BFM Patrimoine

STEF: 'plus prudent en terme de résultat pour 2013'.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Stanislas Lemor, directeur financier de STEF, spécialiste de la logistique du froid, répond aux questions de Cercle Finance, après la publication du chiffre d'affaires du premier trimestre, en fin de semaine dernière. Cercle

(CercleFinance.com) - Stanislas Lemor, directeur financier de STEF, spécialiste de la logistique du froid, répond aux questions de Cercle Finance, après la publication du chiffre d'affaires du premier trimestre, en fin de semaine dernière.

Cercle Finance: Etes-vous satisfait de la performance réalisée sur les trois premiers mois de l'année?

Stanislas Lemor: Le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 618,9 millions d'euros, en hausse de 3,7%, grâce notamment à la croissance externe réalisée en fin d'année dernière, et ce, malgré des éléments défavorables (effets calendaires, consommation alimentaire en berne dans tous les pays).

Pour rappel, STEF a acquis début novembre 2012 une société spécialisée dans la restauration hors foyer qui génère 21,9 millions d'euros de chiffre d'affaires sur le trimestre (dont 19,5 millions d'euros de ventes pour comptes de tiers).

Retraité des activités de négoce (achat/vente de produits pour les enseignes de restauration clientes de la société), le chiffre d'affaires trimestriel reste stable.

Par métier, dans le transport, bien que les volumes ont augmenté, l'activité a été pénalisée par la baisse de la consommation alimentaire, des conditions climatiques défavorables (neige et verglas) ainsi que par un effet calendaire négatif (deux jours de moins travaillés cette année par rapport à l'an dernier).

En outre, nous avons refacturé aux clients une surtaxe carburant moindre par rapport au premier trimestre 2012.

L'activité maritime (vers la Corse), marginale au premier trimestre, affiche un recul de son chiffre d'affaires de 4,2%. Toutefois, le niveau des réservations pour la période estivale s'avère satisfaisant

Concernant la logistique, l'activité a bien résisté, grâce au gain de nouveaux contrats et malgré le scandale de la viande de cheval qui a impacté les dossiers de flux tendus pour les enseignes de distribution alimentaire.

Par zones géographiques, STEF a vu ses volumes et son chiffre d'affaires diminuer dans la péninsule ibérique (Espagne et Portugal) en raison d'un environnement de consommation particulièrement dégradé et d'une pression accrue sur les tarifs.

Dans les autres pays européens dans lesquels le groupe est présent, l'activité a continué à croître.

CF: Etes-vous confiant pour le reste de l'exercice?

SL: Nous avons pour ambition de retrouver notre rythme de croisière, à savoir un chiffre d'affaires en croissance organique de l'ordre de 3 à 5% au cours des prochains trimestres.

Beaucoup d'éléments exogènes qui ne se reproduiront pas au cours des mois qui viennent ont pénalisé l'activité du groupe au premier trimestre.

Nous sommes confiants dans notre capacité à gagner des parts de marché et de nouveaux contrats cette année, notamment en logistique.

En terme de résultat, nous sommes plus prudents pour 2013. Nous ne pouvons espérer qu'une petite croissance (à un chiffre) du résultat cette année.

Sur l'exercice, nous entendons accélérer les mesures de réduction des coûts, afin d'adapter le groupe à la conjoncture défavorable, caractérisée par une baisse importante de la consommation.

CF: Enfin, étudiez-vous des dossiers d'acquisition?

SL: Nous regardons plusieurs dossiers. Deux en France, l'un dans le transport, l'autre dans la logistique et le transport, un au Benelux dans le transport, un en Suisse alémanique dans la logistique.

Nos cibles réalisent moins de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires et leur valeur d'entreprise n'excède pas 30 à 35 millions d'euros.

Les négociations menées actuellement devraient aboutir sur l'annonce d'une opération de croissance externe au cours du deuxième trimestre 2013.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance