BFM Patrimoine

UPDATE: Michelin, pénalisé par l'euro en 2013, anticipe un rebond des volumes en 2014

BFM Patrimoine

(Actualisation: précisions sur les facteurs ayant pesé sur les résultats en 2013 et sur la dette nette) PARIS (Dow Jones)--Le fabricant de pneumatiques Michelin (ML.FR) a annoncé mardi que son résultat net avait été affecté en 2013 par l'appr

(Actualisation: précisions sur les facteurs ayant pesé sur les résultats en 2013 et sur la dette nette)

PARIS (Dow Jones)--Le fabricant de pneumatiques Michelin (ML.FR) a annoncé mardi que son résultat net avait été affecté en 2013 par l'appréciation de l'euro, des coûts de restructuration et des pressions sur les prix, mais a souligné qu'il devrait bénéficier d'un rebond des ventes en volume en 2014.

Michelin a été pénalisé l'an dernier par un affaiblissement dans certains de ses marchés automobiles clés, mais anticipe un rebond de la demande de pneus en 2014.

"La demande de pneumatiques en 2014 devrait témoigner du dynamisme des nouveaux marchés et du retour des zones matures à un niveau de marché cohérent avec leur activité économique", a déclaré le groupe industriel dans un communiqué.

Baisse des résultats en 2013

Le géant des pneus a vu son résultat net reculer à 1,13 milliard d'euros en 2013, contre 1,57 milliard d'euros en 2012, pénalisé par un effet de change négatif de 230 millions d'euros dû à l'appréciation de l'euro après l'été, par des coûts de restructuration non récurrents de 260 millions d'euros, et par un effet négatif de 516 millions d'euros lié à son mix prix et produits.

Ces éléments ont été partiellement compensés par un gain de 619 millions d'euros lié à la baisse des prix des matières premières et par un gain de 275 millions d'euros provenant de son plan de réduction des coûts.

Le groupe a par ailleurs dégagé un résultat opérationnel avant frais de restructuration de 2,23 milliards d'euros, contre 2,42 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires a atteint 20,25 milliards d'euros l'année dernière, contre 21,47 milliards d'euros en 2012.

La marge opérationnelle courante du groupe est ressortie à 11%, contre 11,3% un an plus tôt, en raison notamment d'un accès de faiblesse des marchés de génie civil, qui a entraîné un recul de la marge opérationnelle de sa division d'activités de spécialistés à 20,6% en 2013, contre 26% en 2012.

Rebond des volumes attendus en 2013

Michelin s'est fixé pour objectif une augmentation de ses volumes d'environ 3% en 2014, "en ligne avec la croissance mondiale du marché de pneumatiques", a indiqué le groupe.

L'industriel vise également pour 2014 une rentabilité des capitaux employés supérieure à 11% et la génération d'un cash flow libre structurel supérieur à 500 millions d'euros, après 1,15 milliard d'euros en 2013, alors que son programme d'investissements sera maintenu autour de 2 milliards d'euros.

Le très solide flux de trésorerie généré l'an dernier a permis à Michelin de ramener sa dette nette à un niveau historiquement bas de 142 millions d'euros au 31 décembre, contre 1,05 milliard d'euros un an plus tôt.

-Ambroise Ecorcheville et David Pearson, Dow Jones Newswires

(Version française Emilie Palvadeau)

(END) Dow Jones Newswires

February 11, 2014 03:14 ET (08:14 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-