BFM Patrimoine

UPDATE2: EDF attend un Ebidta stable en 2013 avant un retour à la croissance en 2014

BFM Patrimoine
--EDF travaille actuellement sur une hypothèse de stabilité de l'EBITDA en 2013 --Le groupe confirme ses objectifs financiers pour 2012 --Le chiffre d'affaires des neuf premiers mois de 2012 a progressé de 10,2% --Le chiffre d'affaires de la Franc

--EDF travaille actuellement sur une hypothèse de stabilité de l'EBITDA en 2013

--Le groupe confirme ses objectifs financiers pour 2012

--Le chiffre d'affaires des neuf premiers mois de 2012 a progressé de 10,2%

--Le chiffre d'affaires de la France affiche une croissance organique de 4,5% sur la période

--EDF révise de 415 à 410 térawatts/heure son objectif de production nucléaire en France pour 2012

(Actualisation: précisions sur la production nucléaire en France et ses perspectives revues à la baisse pour 2012)

PARIS (Dow Jones)--L'électricien EDF (EDF.FR) a annoncé mardi que "compte tenu de la dégradation de la conjoncture", le groupe "travaillait actuellement sur une hypothèse" de stabilité de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) en 2013, "suivie d'un retour à la croissance à partir de 2014 avec un objectif de dividende au moins stable".

Le chiffre d'affaires d'EDF s'est inscrit à 52 milliards d'euros au cours des neuf premiers mois de 2012, en croissance de 10,2% par rapport à la période correspondante de 2011, dont 6,6% de croissance organique. Les analystes interrogés par Dow Jones Newswires attendaient un revenu de 52,65 milliards d'euros.

Le groupe a confirmé ses objectifs financiers pour 2012, dont une croissance de l'Ebitda à périmètre et changes constants comprise entre 4% et 6% et une croissance du résultat net hors éléments non récurrents comprise entre 5% et 10%.

EDF a précisé dans un communiqué viser cette année un ratio d'endettement financier net/EBITDA inférieur à 2,5 et ajouté que le dividende versé au titre de 2012 serait "au moins stable par rapport à celui versé au titre de 2011".

Pour la période 2011-2015, EDF vise toujours une croissance annuelle moyenne de 4% à 6% de son Ebitda et une hausse annuelle moyenne de 5% à 10% de son résultat net courant à taux de change et périmètre constants. Le groupe prévoit aussi un ratio de distribution compris entre 55% et 65%.

Au cours des neuf premiers mois de 2012, le chiffre d'affaires de la France, qui a représenté 54% de l'activité, a enregistré une hausse organique de 4,5%. "Cette croissance provient principalement de la hausse des volumes commercialisés en raison d'un climat plus rigoureux que sur la même période de 2011 et des hausses de prix et de tarifs", a indiqué EDF dans son communiqué.

Au cours de cette période, la production nucléaire a été affectée par des prolongations d'arrêt. Elle a reculé de 6% par rapport aux neuf premiers mois de 2011, à 295 térawatts/heure. Le groupe vise désormais une production d'environ 410 térawatts/heure pour l'ensemble de 2012, contre 415 térawatts/heure précédemment, la deuxième révision à la baisse annoncée pour l'année en cours.

Au Royaume-Uni, le chiffre d'affaires s'est établi à 7 milliards d'euros, en hausse de 12,1% par rapport aux neuf premiers mois de 2011. Cette amélioration provient d'un effet de change de 497 millions d'euros et d'une croissance organique de 4,1%, soit 257 millions d'euros, a précisé le producteur et distributeur d'électricité.

Le chiffre d'affaires en Italie s'est inscrit à 6,9 milliards d'euros, en hausse organique de 23,7% par rapport aux neuf premiers mois de 2011, la contribution d'Edison s'étant élevée à 6,5 milliards d'euros, en progression organique de 26% "dans un contexte économique italien dégradé induisant une baisse des consommations de gaz et d'électricité". EDF avait indiqué au début septembre détenir une participation de 99,5% dans Edison à l'issue du résultat définitif de son offre publique d'achat (OPA) obligatoire sur le groupe énergétique italien.

Dans les autres pays où l'électricien est présent, le chiffre d'affaires est ressorti à 5,6 milliards d'euros, en hausse organique de 3,4% par rapport aux neuf premiers mois de 2011.

En Belgique, la croissance organique a atteint 3,3% et dans le reste de l'Europe - principalement la Pologne, l'Autriche et la Hongrie - elle s'est inscrite à 7,6%.

Le chiffre d'affaires des autres pays, incluant les Etats-Unis, le Brésil et l'Asie, a en revanche accusé une baisse organique de 4,4%, notamment en raison de l'arrêt pour maintenance de deux turbines à gaz sur le site de Norte Fluminense au Brésil et du recul de la production et des prix de vente de la division CENG aux Etats Unis.

Le segment "Autres activités" a contribué à hauteur de 4,2 milliards d'euros au chiffre d'affaires du groupe, en hausse organique de 9,2%, soutenu par les revenus d'EDF Energies Nouvelles, qui ont progressé de 37,3% à 903 millions d'euros.

--Eric Chalmet et Marion Issard, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 75; eric.chalmet@dowjones.com; marion.issard@dowjones.com

(END) Dow Jones Newswires

November 13, 2012 13:28 ET (18:28 GMT)

© 2012 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-