BFM Immo

L'entreprise qui entretient l'équipement d'un immeuble en est responsable en matière de sécurité

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Damien Meyer - AFP

Un habitant avait été blessé en manipulant une porte automatique de garage qui fonctionnait mal. L'entreprise estimait ne pas être responsable.

Les habitants utilisant un équipement à fonctionnement automatique dans un immeuble doivent bénéficier d'une sécurité particulièrement sûre et l'entreprise chargée de l'entretien périodique est tenue d'une obligation de sécurité "de résultat". Il ne suffit pas, pour écarter sa responsabilité, qu'elle prouve avoir exécuté ses obligations de son mieux ou conformément à la réglementation, juge la Cour de cassation.

En effet, si l'obligation de sécurité "de moyens" met à la charge du responsable de la sécurité l'obligation de faire tout son possible pour éviter un accident et si elle n'engage cette responsabilité qu'en cas de faute, l'obligation de sécurité de résultat implique une responsabilité automatique de cette entreprise en cas d'accident puisque aucun accident ne doit se produire.

Obligation de résultat

Un habitant avait été blessé en manipulant une porte automatique de garage qui fonctionnait mal et l'entreprise spécialisée dans ce genre de matériel comme dans les ascenseurs niait être responsable. Les entretiens, disait-elle, ont été faits tous les six mois comme l'impose la réglementation et, entre ces entretiens, les interventions supplémentaires sont faites dès qu'un dysfonctionnement est signalé.

De plus, l'entreprise contestait être responsable d'avaries survenues sans lien avec ses entretiens ou survenues parce que quelqu'un aurait manipulé l'appareil. Ces arguments n'ont pas été retenus par les juges qui s'en sont tenus à une position stricte. Celui qui est chargé de la maintenance d'une porte automatique est tenu d'une obligation de résultat en ce qui concerne la sécurité de l'appareil, a seulement indiqué la Cour de cassation.

(Cass. Civ 3, 5.11.2020, U 19-10.857).

Avec AFP

D. L.