BFM Patrimoine

Une banque suisse conseille d'échanger ses euros contre des francs

L'euro perd du terrain face à la devise helvétique

L'euro perd du terrain face à la devise helvétique - Moritz - Pixabay - CC

Cité par l'hebdomadaire Bilan, le chef économiste de Swissquote, spécialisé dans le trading de devises, estime qu'échanger temporairement ces euros, contre des francs "fait sens", même s'il juge aussi qu'une victoire de Marine Le Pen reste fort peu probable.

L'euro perd en ce moment du terrain Face au dollar, mais aussi au franc suisse. De 1,078 franc pour un euro en septembre, la parité est désormais tombée à 1,067.

L'élection présidentielle française, dont le premier tour aura lieu dans un peu plus d'une semaine, apparaît des plus incertaines alors qu'un match à quatre semble désormais se profiler entre Emmanuel Macron, François Fillon, les deux candidats perçus comme étant pro-business, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, dont les marchés redoutent davantage l'élection.

Cette incertitude est telle que le magazine suisse Bilan va jusqu'à considérer que les épargnants français, surtout les frontaliers, auraient intérêt à échanger leurs euros contre des francs suisses pour se prémunir de tout risque avant l'échéance politique.

Se protéger face à l'incertitude

"Cela fait sens d’échanger ses euros contre des francs maintenant, de manière préventive. Nous nous attendons à court terme à une appréciation du franc contre la monnaie unique, due à l’incertitude qui plane sur les marchés", abonde Peter Rosenstreich, le chef économiste de Swissquote, une banque suisse spécialisée dans le trading online, cité par le magazine helvétique.

Il souligne toutefois que d'autres options sont actuellement possibles: vendre des euros contre la livre britannique ou contre la couronne islandaise.

Néanmoins, il s'agit bien de stratégies de couverture face à un risque qui reste, selon Peter Rosenstreich, faible.

"À moins de croire réellement à une victoire de Marine Le Pen au second tour, le risque sur l’euro est en fait limité", indique-t-il. Le chef économiste juge ainsi que la monnaie unique devrait remonter une fois qu'Emmanuel Macron aura gagné au second tour (son scénario de référence). Entre temps, la qualification de Marine Le Pen au second tour, ferait chuter la monnaie unique, car son score serait plus élevé que prévu, toujours selon son scénario de référence. "Dans un tel scénario, l’euro pourrait tomber à 1,05-1,04 au premier tour, voire à la parité si la surprise est forte. Mais ce mouvement ne sera pas durable si elle ne remporte pas l’élection", expose Peter Rosenstreich.

J.M.