BFM Patrimoine

Taux: le spread Bund/T-Bonds à +100Pts après emploi US.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Ce vendredi 5 juillet se caractérise par une violente remontée des taux longs US: au-delà des 195.000 créations d'emploi du mois de juin (c'est 30.000 de plus que prévu), c'est la réaction du marché qui est riche d'enseig

(CercleFinance.com) - Ce vendredi 5 juillet se caractérise par une violente remontée des taux longs US: au-delà des 195.000 créations d'emploi du mois de juin (c'est 30.000 de plus que prévu), c'est la réaction du marché qui est riche d'enseignement.
Nous assistons clairement à une 'sur-réaction' très révélatrice de l'état des esprits des spécialistes des marchés obligataires avec un rendement des T-Bond US de maturité 10 ans qui s'envole de +20Pts de base, vers un nouveau record annuel de 2,715% (ce qui envoie l'or au tapis avec une rechute de -30$ à 1.220$/Oz).

Les opérateurs se remettent à craindre que la FED ne réduise le montant de ses rachats mensuels dès la rentrée alors que l'économie américaine a créé bien plus d'emplois que prévu au mois de juin (et au mois de mai avec une forte révision à la hausse pour le mois d'avril de +55.000 à 199.000), d'après les données du Département du travail.
Le rapport mensuel sur l'emploi fait également état d'un taux de chômage inchangé à 7,6% ce qui en revanche est conforme aux attentes.

Toujours sur le front des statistiques, mais en Europe cette fois-ci, mauvaise surprise du côté des commandes à l'industrie allemande qui ont diminué de 1,3% en mai 2013 par rapport à avril, contre une hausse de +1,2% attendue (après une baisse de 2,2% entre mars et avril).
Mais cela n'empêche pas le Bund de subir la contagion des T-Bonds US: son rendement grimpe de +11Pts de base à 1,72%... soit exactement 100Pts d'écart (de 'spread') par rapport aux bons du Trésor US et 80Pts par rapport aux 'guilts' britanniques (2,52%).

Les opérateurs européens se pensaient relativement à l'abris d'une telle tension après les prestations de Mario Draghi et Mark Carney : 'les banques centrales européenne et britannique ont rassuré les investisseurs sur le fait qu'elles n'étaient nullement pressées de ralentir leur programme d'assouplissement monétaire', rappelle RTFX.

'Concernant le Portugal, Mario Draghi s'est dit rassuré par la nomination de la nouvelle ministre des Finances, Maria Luis Albuquerque', ajoute Barclays Bourse, précisant que 'l'Etat portugais a déjà assuré son financement pour 2013 grâce en grande partie à l'aide financière de l'Europe et du FMI, donc le pays ne se trouve pas dans une situation d'urgence qui nécessiterait un sauvetage rapide, ce qui permet de relativiser l'impact de la hausse du taux à 10 ans sur le refinancement du Portugal'.
Même si une légère détente des taux se dessine là-bas (le rendement repasse sous 7% contre 7,30% la veille et 8% mercredi matin, il ne faut pas perdre de vue que Maria Luis Albuquerque symbolise tout ce que la rue -et de nombreux ministres démissionnaires- rejettent (austérité, euthanasie des rentiers, etc.).

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance