BFM Patrimoine

Taux: nette dégradation aux USA puis en Espagne.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - L'embellie sur les marchés obligataire survenu la veille fait long feu aux Etats Unis (les T-Bonds se dégradent à 2.77% contre 2.72% mardi, la question du plafond du déficit Fédéral reste problématique) ainsi sur les prin

(CercleFinance.com) - L'embellie sur les marchés obligataire survenu la veille fait long feu aux Etats Unis (les T-Bonds se dégradent à 2.77% contre 2.72% mardi, la question du plafond du déficit Fédéral reste problématique) ainsi sur les principales émissions souveraines en Europe (notamment en Espagne avec un '10 ans' qui se retend de 7Pts de base de 4,55%).
Les BTP italiens sont les seuls à enregistrer une détente marginale de -0,02% à 4,44% après une entame de semaine en chute libre suite au risque de voir la coalition gouvernementale éclater d'ici le 9 septembre en cas d'inégibilité de S.Berlusconi.

La 'course vers la sécurité' semble donc se ralentir alors que le marché s'interroge sur la forme que pourrait prendre une intervention militaire à l'encontre du régime de Damas (pas question pour les USA d'envoyer des troupes au sol, seules des 'frappes ciblées' sont envisagées).
Washington dément chercher à obtenir la chute de Bachar Al Assad alors que nombre d'alliés occidentaux exigent son départ.
Moscou continue en revanche de soutenir son allié et la Chine pourrait s'alarmer de voir l'Iran se retrouver prochainement totalement isolé dans la région.

Les marchés d'actions mesurent certainement assez mal quels pourraient être les retombées d'un basculement politique majeur en Syrie.

C'est un pays très 'central' à mi-chemin entre la Turquie et l'Arabie Saoudite (les 2 géants du Proche Orient qui alimentent l'Europe en pétrole, soit via pipe-line, soit comme producteurs de 'brut') et frontalier du Liban (considéré comme sa zone d'influence historique) et de l'Iran (allié objectif contre Israël).

Ce sont les marchés de matières premières qui démontrent depuis de longues semaines que le risque géopolitique est pris très au sérieux, tandis que Wall Street et l'Europe s'en désintéressaient, anesthésiés par la morphine monétaire dispensée par la FED.
Le baril de pétrole a très nettement franchi le seuil des 110$ à New-York et il file au-delà des 115$ sur le Brent.

Seul petite indication favorable, l'once d'or consolide de 1.430 vers 1.420$/Oz, ce qui pourrait témoigner d'une légère rechute de l'aversion au risque sur les marchés de métaux précieux (Londres, New York).

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance