BFM Patrimoine

WSJ: Le vent souffle trop fort pour Vestas - Plus Europe

BFM Patrimoine
Andrew Peaple THE WALL STREET JOURNAL LONDRES (Dow Jones)--Vestas (VWS.KO) a de nouveau le vent en poupe. Le constructeur danois de turbines éoliennes et le japonais Mitsubishi Heavy Industries (7011.TO) ont conclu vendredi un accord sur la créatio

Andrew Peaple

THE WALL STREET JOURNAL

LONDRES (Dow Jones)--Vestas (VWS.KO) a de nouveau le vent en poupe.

Le constructeur danois de turbines éoliennes et le japonais Mitsubishi Heavy Industries (7011.TO) ont conclu vendredi un accord sur la création d'une coentreprise à parité, opération qui permettra à Vestas de se défaire de sa division offshore, très gourmande en capitaux. Cette annonce intervient après une période agitée pour Vestas: le mois dernier, le groupe a remercié son directeur général, Ditlev Engel, à l'issue de deux ans de lourdes pertes.

Signes de redressement

Au cours des derniers mois, les investisseurs ont salué des signes perceptibles de redressement de la situation du groupe. L'action abandonne encore 80% de sa valeur par rapport à son sommet de 2008, mais son cours a plus que triplé depuis le début de l'année, en tenant compte de son bond de 4,5% vendredi.

La création de la coentreprise avec Mitsubishi Heavy Industries ne suffira pas à radicalement changer la donne pour Vestas. Le groupe a souligné que la déconsolidation de sa division de turbines offshore n'aurait pas d'impact sur son chiffre d'affaires et ses bénéfices cette année, ni l'an prochain.

Cette opération va néanmoins permettre à l'entreprise de progresser dans la réduction de ses dépenses d'investissement, après des années d'expansion effrénée sous la houlette de Ditlev Engel. Cette stratégie s'était révélée particulièrement malvenue, dans un contexte marqué par la réduction des subventions publiques aux énergies renouvelables au niveau mondial et par l'intensification de la concurrence chinoise.

Commande majeure aux Etats-Unis

Après avoir brûlé du cash au cours de quatre des cinq dernières années, Vestas prévoit maintenant de générer 200 millions d'euros de trésorerie disponible sur l'exercice en cours. Une autre bonne nouvelle a été annoncée vendredi: le groupe a obtenu sa plus grande commande d'éoliennes aux Etats-Unis depuis trois ans. L'entreprise a par ailleurs engagé un important programme de réduction des coûts.

La récente envolée de l'action Vestas semble néanmoins excessive. Le titre se négocie maintenant 34 fois le résultat attendu en 2014. Mais Vestas parvient à peine à rentabiliser ses capitaux investis. Le groupe bénéficie peut-être enfin de vents plus favorables, mais l'heure est venue pour les investisseurs de faire une pause.

-Andrew Peaple, The Wall Street Journal

(Version française Lydie Boucher)

(END) Dow Jones Newswires

September 30, 2013 07:31 ET (11:31 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-