BFM Patrimoine

Taux: la FED au service exclusif de W-Street, stats ignorées

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - L'évolution des marchés obligataires, les piètres statistiques d'activité en Europe, les incertitudes politiques en Italie, rien de tout cela n'a guère d'importance car ce qui préoccupe les opérateurs, c'est de voir le Do

(CercleFinance.com) - L'évolution des marchés obligataires, les piètres statistiques d'activité en Europe, les incertitudes politiques en Italie, rien de tout cela n'a guère d'importance car ce qui préoccupe les opérateurs, c'est de voir le Dow Jones retracer les 14.165Pts du 9 octobre 2007 dès l'ouverture de Wall Street.

C'est programmé comme cela... et probablement depuis plusieurs semaines: si les marchés hésitaient, les membres de la FED se seraient succédés pour délivrer un feu roulant de 'nous poursuivrons le quantitative easing indéfiniment, jusqu'à un hypothétique retour de la croissance'.

Le message martelé par la FED depuis une semaine est que l'argent va continuer de couler à flot et que les taux vont rester à zéro.

Ce sont les banques centrales qui dictent leur volonté aux cycles économiques, la taille de la dette n'a aucune importance, la conjoncture réelle n'a aucune importance... sauf si elle se dégrade ou devient plus incertaine, malgré les trilliards déjà injectés: alors les stimulii monétaires doivent être renforcées (c'est exactement le sens du discours tenu lundi matin par Mr Kuroda, le futur patron de la banque centrale du Japon).
La dégradation des 'PMI' en zone Euro (le score global recul de 48,6 vers 47,9 en février), le maintien au plus bas du PMI des 'services' en France autour de 43 (bien loin du seuil pivot des 50) ou en Italie (il recule de 43,9 vers 43,6) ne peut que conduire la BCE à préparer 'quelque chose'.

La BCE laissera probablement son taux directeur inchangé à 0,75% mais elle pourrait faire connaître qu'elle dispose de moyens techniques d'accroitre la liquidité.
Que les 2 LTRO de 500MdsE de décembre 2011 et février 2012 aient échoué à relancer la croissance en Europe n'empêche pas les marchés d'anticiper une nouvelle initiative de ce genre.
Sans cette anticipation, la détente de -9Pts de base des taux longs italiens (vers 4,78%) ou de 22Pts de base au Portugal (vers 6,16%) alors que le pays est au bord de l'explosion sociale serait difficilement explicable.
Le recul des T-Bonds peut sembler 'contre-intutif' après les déclarations de Janet Yellen lundi mais c'est justement parce que Wall Street ne jure plus que par les actions que le rendement du '2023' se tend vers 1,8980% (contre 1,87% la veille).

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance