BFM Immo

Avec l'incroyable succès de MaPrimeRénov, il devrait y avoir 10 milliards de travaux de rénovation en 2021

MaPrimeRénov séduit les propritaires

MaPrimeRénov séduit les propritaires - Pixabay

Le dispositif distribué par l'Anah devrait dépasser son objectif de 500.000 primes. Il pourrait y avoir plus de 750.000 rénovations cette année.

Le dispositif "MaPrimeRénov", distribué par l'Anah, l'agence nationale de l'habitat, est l'un des grands succès de cette année. L'objectif des 500.000 primes sera non seulement atteint mais largement dépassé. Nous sommes toujours sur un rythme de 15.000 dossiers déposés par semaine, autrement dit on sera sans doute au-delà des 750.000 rénovations cette année.

>> Partenariat BFM Immo : profitez des aides de l’Etat pour financer la rénovation énergétique de votre maison avec Hellio

Comment expliquer un tel succès? Désormais tous les propriétaires peuvent se saisir du dispositif, à savoir tous les propriétaires occupants (quel que soit leur niveau de revenus), les copropriétés, et depuis le 1er juillet les propriétaires bailleurs.

Tous les propriétaires sont désormais éligibles et, face à l'ampleur de la demande, le budget de l'Anah a dû être allongé. 1,7 milliard d'euros étaient prévus au départ, ce sont désormais près de 2,5 milliards d'euros qui seront consacrés à MaPrimeRénov cette année.

Plus de 10 milliards d'euros de travaux

Et les effets sont réels. Les près de 900 millions d'euros déjà dépensés depuis le début de l'année ont généré 4,2 milliards d'euros de travaux. Même s'il est hasardeux d'en tirer des projections, on peut dire en tout cas qu'à ce rythme-là, on pourrait dépasser les 10 milliards d'euros de travaux cette année grâce au dispositif.

Mais est-ce qu'on va vraiment pouvoir tenir le rythme? Dans La Tribune, le patron de l'Anah, Thierry Repentin ,semble en tout cas très optimiste. "Les bénéficiaires, que nous nous efforçons de suivre, se disent déjà à 88% satisfaits de la qualité de service". Le versement de la prime est quasi-immédiat, contrairement au dispositif précédent, le crédit d'impôt de transition énergétique (CITE) qui exigeait un décalage d'un an entre les travaux et le moment où on pouvait récupérer de l'argent. Là, dit Thierry Repentin, "la prime est versée quasiment simultanément après la fin des travaux, le plus souvent au bout de 11,5 jours".

Néanmoins, il faut rester vigilant sur la capacité technique à suivre. Il y avait déjà eu des bugs au démarrage de la plateforme et l'arrivée récente des propriétaires bailleurs dans les publics éligibles va forcément générer plus de demandes et donc de trafic. D'autant que les parlementaires viennent de voter pour eux une sacrée contrainte: ceux qui louent un logement classé F ou G, considérés comme des passoires thermiques, devront réaliser les travaux nécessaires sous peine de voir leur bien interdit à la location en 2028. Cela représente quand même 1,7 million de logements à rénover.

Marie Coeurderoy