BFM Patrimoine

La Cour des Comptes dénonce la gestion de la retraite additionnelle des fonctionnaires

La Cour des comptes a publié, ce jeudi 14 mars, un référé sur la retraite additionnelle des fonctionnaires

La Cour des comptes a publié, ce jeudi 14 mars, un référé sur la retraite additionnelle des fonctionnaires - -

Dans un référé publié ce jeudi 14 mars, la Cour des Comptes constate que ce régime aura encaissé 75 milliards d’euros de cotisations d’ici 2050 pour des prestations très largement inférieures !

Drôle de hasard. Alors que patronat et syndicats ont enfin signé, mercredi 13 mars un protocole d'accord concernant l'avenir financier des régimes de retraites complémentaires, la Cour des Comptes a, elle, décidé de rendre public ce jeudi 14 mars un référé sur la retraite additionnelle des fonctionnaires (voir ci-contre).

La Cour y dénonce les problèmes posés par le financement de ce régime, "au regard notamment du financement de la dette publique et de la préservation du droit des agents".

Le régime de retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP) a été instauré en 2005 et concerne 4,3 millions de fonctionnaires civils et militaires et de magistrats de l’ordre judiciaire. La Cour note que l’Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique (ERAFP), gestionnaire du régime, aura encaissé 75 milliards d’euros de cotisations d’ici 2050.

Pour autant, ce n’est qu’à partir de cette date que le montant annuel des prestations atteindra celui des cotisations. Toujours en 2050, "l'effort global de l'Etat aura alors atteint entre 21 et 27 milliards d'euros, celui des collectivités territoriales entre 7,8 et 10,5 milliards d'euros et celui des hôpitaux publics entre 8,8 et 11,7 milliards d'euros".

Erreurs de gestion

La Cour constate donc que, malgré un coût important, "compte tenu de la lenteur de montée en charge de ce dispositif par capitalisation ex nihilo, les rentes viagères ne devraient améliorer significativement, quoique modestement, les revenus des agents ayant cessé leur activité qu'à l'horizon 2045-2050, toutes choses égales par ailleurs".

Par ailleurs, la Cour des comptes pointe du doigt des erreurs de gestion du régime. "Elle considère que le dispositif confiant à la Caisse des Dépôts la gestion courante du régime soulève sur certains sujets importants des problèmes de régularité".

En effet, la Caisse des dépôts est chargée de collecter les cotisations et de verser les prestations. Ce qui contrevient à un principe des finances publiques puisque seuls les comptables publics peuvent verser les prestations.

Regime Retraite Fonction Publique Refere 65639[1] by DLBFM

Diane Lacaze