BFM Immo
A l étranger

A Hong Kong, le nombre de bureaux vacants explose

File d'attente pour se faire tester contre le Covid-19 à Hong Kong le 23 février 2022

File d'attente pour se faire tester contre le Covid-19 à Hong Kong le 23 février 2022 - Peter PARKS © 2019 AFP

892.000 mètres carrés de bureaux de type A -les plus haut de gamme- étaient vacants à Hong Kong en mars 2022, contre 390.000 m2 trois ans plus tôt.

La surface de bureaux vacants à Hong Kong a plus que doublé en trois ans, les manifestations de 2019, la répression qui a suivi et les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ayant incité les entreprises à réduire leur activité dans la ville, selon une étude d'une firme spécialisée. D'après cette étude du groupe immobilier CBRE, 892.000 mètres carrés de bureaux de type A -les plus haut de gamme- étaient vacants à Hong Kong en mars 2022, contre 390.000 m2 trois ans plus tôt.

Près de 950 entreprises, principalement dans les secteurs de la finance, de la logistique et de l'import-export, ont réduit leur présence dans la ville pendant cette période, indique encore le document. Il s'agit "du plus grand et du plus long cycle baissier du marché des bureaux de l'histoire" à Hong Kong, affirme le compte rendu. "Le marché des bureaux dans la ville a été affecté de façon particulièrement brutale par les mesures de quarantaine et les autres restrictions liées à la pandémie, qui ont fait baisser la demande provenant des multinationales et des entreprises basées en Chine continentale", explique le rapport, qui cite également les "troubles socio-politiques locaux".

"Aucune preuve d'un départ massif des entreprises de Hong Kong"

Hong Kong a connu en 2019 de gigantesques et parfois violentes manifestations pro-démocratie, qui se sont souvent déroulées dans les quartiers d'affaires de la ville. Ce mouvement a été suivi d'une dure reprise en main par Pékin. Hong Kong a ensuite adopté une variante locale de la stratégie "zéro Covid" chinoise, et s'est pratiquement coupée du reste du monde pendant près de deux ans avant de rouvrir progressivement.

L'étude estime toutefois qu'"il n'existe aucune preuve d'un départ massif des entreprises de Hong Kong". Selon CBRE, la baisse du taux d'occupation des bureaux s'explique surtout par le départ de sociétés ayant leur siège aux Etats-Unis, en Europe, au Moyen-Orient ou ailleurs en Asie. Les entreprises provenant de Chine continentale ont pour leur part légèrement augmenté leur occupation de bureaux, et CRBE s'attend à ce que le mouvement s'accélère dans les prochaines années. "La nouvelle demande des entreprises de Chine continentale croîtra au rythme d'au moins 770.000 pieds carrés (71.500 m2) par an", prédit la firme.

D.L. avec AFP