BFM Immo

L'assurance habitation coûte 2,3 euros par mètre carré en moyenne aux Français

Dans certaines régions, l'assurance habitation coûte plus cher

Dans certaines régions, l'assurance habitation coûte plus cher - AFP

L'an dernier, les Français ont déboursé en moyenne 160 euros pour assurer leur logement. Mais de fortes différences existent en fonction des villes.

En moyenne, les Français ont payé l'an dernier 160 euros pour leur assurance habitation, soit 2,3 euros par mètre carré, selon une étude publiée par le comparateur LeLynx.fr. Mais en assurance habitation comme en immobilier, il existe de fortes disparités en fonction des villes. Ainsi, Paris est en tête des villes les plus chères avec 3,3 euros par mètre carré. Mais les Parisiens ne déboursent en moyenne "que" 148 euros par an pour leur assurance habitation, du fait de surfaces généralement plus petites. Paris est suivie de près par Nice avec un montant équivalent à 2,9 euros au m², puis Marseille (2,8 euros par m²).

A l'inverse, il faut débourser "seulement" 2 euros par mètre carré à Nantes et 2,2 euros à Strasbourg. Mais ce sont les habitants de la ville de Nîmes qui doivent s’acquitter de la prime annuelle moyenne la plus élevée, à 156 euros par an. La raison principale : des logements plus grands à Nîmes qu’à Paris.

C'est en PACA que ça coûte le plus cher

A l'échelon régional, c'est en PACA qu'assurer son logement coûte le plus cher. Les assurés s’acquittent en moyenne d’une prime de 169 euros par an. "Pour expliquer cette prime plus élevée, un taux de sinistralité plus important, notamment dû aux intempéries plus fréquentes dans la région. Les primes particulièrement élevées dans les villes de Nice et Marseille participent aussi à placer la région en tête de liste", précise l'étude. Elle est suivie à égalité par les régions Nouvelle Aquitaine et Occitanie (166€/an). A l’inverse, les Bretons paient le moins cher puisque leur budget assurance habitation s’élève en moyenne à 142€/an. Les régions Pays de la Loire et Normandie suivent la Bretagne avec des primes respectives de 146€/an et 152€/an.

Certains critères jouent sur le montant de la prime. Amina Walter, directrice générale déléguée de LeLynx.fr, explique que "outre la situation géographique ou sa surface, le type de logement fait aussi bouger le montant. En moyenne, la prime d’assurance pour un appartement s’élève à 132€/an versus 229€ par an pour une maison. D’autres critères sont pris en compte, comme le statut de l’occupant ou la valeur des biens à assurer dans le logement".

Les critères qui jouent sur le montant de la prime

LeLynx détaille les critères. Tout d'abord, la surface du logement détermine le montant global de la prime annuelle. En moyenne, il faut compter 90 euros par an pour un logement de 9 à 20m², 123 euros par an pour un logement de 40 à 50 m² et plus de 250 euros par an pour un logement de 100 à 150m². Ensuite, vient la valeur du bien. "Au moment de souscrire une assurance MRH (multirisque habitation, NDLR), l’assuré doit évaluer le montant des biens à assurer dans le logement. Par exemple, un logement qui contient des meubles design et beaucoup de biens high-techs onéreux, donnera lieu à une prime d’autant plus élevée pour couvrir leur indemnisation en cas de sinistre", précise LeLynx.

Et enfin, le statut de l'assuré. En tant que propriétaire, l’assuré s’acquitte d’une prime moyenne de 241 euros par an s’il occupe le logement. En revanche, si ce même logement est en location, les frais sont divisés – le locataire débourse en moyenne 132 euros par an et le propriétaire doit compléter celle-ci avec une assurance PNO (propriétaire non-occupant) à hauteur de 128 euros par an en moyenne.

Méthodologie : le prix moyen au mètre carré par zone géographique de France métropolitaine est basé sur les primes d'assurance habitation cliquées par les internautes ayant effectué une comparaison d'assurance habitation sur le site lelynx.fr du 01/09/2018 au 31/08/2020 pour un logement localisé sur cette même zone géographique, pour un total de 487 433 prix cliqués sur la période pour l'ensemble de la France métropolitaine."

Diane Lacaze