BFM Patrimoine

Wall Street hésite, les Bourses européennes sur la défensive

-

- - BRYAN R. SMITH - AFP

Wall Street a terminé en ordre dispersé vendredi, continuant de rester vigilante face au coronavirus et digérant des statistiques contrastées sur l'économie américaine. Les Bourses européennes continuent elles d'hésiter.

Le Dow Jones a cédé 0,09%, à 29.398,08 points. Le Nasdaq a pris 0,20%, à 9.731,18 points, et le S&P 500 est monté de 0,18% à 3.380,16 points. Toutefois, les principaux indices new-yorkais ont réalisé des gains substantiels sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones s'appréciant de 1,0%, le Nasdaq de 2,2% et le S&P 500 de 1,6%.

Selon Peter Cardillo de Spartan Capital, cette séance en demi-teinte est notamment due au week-end de trois jours aux Etats-Unis. Les principaux marchés financiers américains seront fermés jusqu'à mardi matin, le lundi 17 février étant férié aux Etats-Unis. "Personne ne veut mettre de l'argent en jeu avant le long week-end", explique Peter Cardillo.

Les risques liés à l'impact économique du virus n'ont pas particulièrement entravé la montée de la cote new-yorkaise ces dernières semaines. "Cela pourrait changer de manière drastique si les nouvelles macroéconomiques se détérioraient fortement en Chine et aux Etats-Unis", avertit cependant Peter Cardillo.

Les courtiers ont d'ailleurs digéré vendredi une salve d'indicateurs sur l'économie américaine. Les ventes au détail aux Etats-Unis ont progressé de 0,3% en janvier par rapport à décembre, selon les données du département du Commerce. Cette hausse est conforme aux attentes des analystes. Toutefois, ces mêmes ventes ont été révisées à la baisse pour les mois de novembre et décembre, fait observer Chris Low, de FHN Financial.

La production industrielle aux Etats-Unis a, pour sa part, de nouveau baissé en janvier à -0,3%, lestée par l'arrêt de la production du Boeing 737 MAX. Quant à la confiance des consommateurs, elle s'améliorait en février, selon l'enquête préliminaire de l'Université du Michigan, alors que les analystes avaient prédit une baisse.

Les bourses européennes terminent la semaine sur la défensive

Les Bourses européennes continuent elles d'hésiter face à l'épidémie de coronavirus et ont terminé la semaine globalement dans le rouge vendredi.

Du côté des valeurs, le groupe allemand Volkswagen (-1,21%) a proposé vendredi de payer 830 millions d'euros pour solder un grand procès qui l'oppose à plus de 400.000 clients demandant réparation pour leurs voitures équipées de moteurs diesel truqués. 

Renault a également terminé la séance dans le rouge (-0,90%), pénalisé par l'annonce de sa première perte nette en dix ans. Sa directrice générale n'a pas exclu que le constructeur automobile ferme des usines, y compris en France. A contrario, EDF a bondi de 9,68%, porté par un bénéfice net multiplié par plus de quatre en 2019. 

Du côté des indices, Paris a perdu 0,39%. Le CAC 40 s'est replié de 23,7 points à 6.069,35 points, dans un volume d'échanges contenu de 3,5 milliards d'euros. La veille, il avait fini en léger recul de 0,19%. Au cours de la semaine écoulée, il a gagné 0,66%. Depuis le 1er janvier, il a progressé de 1,53%.

Sur autres places européennes, Londres a perdu 0,58%, Milan 0,10% et Lisbonne 0,07%. Francfort a terminé à l'équilibre à -0,009%. Madrid a fini en hausse de 0,47%, la Bourse suisse de 0,33%, Amsterdam 0,01%, Bruxelles 0,06%. 

Sandrine Serais avec AFP