BFM Patrimoine

Taux: tension après PIB US, crise en Inde (inflation à 11%).

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les marchés obligataire US encaissent mal la forte (et surprenante) révision à la hausse du PIB américain au second trimestre: les statisticiens de Washington ont largement retraité leurs chiffres et la croissance ressort

(CercleFinance.com) - Les marchés obligataire US encaissent mal la forte (et surprenante) révision à la hausse du PIB américain au second trimestre: les statisticiens de Washington ont largement retraité leurs chiffres et la croissance ressort à +2,5% contre un modeste +1,7% annoncé initialement. Par ailleurs, le chômage US en données hebdomadaires recule de -6.000 à 331.000, ce qui constitue également un plancher en la matière depuis 2009.

Voilà qui risque de relancer les spéculations sur un allègement des injections monétaires par la FED dès le mois de septembre.

Les T-Bonds se dégradent fortement de 2,77% vers 2,82% (et 2,83% au plus haut) vers 15H). En Europe, les Bunds (1,88%), les Guilts britanniques (2,63%), les OAT (2,47%) ne réagissent pas et demeurent parfaitement stables.

Alors que les inspecteurs de l'ONU quitteront la Syrie samedi soir, la perspective d'éventuelles frappes américaines (rien n'est décidé rappelle Barack Obama) reste fixée au plus tôt à la nuit de samedi à dimanche. D'ici là, certains espèrent que Damas fera un geste ou qu'une médiation se mettra en place: la 'course vers la sécurité' semble donc moins prioritaire que 48H auparavant (et pas question pour les USA d'envoyer des troupes au sol, cela a été répété hier, seules des 'frappes ciblées' sont envisagées).

Cette journée restera surtout marquée par 2 hausses de taux -visant à défendre leurs devises respectives- opérées par 2 pays émergents devenus des pièces majeures sur l'échiquier économique: il s'agit du Brésil qui relève le taux directeur de 50Pts de base à 9% et le l'Indonésie (même amplitude et loyer de l'argent porté à 7%).

Le cas de l'Inde pose également problème avec un krach de la Roupie (-23,00% depuis le début de l'année) qui débouche sur effondrement du marché obligataire et une flambée symétrique des taux alors que les investisseurs non résidents continuent de prendre la fuite: si le taux directeur reste fixé à 7,25%, l'inflation s'envole largement au-dessus des 11% et les 'taux marchés' sont encore plus élevés.

L'état de crise est avéré, les entreprises sont désormais incapables d'investir et les particuliers d'emprunter, les prix à l'importation explose... le seul espoir est que cette situation ne soit que temporaire.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance