BFM Immo

L'heure n'est plus aux hausses rapides de loyers

BFM Immo
« Le temps des hausses rapides de loyer est maintenant terminé », a indiqué mercredi l’économiste Michel Mouillart, à l’occasion de la présentation de la dernière édition de l’observatoire Clameur sur les loyers du marché locatif privé en France. L’étude montre que la progression annuelle des loyers était limitée à +2.1% en août 2008, contre +2.7% un an plus tôt et … +4.7% en 2005 à la même époque.

« Il est vrai que la demande paraît aujourd’hui moins vigoureuse qu’auparavant », explique Michel Mouillart. En cause « les incertitudes économiques et la faible progression de leurs revenus », qui « n’incitent guère les ménages à l’optimisme et ont pesé lourdement sur leur moral ». On observe même des baisses de loyers dans près d’un quart (23.6%) des villes étudiées. C’est notamment le cas de Lyon, où les loyers affichent un repli de 0.6% sur les huit premiers mois de l’année par rapport à la même période de 2007, mais également de Marseille (-0.8%), Strasbourg (-1.2%), Nice (-1.9%), ou encore Bordeaux (-2.6%). Ailleurs, l’ampleur de la hausse des baux varie, entre +0.1% à Grenoble et +8.3% à Bourges, en passant par des progressions de +0.4% à Rennes et Dijon, +0.6% au Mans, +1.5% à Clermont Ferrand, 2.5% à Toulouse ou 5.5% à Biarritz.

Clameur constate également une poursuite du ralentissement de la mobilité résidentielle déjà observé en 2007. En août (sur huit mois), celle-ci s’établit à 28.7%, « à un de ses plus bas niveaux depuis dix ans », contre 30.7% en 2007 à la même époque et 32.5% en août 2004. Ce repli du marché correspond à une contraction de l’activité de l’ordre de 75 000 logements par an.

E.S.

BFM Immo