BFM Immo

Expulsions : Les huissiers de justice offrent leurs conseils

Les huissiers de justice sortent de l'ombre

Les huissiers de justice sortent de l'ombre - dr

A l’occasion de la fin de la trêve hivernale le 15 mars, qui signifie la reprise des expulsions, les huissiers de justice font savoir qu’ils sont aussi « là pour étudier les alternatives et les solutions ».

En effet, « l’huissier de justice, souvent dernier lien social sur le terrain, connait bien les situations et les contextes de précarité des personnes soumises à un titre exécutoire d’expulsion. Son objectif est d’identifier des solutions, en amont, afin d’éviter que ces personnes se retrouvent sans logement ». La Chambre nationale rappelle ainsi aux personnes qui sont sous le risque d’une expulsion qu’elles peuvent, « malgré les difficultés dans laquelle elles se trouvent- prendre contact avec l’huissier de justice pour envisager les meilleures solutions à ces situations de crise ».

Du besoin de se fonder sur des « chiffres précis »

L’occasion de faire part aussi de leur souhait d’obtenir des « chiffres précis » sur le nombre d’expulsés. Car si le secrétaire d’Etat au Logement évoque entre 100 et 110 000 décisions d’expulsions - dont 10 000 effectives avec le recours de la force publique -, Jean-Daniel Lachkar, président de la Chambre nationale, estime « regrettable que ces estimations soient fondées à partir des contentieux locatifs ».

Celui-ci plaide en faveur de données permettant d’ « analyser, année après année, en fonction de leur baisse ou leur augmentation, la pertinence des initiatives prises dans ce domaines, notamment pour pouvoir distinguer entre la part des expulsions réellement réalisées et celle où la remise volontaire des clés se fait après la réquisition de la force publique ».

Dans ce sens, ils émettent le vœu de mettre en place une collaboration étroite avec l’Etat, à l'aide de l’Observatoire économique de la profession.

André Figeard