BFM Patrimoine

UPDATE: Hollande et Rajoy se disent attachés à "l'irréversibilité" de l'euro

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)--François Hollande et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy se sont déclarés convaincus de "l'irréversibilité" de l'euro jeudi, lors d'une conférence de presse conjointe à Madrid, le président français soulig

PARIS (Dow Jones)--François Hollande et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy se sont déclarés convaincus de "l'irréversibilité" de l'euro jeudi, lors d'une conférence de presse conjointe à Madrid, le président français soulignant l'importance du Conseil européen du 19 octobre et la nécessité d'apporter des réponses durables pour endiguer la crise de la zone euro.

François Hollande a également annoncé la tenue d'un sommet franco-espagnol à Paris le 10 octobre. Le président a déclaré que ce premier sommet depuis trois ans serait l'occasion d'évoquer des questions communes, concernant les transports, l'économie, la culture ou encore la sécurité.

"Monsieur Rajoy et moi-même, nous sommes attachés à l'intégrité, à l'irréversibilité de l'euro", a expliqué le chef de l'Etat au cours d'une conférence de presse. "C'est très important que les peuples, mais aussi les marchés, puisqu'ils nous observent, soient convaincus de cette irréversibilité, de cette adhésion à un projet qui dépasse d'ailleurs la monnaie unique", a précisé le chef de l'Etat.

François Hollande a insisté sur l'importance du Conseil européen du 19 octobre. "C'est à cette date, dans ce cadre[...] que nous aurons à prendre les décisions qui concernent la zone euro, et des décisions durables", a précisé le président.

"Cela fait trop longtemps que nous reportons un certain nombre de choix et que nous laissons des doutes s'installer", a ajouté François Hollande. "Nous voulons qu'il y ait maintenant des réponses structurelles", afin de restaurer la confiance et la croissance économique.

Rappelant sa rencontre avec le Premier ministre grec Antonis Samaras, samedi dernier à Paris, François Hollande a dit sa "conviction" que les Grecs "veulent faire la démonstration de leur crédibilité".

"Si les Grecs font cette démonstration là, nous devons, au moment du Conseil européen du mois d'octobre, permettre la poursuite du programme d'aide", a expliqué François Hollande.

La troïka doit remettre son rapport sur la situation grecque et les efforts consentis par Athènes pour la fin du mois de septembre, au plus tard au début du mois d'octobre.

-Marc Daniel, Dow Jones Newswires; marc.daniel@dowjones.com;01 40 17 17 60

(END) Dow Jones Newswires

August 30, 2012 10:27 ET (14:27 GMT)

© 2012 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-