BFM Patrimoine

Veolia Environnement: CHIFFRES CLES AU 31 MARS 2015

BFM Patrimoine
Regulatory News: Veolia Environnement (Paris:VIE): (DONNEES IFRS NON AUDITEES) FORTE CROISSANCE DES RESULTATS CHIFFRE D’AFFAIRES EN HAUSSE DE 8,5%, A 6 305 M€ EBITDA

Regulatory News:

Veolia Environnement (Paris:VIE):

(DONNEES IFRS NON AUDITEES)

FORTE CROISSANCE DES RESULTATS

  • CHIFFRE D’AFFAIRES EN HAUSSE DE 8,5%, A 6 305 M€
  • EBITDA EN FORTE PROGRESSION DE 26,4 %, A 816 M€
  • EBIT COURANT EN CROISSANCE DE 21%, A 397 M€
  • RESULTAT NET COURANT PART DU GROUPE QUASIMENT MULTIPLIE PAR DEUX, A 212 M€
  • CONFIRMATION DE NOS OBJECTIFS ANNUELS AU REGARD DU BON DEBUT D’EXERCICE

Antoine Frérot, Président Directeur Général du Groupe a déclaré : «Le premier trimestre s’inscrit pleinement dans la trajectoire de forte remontée des résultats que nous avons engagée dans le cadre du plan de transformation dont 2015 est la dernière année. Veolia enregistre une forte croissance de ses résultats sous les effets combinés de l’intégration des activités de Dalkia International et de la bonne exécution du programme de réduction de coûts. Au total, ce bon démarrage nous permet d’être très confiants dans l’atteinte de nos objectifs pour l’ensemble de l’exercice. Par ailleurs, au plan commercial, nous continuons de gagner des contrats significatifs auprès de la clientèle industrielle, tout en ciblant les contrats municipaux dans lesquels l’expertise de Veolia peut faire la différence. Ainsi, je suis particulièrement fier que Veolia ait été choisi par l’agglomération de Lille pour la gestion de son service d’eau potable pour les 8 prochaines années. Nous présenterons en détails notre nouveau programme stratégique dont le développement commercial visé pour les trois prochaines années lors d’un Investor Day le 17 novembre 2015.»

  • Chiffre d’affaires de 6 305 M€ contre 5 811 M€ au T1 2014 retraité, en hausse de 8,5% en courant et 4,7% à change constant.

En données proforma1, comparé à 6 147 M€ au T1 2014, le chiffre d’affaires ressort en progression de +2,6% en courant et en retrait de 1,4 % à change constant, marqué par la baisse du prix des énergies et des matières récyclées.

La variation favorable des changes a contribué à hauteur de 4 % à la progression du chiffre d’affaires du premier trimestre (243 M€). La baisse du prix des énergies et des matières recyclées a pesé pour 82 M€ (-1,3%). En données proforma :

