BFM Patrimoine

Taux: T-Bonds US et BTP italiens à parité malgré conjoncture

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Seconde séance de stabilité parfaite pour les Bunds allemands (0,75%, soit 40Pts de 'spread' par rapport aux OAT), les 'bonos' espagnols (2,12%), les BTP italien (2,35%) malgré une déferlante de chiffres très attendus conce

(CercleFinance.com) - Seconde séance de stabilité parfaite pour les Bunds allemands (0,75%, soit 40Pts de 'spread' par rapport aux OAT), les 'bonos' espagnols (2,12%), les BTP italien (2,35%) malgré une déferlante de chiffres très attendus concernant la croissance dans divers pays de l'Eurozone.
Mais la montagne accouche d'une souris puisque les variations enregistrées consécutivement à cette vague de publication sont tout simplement... inexistantes.
Le PIB global de la zone euro a progressé de 0,2% au troisième trimestre: il s'élève à +0,8% en rythme annuel au lieu de +0,7% anticipé. Ce Petit 'bonus' de +0,1%, on le doit principalement à l'Espagne, dont le PIB progresse de 0,5% (après +0,6% au trimestre précédent) et à la France -et oui- qui annonce 0,3% de croissance au lieu de +0,2% attendu.

Mais sur l'année, cela ne change rien au sort de la France car le score du T2 a été révisé de 0 à -0,1%... et les dépenses de l'état en hausse de +0,8% (quand l'investissement chute de -1,2%) a fait la différence.

Le Grèce annonce de son côté +0,7% de PIB progresser (après 0,3% au printemps) avec une saison estivale réussie, et où les prix ont été gonflés avec l'arrivée touristes à la recherche de soleil à tarif réduit.

Côté déceptions, l'Allemagne se contente de +0,1%, ce qui lui évite de justesse la récession après un recul de 0,1% au trimestre précédent.

Un chiffre qui signale 'une stagnation dans le pays censé être le moteur de croissance de la zone euro', s'inquiète Jonathan Loynes, tandis que Christian Schulz attribue en partie les difficultés de l'Allemagne aux retombées de la crise russo-ukrainienne.

Quant à l'Italie, elle reste en récession avec un recul de 0,1%, après -0,2% au trimestre précédent.

Côté Etats Unis, il y a avait également une belle série de chiffres avec les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté de 0,3% en octobre. Une hausse conforme aux attentes des économistes et qui fait suite à un repli de 0,3% le mois précédent (chiffre non révisé).

Hors automobile, la hausse des ventes s'établit à +0,3%, contre +0,2% anticipé par le consensus et après une stabilité en septembre (révisé de -0,2%).
Les prix à l'importation aux Etats-Unis ont chuté sans surprise de 1,3% au mois d'octobre, grâce notamment au plongeon de -6,5% du pris des carburants (-6,5%).

De leur côté, les prix à l'exportation US ont baissé de 1% en octobre, après avoir reculé de 0,4% en septembre. Hors agriculture (-2,1%), ils ont reculé de 0,9%.

Par rapport au même mois de 2013, les prix à l'importation et à l'exportation ont baissé respectivement de 1,8% et de 0,8% en octobre dernier.
Les T-Bonds US auraient pu en profiter pour se détendre mais ils corrigent de +2Pts de base à 2,3650%, soit plus de 160Pts de 'spread' par rapport aux Bunds et 120Pts par rapport à nos OAT, portant moins bien notées... et que dire de la parité parfaite avec les BTP italiens ?
Quand on mesure à quel point la conjoncture se situe aux antipodes, cela laisse songeur.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance