BFM Patrimoine

Gaz, retraite, allocations: ce qui change au 1er septembre

Le RSA augmente de 1,6%

Le RSA augmente de 1,6% - François Guillot - AFP

Ce premier jour de l'automne météorologique est marqué par l'entrée en vigueur de la nouvelle convention d'assurance-chômage. Le RSA va également bénéficier d'un petit coup de pouce. Tour d'horizon des nouveautés et modifications intervenant ce vendredi.

> Le RSA revalorisé

Le revenu de solidarité active passera ainsi de 536,78 euros par mois à 545,48 euros, soit une hausse de 1,6%. Cette augmentation avait été décrétée en mars dernier. Environ 1,9 million de ménages touchaient cette allocation, selon les dernières données disponibles (juin 2016).

> Des nouveautés pour les saisies sur salaires

Les créanciers d'un salarié peuvent bloquer une partie de son salaire. Néanmoins, l'intégralité de la somme ne peut pas être retenue. Le salarié conserve dans tous les cas une somme au moins équivalente au RSA. Logiquement, le RSA étant revalorisé, la part insaisissable va donc augmenter de 536,78 à 545,48 euros.

> Nouvelles règles en vigueur pour l'assurance-chômage

La nouvelle convention d'assurance-chômage sur laquelle le patronat et les syndicats sont tombés d'accord le 23 mars dernier entre en vigueur. Concrètement, ce sont surtout les seniors qui sont concernés par la mesure la plus importante. Aujourd'hui, un chômeur de plus de 50 ans touche des allocations pendant 36 mois (au lieu des 24 mois pour les autres chômeurs).

Cet âge est désormais reculé à 55 ans. Un palier intermédiaire est prévu entre 53 et 55 ans où la durée maximale passe à 30 mois avec la possibilité d'être indemnisé jusqu'à six mois supplémentaires si le chômeur accepte une formation.

> La retraite des anciens combattants augmentée

La pension versée aux anciens combattants passe de 702 à 750 euros.

> La suppression de l'allocation temporaire d'attente

Cette allocation était versée aux expatriés de retour en France et aux personnes en attente de réinsertion (anciens détenus). Un décret publié en mai est venu sceller sa disparition à compter de ce vendredi.

> La possibilité de cumuler pension d'invalidité et retraite

Les seniors invalides et au chômage depuis moins de six mois et qui atteindront l'âge légal de la retraite (62 ans) pourront désormais cumuler leur pension avec leur retraite pendant six mois.

> Les accords d'entreprises et de branches publiés

La loi Travail de 2016 prévoit que dès ce vendredi tous les accords collectifs (accords de branches, accords d'entreprises) soient publiés dans une base de données nationale dont le contenu sera accessible en ligne.

> La retraite anticipée des travailleurs handicapés plus facile à obtenir

Les salariés qui ont travaillé au moins 30 ans avec un taux d'incapacité de 50% peuvent partir à la retraite dès 55 ans. Ils doivent néanmoins produire les justificatifs de reconnaissance administrative de leur handicap. Désormais, les personnes dont le taux d'incapacité est au moins égal à 80% pourront demander cette retraite anticipée même sans justificatifs. Leur demande sera alors examinée par une commission composée notamment de médecins-conseils de la CNAM.

> L'allocation de solidarité spécifique modifiée

L'ASS est une allocation pour les demandeurs d'emplois en fin de droits qui ont travaillé au moins cinq ans et dont les ressources ne dépassent pas 1795,20 euros pour un couple. Elle s'élève à 16,32 euros par jour. Lorsqu'il retrouve un emploi, le bénéficiaire peut cumuler cette allocation avec sa rémunération pendant trois mois. Au-delà, il touche une prime forfaitaire de 150 euros par mois. Un décret publié en mai dernier prévoit que dès ce 1er septembre, cette prime soit remplacée par la prime d'activité.

> Les tarifs du gaz stables

Le fait est assez rare pour être souligné. Alors que traditionnellement les tarifs réglementés (qui concernent 10,6 millions de consommateurs) du gaz baissent ou augmentent le 1er jour du mois, ce ne sera pas le cas cette fois-ci.

J.M.