  • En France, l’activité ressort en baisse de 3,4%, marquée par la dernière année de fortes renégociations dans l’Eau, la baisse des prix des matières recyclées et des contrats de collecte de déchets non renouvelés.
  • L’Europe hors France (-1,4 % en courant et -3,5 % à change constant) est marquée par la baisse en Allemagne (prix des énergies et poursuite de la restructuration du portefeuille commercial dans la Propreté) et une légère baisse au Royaume-Uni avec une hausse des volumes traités en décharges et incinérés mais une baisse des travaux de construction, un seul PFI restant à construire. L’Europe Centrale et Orientale est stable avec un hiver comparable à celui de 2014 (degrés jours favorables en République Tchèque mais plus doux en Pologne et en Lituanie).
  • Le Reste du monde enregistre une bonne croissance (+13,3 % en courant et +1,3% à change constant) portée par de nouveaux contrats notamment en Asie et en Amérique Latine qui compensent l’effet défavorable de la baisse du prix des énergies aux Etats-Unis.
  • Les activités mondiales sont également en croissance (+6% en courant et +2% à change constant) grâce au bon développement de Veolia Water Technologies avec notamment les contrats de Carmon Creek et Az Zour North.
  • Par activité, à change constant, l’Eau est stable, la Propreté est en légère baisse et stable également hors effet des matières recyclées, avec des volumes équivalents à ceux du T1 2014. L’Energie est en retrait modéré sous l’effet de la forte baisse des prix des énergies.
  • EBITDA en forte croissance de +10,9 % en courant, à 816 M€ contre 736 M€ au T1 2014 retraité proforma (+6,6% à change constant).
  • La variation favorable des changes a contribué à hauteur de 4,3 % à la hausse de l’EBITDA (32M€). La baisse du prix des énergies et des matières recyclées a eu un effet neutre.
  • A change constant, l’EBITDA a principalement crû sous l’effet de la poursuite des économies de coûts (effet de 44 M€ au cours du trimestre) et d’un effet prix favorable.
  • Par segment : en France l’EBITDA est stable dans l’Eau grâce à des volumes stables et une indexation tarifaire de +1% qui compensent l’effet des renégociations (-25M€). Dans la Propreté, baisse de l’EBITDA sous l’effet de la baisse des volumes en décharges. Dans le reste de l’Europe, l’EBITDA est en hausse. Au Royaume-Uni, l’EBITDA a bénéficié de bons volumes mis en décharge. En Allemagne, stabilité grâce à la poursuite de la restructuration et croissance dans les pays d’Europe Centrale et Orientale. Forte croissance dans le Reste du Monde avec une bonne progression aux Etats-Unis sur le segment industriel dans la Propreté et l’Eau, en Amérique Latine avec le démarrage du contrat de Buenos Aires et la poursuite des bonnes performances en Chine.
  • EBIT courant de 397 M€ contre 354 M€ au T1 2014 retraité proforma, en hausse de 12,0 % en courant et +8,8 % à change constant.
  • Croissance de l’EBIT Courant portée par la hausse de l’EBITDA et des dotations aux amortissements stables à 330 M€ (326 M€ au T1 2014)
  • Résultat net courant part du Groupe de 212 M€ contre 113 M€ au T1 2014 retraité, soit une hausse de 88%
  • Le résultat net courant part du Groupe intègre 67 M€ de plus-values de cession financières contre 6 M€ au T1 2014. Hors plus-values, la croissance ressort à +36%. Le résultat net courant part du Groupe enregistre également l’effet de l’application de la norme IFRIC 21 à hauteur de -43 M€ au T1 2015 contre -45 M€ au T1 2014 retraité.
  • Endettement Financier Net de 8 970 M€ au 31 mars 2015, contre 8 845 M€ au 31 mars 2014.
  • L’endettement financier net ressort en légère hausse du fait d’un effet change défavorable cumulé de près d’1 Md€ depuis le 31 mars 2014 (-574 M€ depuis le 31 décembre 2014).
  • S&P a annoncé cette semaine avoir relevé la perspective de Veolia de Négative à Stable et confirmé les ratings A-2 et BBB.
  • Objectifs 2015 confirmés.
  • Croissance du chiffre d’affaires
  • Nouvelle croissance de l’EBITDA et du résultat opérationnel courant
  • Poursuite des bonnes performances opérationnelles
  • Effet des économies de coûts. Poursuite de l’exécution du plan de 750 M€ d’économies
  • Poursuite de la maîtrise des capex
  • Couverture du dividende et du coupon de l’hybride par le résultat net courant et payé par le Free Cash Flow hors cessions financières nettes
  • Maîtrise de l’endettement financier net

1 Les Chiffres proforma sont hors Dalkia France et avec Dalkia International consolidée en intégration globale dès le 1er janvier 2014

Le groupe Veolia est la référence mondiale de la gestion optimisée des ressources. Présent sur les cinq continents avec plus de 179 000 salariés*, le Groupe conçoit et déploie des solutions pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, qui participent au développement durable des villes et des industries. Au travers de ses trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les renouveler.En 2014, le groupe Veolia a servi 96 millions d’habitants en eau potable et 60 millions en assainissement, produit 52millions de mégawatheures et valorisé 31 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris Euronext : VIE) a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires consolidé de 24,4 milliards d’euros*www.veolia.com(*) Chiffres 2014 pro-forma incluant Dalkia International (100%) et excluant Dalkia France.

