteurs d'un projet immobilier résidant en Île-de-France cherchaient à acheter dans leur région en février 2021, contre 86 % en février 2020. Les déserteurs se tournent notamment vers les régions Centre-Val-de-Loire, Normandie et Bourgogne-Franche-Comté et c’est d’ailleurs la Normandie qui se place en tête des recherches globales en 2020, faisant d’elle la région la plus attractive de France cette année.

Méthodologie : Étude réalisée par SeLoger via son Observatoire SeLoger du Moral Immobilier en collaboration avec OpinionWay du 9 au 23 février 2021 auprès de 2 402 futurs acquéreurs d'un bien immobilier. L'Observatoire du Moral Immobilier existe depuis 2011 et comptabilise 10 ans d'expertise dans l'étude de la psychologie des porteurs d'un projet immobilier. L'étude s'appuie ici sur une analyse en historique par rapport aux vagues 2020 pour dresser un bilan de cette année covid concernant le moral des porteurs d'un projet immobilier et l'impact sur leurs comportements de recherche.

D. L.