BFM Immo

De la discrimination à l’embauche par le lieu de résidence

Sarcelles n'attirerait pas les employeurs

Sarcelles n'attirerait pas les employeurs - dr

Des chercheurs du Centre d’études de l’emploi (CEE) ont démontré que la discrimination à l’embauche est plus forte pour les candidats habitant dans des communes réputées défavorisées. Les femmes en sont les principales victimes.

En procédant à la méthode du testing (qui consiste à créer des profils fictifs de demandeurs d’emploi situés dans des lieux distincts) portant sur 3 684 candidatures, les chercheurs ont permis de révéler qu’à niveau d’études et poste recherché similaires, une femme d’origine marocaine résidant dans le Val d’Oise a des chances très variables d’être embauchée.

Les marocaines de Sarcelles moins embauchées que les françaises d'Enghien

A Sarcelles, son taux de réponse de 13,5 % contre 15 % si elle habite Villiers Le Bel. En revanche, si celle-ci réside à Enghien, 19,5 % des « testés » lui répondront. Bien entendu, « les candidates d'origine marocaine sont défavorisées par rapport aux hommes d'origine marocaine quand elles résident à Sarcelles », conclut l’étude.

Léo Monégier