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée à Euronext Paris et le présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking statements) au sens des dispositions du U.S. Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs très concurrentiels qui nécessitent d'importantes ressources humaines et financières, le risque que des changements dans le prix de l'énergie et le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à l'avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même que les autres risques décrits dans les documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers. Veolia Environnement n’a pas l’obligation ni ne prend l’engagement de mettre à jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de Veolia Environnement (www.veolia.com) copie des documents déposés par Veolia Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers.

Ce communiqué de presse contient des indicateurs non strictement comptables (« non GAAP »). Ces indicateurs non GAAP pourraient être définis différemment des indicateurs similaires publiés par d’autres groupes, et ne doivent pas se substituer aux indicateurs préparés en conformité avec les normes IFRS.

INFORMATIONS FINANCIÈRES AU 31 MARS 2015

Deux périmètres comparatifs sont utilisés pour présenter les informations financières au 31 mars 2015, liés à l’opération de décroisement Dalkia. Au 31 mars 2014, Dalkia France était toujours consolidé en intégration globale et Dalkia International en mise en équivalence à cette date. Deux périmètres comparatifs sont présentés : l’un dit « GAAP » avec Dalkia France en intégration globale et Dalkia International en mise en équivalence, l’autre dit « proforma » avec Dalkia International en intégration globale et hors Dalkia France.

1. Chiffres clés

Les bons résultats du Groupe sont en ligne avec les objectifs 2015 et présentent une nette amélioration de la marge d’EBITDA comme détaillé ci-après.

1Q 2014 Variation à

retraité(1)

1Q 2015 Variation change constant Chiffre d’affaires (2) 5 811 6 305 +8,5% +4,7% Chiffre d’affaires Proforma 6 147 6 305 +2,6% -1,4% EBITDA 645 816 +26,4% +22,2% EBITDA Proforma 736 816 +10,9% +6,6% Marge d’EBITDA Proforma 12,0% 12,9% +90pb +90pb EBIT Courant(3) 328 397 +21,0% +18,6% EBIT Courant Proforma (3) 354 397 +12,0% +8,8% Résultat net courant part du groupe 113 212 +87,8% Capex industriels Proforma 290 267 Free Cash Flow net (4) -402 -317 Endettement financier net 8 845 8 970

(1) Les données 2014 sont retraitées d’IFRS 5 et IFRIC 21 (cf. annexe)

(2) -0,9 % à change et périmètre constants

(3) Y compris la quote-part de résultat net courant des co-entreprises et entreprises associées dans le prolongement des activités du Groupe (hors Transdev, qui n’est plus dans le prolongement des activités du Groupe)

(4) Le free cash-flow net correspond au free cash-flow des activités poursuivies i.e. somme de l’EBITDA, des dividendes reçus, de la capacité d'autofinancement financière, de la variation du besoin en fonds de roulement opérationnel moins les investissements industriels nets, les frais financiers courants cash, les impôts cash, les charges de restructuration et les dépenses de renouvellement.

Chiffre d’affaires consolidé du groupe

Au cours du premier trimestre 2015, le chiffre d’affaires consolidé du Groupe s’élève à 6 304,8 millions d’euros versus 5 811,0 millions d’euros au 31 mars 2014 en données Gaap, soit une augmentation de +8,5% en courant (+4,7% à change constant). Le chiffre d’affaires au 31 mars 2015 progresse de +2,6% en courant et de -1,4% à change constant comparé au 31 mars 2014 Proforma.Le chiffre d’affaires du premier trimestre 2015 est impacté notamment par les éléments suivants :

