BFM Patrimoine

Total anticipe une hausse de sa production au T4 après une croissance de 2% au T3

BFM Patrimoine
-Résultat net T3 en recul de 19% à 2,7 milliard d'euros -Production d'hydrarbures de 2,299 millions de bep/j au T3, en hausse de 2% -Acompte sur dividende au titre du T3 à 0,59 euro par action -Croissance de 2% de la production au T3 -Total antici

-Résultat net T3 en recul de 19% à 2,7 milliard d'euros

-Production d'hydrarbures de 2,299 millions de bep/j au T3, en hausse de 2%

-Acompte sur dividende au titre du T3 à 0,59 euro par action

-Croissance de 2% de la production au T3

-Total anticipe une hausse de sa production au T4

-Le groupe a "de la place" pour accroître son dividende à l'avenir

-Certaines cessions programmées ne se sont pas encore matérialisées

-Les marges de raffinage européennes demeurent à un niveau très bas

-L'environnment de la pétrochimie apparaît moins favorablement orientée qu'au T3

Résultat de Total - Troisième trimestre 2013 :

L'ESSENTIEL:

PARIS (Dow Jones)--La major pétrolière et gazière Total (FP.FR) a annoncé jeudi que sa production d'hydrocarbures du quatrième trimestre devrait être supérieure à celle de la période correspondante de 2012. Au troisième trimestre, le groupe a vu sa production progresser pour le deuxième trimestre consécutif.

Le groupe a annoncé qu'au troisième trimestre, sa production s'était inscrite à 2,299 millions de barils équivalent pétrole par jour (bep/jour), en ligne avec les attentes des analystes et en hausse de 2% sur la période correspondante de 2012. Au trimestre dernier, la production de la major a bénéficié du redémarrage du champ d'Elgin en mer du Nord et de quelques accélérations de programmes.

Au troisième trimestre, le résultat net ajusté de Total a chuté de 19%, pénalisé par une hausse des charges d'exploration, des conditions de raffinage demeurant difficiles et des coûts de maintenance saisonniers.

Au troisième trimestre, le résultat net ajusté s'est inscrit à 2,7 milliards d'euros, contre 3,36 milliards d'euros pour la période correspondante de 2012. Selon un consensus réalisé par Dow Jones Newswires, les analystes tablaient en moyenne sur un résultat net ajusté de 2,77 milliards d'euros. Le résultat net ajusté, qui exclut certains éléments comme les stocks de pétrole et des participations financières, est très suivi par les opérateurs de marché.

"Total progresse vers l'atteinte de ses objectifs à horizon 2015-2017", a toutefois indiqué le groupe dans un communiqué. Après la cession de TIGF en France, Total a confirmé son objectif de cession d'actifs portant sur 15 à 20 milliards de dollars pour la période 2012-2014. "Certaines cessions programmées ne se sont pas encore matérialisées", a souligné Patrick de la Chevardière, le directeur financier du groupe, lors d'une conférence téléphonique.

Dans un contexte où le prix du Brent reste ferme depuis le début du quatrième trimestre, les marges de raffinage européennes demeurent à "un niveau très bas et l'environnement de la pétrochimie apparaît moins favorablement orienté qu'au troisième trimestre", en raison d'une baisse saisonnière des consommations.

Total mettra en paiement le 27 mars un troisième acompte trimestriel sur dividende au titre de l'exercice 2013 de 0,59 euro par action. Contrairement à ce qu'attendaient les analystes, le dividende est stable dans l'attente de la finalisation de deux cessions au Nigeria et au Congo. Patrick de la Chevardière a prévenu qu'il restait "de la place" au groupe pour accroître son dividende à l'avenir.

LE COMMENTAIRE DE L'ENTREPRISE:

"Le groupe renforce ses objectifs de production post-2017 dans des conditions répondant à ses stricts critères financiers, tout en confirmant ses engagements de réduction à court terme de ses investissements", a commenté Christophe de Margerie, le PDG de Total, cité dans le communiqué.

LE CONTEXTE:

Le mois dernier, le groupe avait confirmé ses objectifs de croissance de production et du cash flow disponible. Le groupe avait alors indiqué qu'il visait une production de 2,6 millions de barils équivalent pétrole par jour en 2015 et un potentiel de 3 millions de barils équivalent pétrole par jour en 2017. Total a par ailleurs confirmé la baisse de ses investissements à partir de 2014. Conjuguée à l'apport des démarrages dans la production et aux effets des restructurations, notamment dans le raffinage, cette diminution devrait permettre de "générer une croissance notable du cash flow disponible", avait indiqué le groupe. Lors d'un entretien accordé à Dow Jones Newswires, Philippe Boisseau, le responsable de la branche distribution de Total, avait précisé que cette division devrait afficher un flux de trésorerie disponible de 1 milliard de dollars en 2017, contre environ 400 millions de dollars l'année dernière. En ce qui concerne les activités de raffinage et de chimie, le groupe a indiqué que les restructurations commençaient "à porter leurs fruits" et que la rentabilité se rapprochait de l'objectif de 13% fixé à horizon 2015.

-Eric Chalmet et Géraldine Amiel, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 65; eric.chalmet@wsj.com

COMMUNIQUES FINANCIERS DE TOTAL:

http://http://total.com/fr/actionnaires/investisseurs-institutionnels

(END) Dow Jones Newswires

October 31, 2013 03:46 ET (07:46 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-