BFM Immo

Si votre logement se situe à côté d'un bon lycée, il peut valoir jusqu'à 25% plus cher

Certains lycées font flamber les prix de l'immobilier

Certains lycées font flamber les prix de l'immobilier - Olivier Morin - AFP

Une étude de Homadata montre que la présence d'une école, d'un collège ou d'un lycée est garante d'une attractivité et d'un dynamisme dans le quartier. Mais c'est surtout la présence d'un bon lycée qui est recherchée.

Si les classements annuels des meilleurs lycées de France jouent sur la scolarité des enfants, ils ont également un impact sur les prix de l'immobilier. Une étude de Homadata, société spécialisée en données immobilières, repérée par Le Figaro, montre que la présence d'un bon établissement scolaire joue sur l'ensemble du quartier.

Tout d'abord, la présence d'une école primaire, d'un collège ou d'un lycée, donne du dynamisme au quartier. L'étude pointe du doigt une surreprésentation des services publics (mairie, bibliothèque, …) ou privés (banques, cordonniers, …). Il y aurait 18% de commerces de bouche en plus et 26% d'infrastructures sportives en plus que dans un quartier sans école.

>> Estimez le prix de votre bien immobilier avec notre simulateur gratuit

Les cadres surreprésentés dans les meilleurs quartiers

Ensuite, Homadata a pris des logements aux caractéristiques comparables mais dont la sectorisation est différente (principe selon lequel un élève doit être scolarisé dans un établissement d’enseignement correspondant à son lieu de résidence). A Paris, l'écart des prix est de 6% pour les collèges en moyenne. Un logement situé à proximité d'un collège au faible taux de réussite subira une décote de 7% en moyenne. En revanche, un logement situé sur la carte scolaire d'un bon collège pourra voir son prix s'envoler de 20%.

Pour les lycées publics, les écarts sont encore plus marqués. Ainsi, l'écart des prix est de 10% en moyenne avec des envolés de 25% lorsque le logement est situé dans la sectorisation d'un excellent lycée. Sans surprise, l'étude montre que les cadres sont en majorité dans ces quartiers dotés des meilleurs lycées. La proportion de cadres dans les quartiers dont les écoles sont les plus réputées est en moyenne de 25%, contre 17% dans les quartiers avec des écoles moins réputées. Inversement, les ouvriers et chômeurs se concentrent dans les quartiers où les lycées ont les niveaux les plus faibles.

D. L.