  • en France, l’érosion contractuelle dans l’Eau et des volumes faibles dans l’activité Déchets ;
  • la baisse des prix de l’énergie, en particulier en Allemagne et aux Etats-Unis ;
  • la croissance des activités du Groupe à l’international, hors Europe ;
  • un hiver européen presque aussi doux en 2015 qu’en 2014.
  • L’effet change sur le chiffre d’affaires est positif et s’élève à 243 millions d’euros (+4% du chiffre d’affaires). Il reflète principalement la variation de l’euro par rapport au dollar américain (108 millions d’euros) et à la livre sterling (57,8 millions d’euros).
  • Les effets volume / commerce négatifs (-0,5% du chiffre d’affaires) sont en lien avec l’érosion contractuelle dans l’Eau en France et des volumes faibles dans l’activité Déchets en France et en Allemagne, malgré un bon contexte commercial à l’international (Asie, Amérique Latine, Etats-Unis).
  • Le chiffre d’affaires du Groupe est pénalisé par la baisse du prix des énergies aux Etats-Unis et en Allemagne, et du prix des matières recyclées en France et en Allemagne. Des effets prix positifs sont néanmoins liés aux indexations tarifaires favorables en particulier en Europe Centrale et Orientale (activités Eau) et en Amérique Latine.

EBITD

Au 31 mars 2015, l’EBITDA consolidé du Groupe s’élève à 815,9 millions d’euros, soit une augmentation de +26,4% en courant et de +22,2% à change constant par rapport au 31 mars 2014 en données Gaap. La progression de l’EBITDA au 31 mars 2015 est de +10,9% en courant et de +6,6% à change constant comparé au 31 mars 2014 Proforma.

Cette forte progression de l’EBITDA est portée par :

  • la poursuite de la bonne dynamique du Groupe en Europe Centrale et Orientale, en Asie, au Moyen-Orient, dans les activités industrielles des Etats-Unis, et en Amérique Latine ;
  • la contribution significative des plans d’économies de coûts.

L’effet change sur l’EBITDA est positif et s’élève à 32 millions d’euros. Il reflète principalement la variation de l’euro par rapport au dollar américain (10 millions d’euros) et à la livre sterling (6,6 millions d’euros).

L’effet volume / commerce défavorable concerne notamment la France (continuité de l’érosion contractuelle dans l’Eau, et des volumes faibles dans la Propreté), partiellement compensé par l’impact de nouveaux contrats aux Etats-Unis, en Amérique Latine et en Asie.

La contribution des plans d’économies de coûts s’élève à 44 millions d’euros, soit un montant cumulé de 626 millions d’euros au 31 mars 2015.

EBIT courant

L’EBIT courant consolidé du Groupe au 31 mars 2015 s’élève à 396,7 millions d’euros, en progression de +21,0% en courant (+18,6% à change constant) comparé au 31 mars 2014 en données Gaap. La progression de l’EBIT courant est de +12,0% en courant et de +8,8% à change constant comparé au 31 mars 2014 Proforma.

La progression de l’EBIT courant provient principalement de la forte amélioration de l’EBITDA. Les dotations nettes aux amortissements restent stables sur la période.

L’effet change sur l’EBIT courant est positif à 11 millions d’euros et reflète principalement la variation de l’euro par rapport au dollar américain (5,9 millions d’euros) et à la livre sterling (3,6 millions d’euros).

Les éléments de passage de l’EBITDA à l’EBIT courant au 31 mars 2015 et au 31 mars 2014 sont les suivants :

(en millions d’euros) 31 mars 2015 31 mars 2014 31 mars 2014 Variation 2015 / 2014 Proforma Gaap Proforma EBITDA 815,9 735,7 645,4 +10,9% Amortissements -330,2 -326,7 -267,2 Quote-part des JV et des MEQ 22,4 25,8 81,3 Dépenses de renouvellement -65,0 -63,4 -88,7 Remboursement des actifs financiers opérationnel -31,7 -27,5 -43,8 Provisions, ajustements de juste valeur, et autres -14,7 10,3 0,9 EBIT courant 396,7 354,2 327,9 +12,0%

Résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère

Le résultat net courant attribuable aux propriétaires de la société mère est en forte progression. Il s’établit à 212,2 millions d’euros au 31 mars 2015 contre 113,0 millions d’euros au 31 mars 2014, sous l’effet de :

  • la croissance de l’EBIT courant,
  • et la baisse du taux de financement (5,02% au 31 mars 2015, versus 5,22% au 31 mars 2014.)

Au 31 mars 2015, les plus ou moins-values de cessions financières s'élèvent à 67 millions d'euros et comprennent notamment la plus-value de cession réalisée sur les activités du Groupe en Israël à hauteur de 52 millions d'euros.

Retraité des plus ou moins-values de cessions financières, le résultat net courant s’élève à 145 millions d’euros au 31 mars 2015, contre 106,5 millions d’euros au 31 mars 2014, soit une progression de 36.2%.

Le résultat net courant du premier trimestre 2015 est également affecté par la première application d’IFRIC 21 à hauteur de -43 millions d’euros, contre -45 millions d’euros au premier trimestre 2014.

Financement

Evolution du free cash-flow net

(en millions d’euros) Mars 2015 Mars 2014 Gaap EBITDA 816 645 Investissements industriels nets -238 -260 Autres (variation BFR opérationnel, dividendes reçus des entités mises en équivalence et des co-entreprises, dépenses de renouvellement, et coûts de restructuration) -743 -637 Eléments financiers (intérêts versés courants et capacité d’autofinancement financière) -103 -101 Impôts payés -49 -49 Free cash-flow net, avant versement du dividende, investissements financiers et cessions financières -317 -402

Le free cash-flow net est négatif et s’établit à -317 millions d’euros au 31 mars 2015 (versus -402 millions d’euros au 31 mars 2014).

L’évolution du free cash-flow net par rapport au 31 mars 2014 reflète essentiellement :

  • l’amélioration de l’EBITDA ;
  • la bonne maitrise des investissements industriels, dont la baisse s’explique notamment par les contrats PFI au Royaume-Uni ;
  • l’impact négatif du besoin en fonds de roulement opérationnel à hauteur de -660 millions d’euros, versus -564 millions d’euros en 2014. L’effet saisonnalité du besoin en fonds de roulement opérationnel est accentué par l’intégration en 2015 des activités de Dalkia International, notamment en Italie.

Endettement financier net

Au global, l’endettement financier net s'établit à 8 970 millions d'euros, contre 8 845 millions d’euros au 31 mars 2014. En dehors de l’évolution du free cash-flow net, il est pénalisé par un effet de change négatif de 574 millions d’euros sur les trois premiers mois de l’année. L’évolution des taux de change depuis le 31 mars 2014 ont eu un effet global sur l’endettement financier net de près d’1 milliard d’euros.

Les investissements financiers au 31 mars 2015 n’appellent pas de commentaires particuliers.

Les cessions financières s’élèvent à près de 300 millions d'euros au 31 mars 2015 et incluent notamment :

  • la cession de la participation de 40% dans la société S.D.C PTE, à Singapour, pour un montant de 47 millions d’euros en valeur d’entreprise,
  • la cession des activités en Israël, qui contribue à un désendettement global du Groupe à hauteur de 226 millions d’euros.

Pour mémoire au 31 mars 2014:

  • les investissements financiers incluaient principalement la prise de contrôle de Kendall aux Etats-Unis pour 19 millions d’euros,
  • les cessions financières n’appelaient pas de commentaires particuliers, mis à part la cession des activités Delfluent réalisée pour un prix de cession de 7,9 millions d’euros.

2. Analyse par segment

Chiffre d’affaires (M€) Au 31 mars Au 31 mars Variation Dont Dont Dont 2015 2014 Proforma 2015/2014 croissance croissance effet de interne externe change France 1 320,1 1 367,0 -3,4% -3,6% +0,2% - Europe hors France 2 312,0 2 345,9 -1,4% -3,5% - +2,1% Reste du monde 1 369,1 1 208,7 +13,3% +1,6% -0,3% +12,0% Activités Mondiales 1 121,1 1 057,3 +6,0% +2,1% -0,1% +4,0% Autres 182,5 167,8 +8,7% +3,5% +0,7% +4,5% Groupe 6 304,8 6 146,7 +2,6% -1,4% +0,0% +4,0%

France

Au cours du premier trimestre 2015, le chiffre d’affaires de la France ressort à 1 320,1 millions d’euros, en retrait de -3,4% en courant (-3,6% à périmètre constant) par rapport au 31 mars 2014 en données proforma.

