BFM Business

Pour rouvrir les salles de sport, un masque spécialement conçu pour les sportifs à l'étude

Développé par Decathlon, ce masque si il est homologue pourrait accélérer la réouverture des salles de sports.

Roxana Maracineanu, ministre chargée des Sports, a indiqué mercredi qu'un masque destiné au sport était à l'étude afin de pouvoir pratiquer en sécurité, sous réserve, une fois créé, de sa validation par les autorités de santé.

A l'occasion d'une visioconférence avec le secteur sportif organisé par le Medef, la ministre a été interpellée sur ce thème d'un "masque barrière" par Virgile Caillet, délégué général de l'Union sport et cycle (USC) qui déplore la fermeture définitive de "400 salles" de sport, à cause de la pandémie.

"Ce travail autour du masque sport est déjà en soi une belle avancée, c'est une coopération entre Décathlon, l'USC et le ministère des Sports", a répondu la ministre. "Nous avons mis un investissement financier pour que l'Afnor puisse mettre au point cette norme qui permettra aux fabricants de se positionner sur la fabrication de ce masque", a-t-elle détaillé.

Adéquation entre la respirabilité et la protection nécessaire

Celui-ci "devra trouver une adéquation entre la respirabilité et la protection nécessaire", a-t-elle ajouté. "Je ne peux que soutenir une initiative comme comme celle-là, car c'est un outil de retour au sport, qui permettra aux salles de sport notamment de pouvoir rouvrir" et à leurs utilisateurs d'être "protégés comme quand on va dans un magasin ou dans les transports".

Il "faudra le faire valider par le Haut Conseil à la Santé publique, par le ministère de la Santé", a dit la ministre. Elle n'a donné aucune indication de calendrier, ni sur le masque, ni sur les perspectives de réouverture des salles, mais a insisté sur le fait que le "sport est une activité essentielle pour la santé des Français".

"L'enjeu majeur de ce produit est de permettre la pratique du sport avec un masque barrière, en apportant au sportif une certaine aisance grâce à un masque respirant et avec les mêmes caractéristiques de filtration", explique de son côté Decathlon.

Et d'ajouter: "au premier trimestre 2021, une première mise à disposition de ces masques est envisagée pour réaliser des tests avec divers acteurs du sport (Fédérations, coachs, salles, …). Conscients des nombreux enjeux présentés par ce produit, nous avançons pas à pas et souhaitons bien valider toutes les étapes du processus de développement, en interne ainsi qu’avec le panel d’experts du Comité ayant travaillé sur le masque barrière. A l’issue de ces étapes, nous serons en mesure de communiquer plus de détails sur ce produit (fonctionnalité, technicité, disponibilité, commercialisation…)".

Un travail encore long

Seule la pratique du sport en extérieur est autorisée actuellement mais réduite à néant le soir en raison du couvre-feu généralisé à 18h. Gymnases et piscines sont fermés depuis fin octobre aux adultes, et aux mineurs depuis la semaine dernière, après une très brève reprise fin novembre pour l'extérieur et le 15 décembre en intérieur. Les salles de sport sont fermées depuis plusieurs mois.

Dans un courrier au Premier ministre, le sénateur LR de l'Isère Michel Savin, et 72 sénateurs de la majorité, ont demandé mercredi "qu'une dérogation au couvre-feu après 18h soit autorisée pour la pratique d'une activité physique individuelle de plein air et sans regroupement dans les plus brefs délais et pour tous les Français".

"La situation est incompréhensible alors que durant les précédents confinements et couvre-feu, il a toujours été possible pour les Français de pratiquer une activité physique de plein air", écrivent ces sénateurs.

Olivier Chicheportiche avec AFP