BFM Patrimoine

UPDATE: Eurotunnel prévoit un Ebitda supérieur à 500 millions d'euros en 2015

BFM Patrimoine
(Actualisation: précisions sur le trafic dans le tunnel, décision attendue des autorités britanniques sur l'avenir de MyFerryLink, précisions sur les perspectives du groupe à long terme) - Eurotunnel publie un résultat net de 101 millions d'eur

(Actualisation: précisions sur le trafic dans le tunnel, décision attendue des autorités britanniques sur l'avenir de MyFerryLink, précisions sur les perspectives du groupe à long terme)

- Eurotunnel publie un résultat net de 101 millions d'euros en 2013, contre 27 millions d'euros en 2012

- Le groupe vise une amélioration de son Ebitda en 2014 et 2015

- Le dividende est relevé de 25% à 0,15 euro par action

- Le gestionnaire du tunnel sous la Manche saura en mai s'il peut poursuivre son activité maritime

Résultats d'Eurotunnel (GET.FR) - Exercice 2013:

L'ESSENTIEL:

PARIS (Dow Jones)--Groupe Eurotunnel (GET.FR) a déclaré jeudi s'attendre à une nouvelle amélioration de sa rentabilité en 2014 et 2015, après avoir relevé son dividende et vu ses résultats augmenter l'année dernière.

Le concessionnaire du tunnel sous la Manche a fourni pour la première fois de son histoire une prévision d'excédent brut d'exploitation (Ebitda), attendu à 460 millions d'euros cette année et à "au moins" 500 millions d'euros l'année prochaine. Cet indicateur s'est établi à 449 millions d'euros en 2013, les effets de la reprise économique en Grande-Bretagne compensant les pertes de la nouvelle filiale de transport maritime du groupe, MyFerryLink.

Le groupe a également relevé son dividende de 25%, à 0,15 euro par action, au titre de l'exercice écoulé.

Le résultat net a atteint 101 millions d'euros l'année dernière, gonflé par un gain exceptionnel de 81 millions d'euros lié aux impôts différés actifs accumulés par Eurotunnel au fil des ans alors qu'il essuyait des pertes. En 2012, le résultat net s'était établi à 27 millions d'euros, également soutenu par un gain exceptionnel de 30 millions d'euros lié au versement d'indemnités d'assurances.

Au total, le chiffre d'affaires a augmenté de 12% en 2012, à 1,09 milliard d'euros, soutenu par la croissance de l'ensemble des activités du groupe, notamment de sa filiale de fret ferroviaire Europorte.

Le trafic passagers s'est inscrit en hausse de 2% dans le tunnel pour les trains à grande vitesse comme pour les navettes de transport de voitures, mais le transport de poids lourds a reculé de 7% sur un an.

Décision en mai sur l'avenir de MyFerryLink

Lors d'une conférence de presse, le PDG d'Eurotunnel, Jacques Gounon, a indiqué que la Commission de la concurrence britannique rendrait en mai sa décision définitive dans le dossier MyFerryLink. En première instance, le régulateur avait adopté une position contraire à son homologue français et estimé que la diversification du groupe sur le marché des ferries représentait une atteinte à la concurrence. "La semaine prochaine, la Commission de la concurrence donnera la tendance de son analyse dans le dossier MyFerryLink, pour une décision finale qui interviendrait mi-mai", a déclaré le dirigeant.

Si le groupe se voit contraint de cesser son activité maritime, il pourrait devoir attendre trois ans avant de pouvoir revendre les trois navires qu'il avait rachetés en 2012 à l'ancien SeaFrance.

LE COMMENTAIRE DE L'ENTREPRISE:

"L'activité reste dynamique, tirée par la reprise économique en Grande-Bretagne. Les marchés pourraient connaître cette année une croissance aussi forte qu'en 2013, les Britanniques privilégiant de plus en plus les voyages courts sur le continent par le Shuttle", a déclaré Eurotunnel dans un communiqué.

"En 2013, Groupe Eurotunnel a enregistré une nouvelle année record en dépit d'un environnement très concurrentiel. En cette année des 20 ans du tunnel sous la Manche, le groupe se fixe de nouvelles ambitions de création de valeur avec un objectif d'EBITDA de plus de 500 millions d'euros en 2015", a ajouté le PDG, Jacques Gounon, cité dans un communiqué.

LE CONTEXTE:

Le groupe a obtenu gain de cause, totalement ou partiellement, dans deux procédures réglementaires qui menaçaient plusieurs de ses activités. L'interdiction prononcée en Grande-Bretagne du service de ferries MyFerryLink entre Calais et Douvres a été cassée en décembre par une cour d'appel, qui a renvoyé l'affaire devant la Commission de la concurrence britannique.

L'autorité de régulation du tunnel, la Commission intergouvernementale (CIG), a par ailleurs confirmé la méthode de fixation des péages mise en place par le groupe. Cette méthode était contestée par le transporteur Eurostar, filiale de la SNCF, qui avait déposé un recours devant la CIG. "Eurotunnel est fondé à récupérer la totalité de ses coûts à travers les péages", notamment les coûts à long terme induits par les investissements nécessaires à la construction de l'infrastructure, a notamment estimé la Commission.

A plus long terme, l'activité du groupe devrait être soutenue par l'ouverture de nouvelles lignes ferroviaires entre Londres, Amsterdam et Genève, ainsi que par l'arrivée de nouveau clients dans le tunnel comme l'allemand Deutsche Bahn. Eurotunnel vise 14,2 millions de passagers potentiels à l'horizon 2020, ainsi que 1,8 à 2 millions de camions transportés entre la France et l'Angleterre par son service de navettes.

-Thomas Varela, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 72; thomas.varela@wsj.com

COMMUNIQUES FINANCIERS DE GROUPE EUROTUNNEL:

http://www.eurotunnelgroup.com/fr/medias/communiques-de-presse/

(END) Dow Jones Newswires

March 13, 2014 03:08 ET (07:08 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-