  • Le chiffre d’affaires des activités Eau est en retrait de -5,5% en courant et à périmètre constant par rapport au 31 mars 2014 en données proforma. Il bénéficie d’une sensible progression des indexations tarifaires (d’environ +1%) qui compense partiellement l’érosion contractuelle ainsi que la moindre activité travaux du fait de la contraction du marché des travaux publics. Les volumes vendus sont globalement stables sur la période.
  • Le chiffre d’affaires des activités Déchets (-1,0% en courant) est impacté par les pertes de contrats de collecte municipale et commerciale, ainsi que par la baisse des volumes enfouis, en particulier en Ile de France. Les matières recyclées (papier, ferrailles et métaux) sont également affectés par des effets volumes et prix défavorables.

L’EBITDA de la France est globalement stable sur la période. La variation négative de l’activité est en partie compensée par l’impact des plans de réduction de coûts.

Europe hors France

Au 31 mars 2015, le chiffre d’affaires de l’Europe hors France ressort à 2 312,0 millions d’euros, en baisse de -1,4% en courant (-3,5% à change et périmètre constants) par rapport au 31 mars 2014 en données proforma.

Cette variation concerne essentiellement :

  • Les pays d’Europe Centrale, dont le chiffre d’affaires reste stable (+0,2% à change et périmètre constants), avec une progression en particulier en République Tchèque, en Pologne, et en Hongrie en partie compensée par la diminution du chiffre d’affaires en Lituanie et en Roumanie.
  • Le Royaume Uni, où l’on constate un retrait de -4,8% du chiffre d’affaires à change et périmètre constants, principalement dans les activités Déchets. La baisse du chiffre d’affaires construction des incinérateurs (notamment Staffordshire) est toutefois partiellement compensée par la progression des volumes des contrats PFI, des volumes mis en décharge et de collecte commerciale ;
  • L’Allemagne : le recul du chiffre d’affaires (-11,3% en courant) est principalement lié au contrat de Braunschweig (effets défavorables sur les volumes et sur les prix des énergies, et impact des taxes sur les énergies renouvelables), ainsi qu’aux activités Déchets de collecte commerciale ;
  • L’Italie dans l’Energie (-8,7% en courant et à change et périmètre constants), en lien avec la perte de contrats dans les régions Centre-Nord et Nord-Ouest.

Le chiffre d’affaires bénéficie en revanche d’une croissance soutenue en Espagne (+17,3% en courant et à change et périmètre constants), grâce à la signature de plusieurs contrats d’efficacité énergétiques et à un bon début d’année commercial dans l’activité Installation.

L’EBITDA de l’Europe hors France connait une augmentation significative, en particulier en Europe Centrale, du fait d’effets prix favorables sur les énergies achetées, de la contribution positive des plans d’économies de coûts, et de la bonne intégration des activités internationales de Dalkia, dans un contexte climatique en 2015 globalement similaire à celui du premier trimestre 2014.

Reste du monde

Au 31 mars 2015, le chiffre d’affaires du Reste du monde ressort à 1 369,1 millions d’euros, en augmentation de 13,3% en courant (+1,6% à change et périmètre constants) par rapport au 31 mars 2014 en données proforma.

Le chiffre d’affaires du Reste du monde est le reflet d’une croissance solide :

  • en Amérique Latine (+22,8% en courant, +23,8% à change et périmètre constants), en particulier en Argentine (effets favorables sur les prix dans les activités Déchets et gains de contrats notamment à Buenos Aires), et en Equateur (chiffre d’affaires construction).
  • en Chine (+39,8% en courant, +19,9% à change et périmètre constants), principalement liée à la progression des activités Energie (gains de contrats industriels et effets favorables sur les volumes) ;
  • en Afrique et Moyen-Orient (+9,2% en courant, +6,8% à change et périmètre constants), en particulier dans les activités Eau et Energie aux Emirats Arabes Unis, ainsi que dans les activités Eau à Oman et au Qatar.

Cette forte croissance est tempérée par une diminution du chiffre d’affaires aux Etats-Unis, liée notamment à la baisse du prix des énergies vendues sur nos principales installations.

Au global du segment Reste du monde, l’effet de change sur le chiffre d’affaires s’établit à 145 millions d’euros au 31 mars 2015.

L’EBITDA du segment Reste du monde est en forte augmentation, en lien avec la croissance du chiffre d’affaires et la contribution des plans de réduction des coûts.

Activités mondiales

Au cours du premier trimestre 2015, le chiffre d’affaires du segment Activités mondiales ressort à 1 121,1 millions d’euros, en progression de +6,0% en courant (+2,1% à change et périmètre constants) par rapport au 31 mars 2014 en données proforma.

Cette évolution est principalement liée aux bonnes performances opérationnelles de Veolia Water Technologies. Le chiffre d’affaires de VWT progresse en effet de +13,4% en courant et +5,4% à change et périmètre constants, en lien avec les grands projets Design and Build industriels, en particulier le projet de dessalement Az Zour North au Moyen-Orient et le projet Carmon Creek au Canada.

Cette augmentation du chiffre d’affaires est néanmoins tempérée par :

  • la légère dégradation du chiffre d’affaires des activités de déchets spéciaux, liée à la baisse des volumes traités et enfouis ainsi qu’à la baisse des prix des huiles usagées. Par ailleurs, le Groupe a enregistré un bon démarrage de l’incinérateur de déchets toxiques en Espagne, racheté fin 2014 ;
  • la diminution du chiffre d’affaires des contrats multiservices industriels liée à l’arrêt d’un projet industriel au Portugal en février 2014.

L’EBITDA des Activités mondiales est en légère diminution, en particulier dans les Déchets spéciaux en lien avec l’impact des prix bas des matières recyclées (huiles, plastiques) et un démarrage lent en début d’année. Les activités travaux en France sont également pénalisées par la contraction des marchés publics.

Autres

Au cours du premier trimestre 2015, le chiffre d’affaires du segment Autres ressort à 182,5 millions d’euros, en progression de +8,7% en courant (3,5% à change et périmètre constants) par rapport au 31 mars 2014 en données proforma.

L’évolution de l’EBITDA est en lien avec la croissance du chiffre d’affaires et la contribution positive du plan de réduction des coûts.

3. Annexes

Réconciliation des données publiées en 2014 avec les données retraitées 2014

Principales données « Gaap » à fin mars 2014 retraitées (1)

En M€ - Données en périmètre publié (2)

31 mars 2014 Retraitement Retraitement 31 mars 2014 publié

IFRS 5(3)

IFRIC 21 retraité Chiffre d’affaires 5 688,4 +122,6 - 5 811,0 Capacité d’autofinancement opérationnelle 546,7 +18,3 -52,2 512,8 Résultat opérationnel récurrent (4) 376,3 +10,3 -52,2 334,4 Investissements industriels bruts 278 - - 278 Cash-Flow libre -432 +30 - -402 Endettement Financier Net 8 556 +289 - 8 845 Endettement Financier Net Ajusté 5 885 +289 - 6 174 EBITDA N/A N/A N/A 645,4 EBIT courant N/A N/A N/A 327,9 Résultat net courant – Part du Groupe N/A N/A N/A 113,0

(1) Données non auditées

(2) Périmètre publié : y compris Dalkia France en intégration globale et Dalkia International consolidé en mise en équivalence sur le premier trimestre 2014

(3) Reclassement en résultat des activités poursuivies des activités Eau au Maroc

(4) Y compris quote-part de résultat net récurrent des co-entreprises et entreprises associées au 31 mars 2014 retraité

Principales données « proforma » à fin mars 2014 retraitées (1)

31 mars 2014 Retraitement Retraitement 31 mars 2014

En M€ - Données en périmètre proforma (2)

publié

IFRS 5(3)

IFRIC 21 et retraité autres Chiffre d’affaires 6 028,9 +122,6 -4,8 6 146,7 Capacité d’autofinancement opérationnelle 674,6 +18,3 -48,2 644,7 Investissements industriels bruts 290 - - 290 EBITDA N/A N/A N/A 735,7 EBIT courant N/A N/A N/A 354,2 Résultat net courant – Part du Groupe N/A N/A N/A 113,2

(1) Données non auditées

(2) Périmètre proforma: hors Dalkia France et Dalkia International en intégration globale sur le premier trimestre 2014

(3) Reclassement en résultat des activités poursuivies des activités Eau au Maroc

IFRIC 21 « Taxes »

  • Une interprétation qui précise la comptabilisation des taxes, droits et autres prélèvements entrant dans le champ d’application d’IAS 37 « Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels », et qui sont spécifiquement exclues du champ d’application d’IAS 12 « Impôts sur le résultat ».
  • Une comptabilisation de l’obligation désormais attachée au fait générateur fiscal, qui impose le règlement de la taxe par la société.
  • La date de comptabilisation du passif lié à la taxe ou au prélèvement est déterminée par la formulation exacte du texte de loi régissant le prélèvement.
  • La totalité du passif doit être comptabilisée au moment où le fait générateur de la taxe défini par la législation survient. Ainsi, si une taxe est due lorsqu'une entité exerce une activité au 1er janvier N, c'est à cette date que le passif représentatif de la taxe dans sa totalité pour l'année devra être comptabilisé.

Ainsi pour la majorité des taxes dites « RESOP » impactées :

Avant IFRIC 21 : abonnement sur 12 mois

Après application IFRIC 21: comptabilisation au fait générateur fiscal

  • Une application rétrospective obligatoire à compter du 1er janvier 2015 pour les comptes intermédiaires et annuels.
  • L’impact de l’application d’IFRIC 21 réside essentiellement en une allocation différente de la charge lors des clôtures intermédiaires. En conséquence, les comptes consolidés annuels ne seront pas affectés de manière significative par l'application de cette interprétation.

Réconciliation des anciens et des nouveaux indicateurs utilisés par le Groupe

Le tableau de passage de la capacité d’autofinancement opérationnelle au nouvel indicateur EBITDA est le suivant :

En millions d'euros 31 mars 2015 31 mars 2014 Proforma Capacité d’autofinancement opérationnelle 695 645

Exclusion :

Dépenses de renouvellement +65 +63 Charges de restructuration (1) +24 +0

Intégration :

Remboursement des actifs financiers opérationnels +32 +28 EBITDA 816 736

(1) Les charges de restructuration au 31 mars 2015 sont essentiellement liées au plan de départ volontaire de l’Eau France.

Le tableau de passage du résultat opérationnel récurrent à l’EBIT courant est le suivant :

(en millions d’euros) 31 mars 2015 31 mars 2014 Proforma Résultat opérationnel récurrent 463 359

Exclusion

  • Plus-values de cessions financières

-67 -5

  • Impacts IFRS 2

+1 +0

  • Dépréciation de goodwill

+0 +0

  • Charges et provisions de restructuration

+0 +0

  • Pertes de valeur sur les actifs corporels, incorporels et AFO

+0 +0

  • Autres

+0 +0 EBIT courant 397 354

Veolia Environnement
Relations Presse Groupe
Laurent Obadia
Sandrine Guendoul
Tel : + 33 (0)1 71 75 12 52
sandrine.guendoul@veolia.com
ou
Relations Investisseurs & Analystes
Ronald Wasylec - Ariane de Lamaze
Tel. : + 33 (0)1 71 75 12 23 / 06 00
ou
Terri Anne Powers (United States)
Tel. : + 1 312 552 2890

Business Wire