BFM Patrimoine

Soliris® obtient des résultats notablement supérieurs chez des patients atteints de SUHa lors d'études pivots publiées dans le New England Journal of Medicine

BFM Patrimoine
— Les résultats soulignent l'importance d'une intervention précoce et de l'inhibition chronique de la voie terminale du complément avec Soliris chez les patients atteints de SHUa— —Les résultats

Les résultats soulignent l'importance d'une intervention précoce et de l'inhibition chronique de la voie terminale du complément avec Soliris chez les patients atteints de SHUa—

—Les résultats cliniques améliorés comprennent le rétablissement de la fonction rénale sérieusement endommagée—

Alexion Pharmaceuticals, Inc. (Nasdaq : ALXN) a annoncé aujourd'hui que les renseignements publiés dans l'édition du 6 juin de The New England Journal of Medicine (NEJM) prouvent qu'un traitement régulier au Soliris® (eculizumab) est efficace chez les patients atteints du syndrome hémolytique et urémique atypique (SUHa), une maladie génétique permanente qui détruit les organes vitaux et engendre le décès prématuré.1 Chez les patients souffrant de SUHa, l'activation incontrôlée de la voie terminale du complément provoque la microangiopathie thrombotique (MAT), la formation de caillots sanguins dans les petits vaisseaux sanguins dans le corps.2,3

Les résultats de deux études pivots publiés dans le NEJM, indiquent que le traitement régulier au Soliris freine notablement la MAT à médiation complémentaire chronique, réduit la nécessité des interventions chirurgicales liée à cette condition et améliore de manière soutenue le nombre de plaquettes, augmentant ainsi progressivement la fonction rénale des divers groupes de patients dans le temps entraînant le rétablissement durable des reins chez les patients atteints du SUHa. En outre, le traitement chronique par Soliris mène à l'inversion des dommages des organes vitaux et à des améliorations notables de la qualité de vie liée à la santé (QVSL). Les données de l'étude indiquent également qu'une intervention précoce avec Soliris permet d'améliorer les résultats cliniques.1

aHUS est une maladie chronique engageant le pronostic vital qui peut progressivement détruire les organes vitaux, aboutissant à l'AVC, la crise cardiaque, la défaillance rénale et au décès.4 La morbidité et la mortalité précoce en cas de syndrome hémolytique et urémique atypique sont entraînées par l'activation chronique incontrôlée du complément, conduisant à la MAT systémique.5,6 Soliris, l'inhibiteur de la voie terminale du complément de sa catégorie, est indiqué pour le traitement de patients atteints de SUHa pour entraver la MAT à médiation complémentaire.

« Soliris représente une avancée importante dans le traitement des patients atteints de SHUa, car il cible directement l'activation chronique incontrôlée du complément, la cause sous-jacente de la défaillance progressive des organes et du raccourcissement de la durée de leur durée de vie », a déclaré l'auteur de l'étude, Christophe Legendre, M.D., professeur de néphrologie à l'université Paris Descartes et à l'hôpital Necker de Paris, en France. « Grâce à ce traitement homologué et hautement efficace appuyé par de solides données revues par les pairs, les médecins pourront, s'ils sont bien attentifs à diagnostiquer de façon différentielle les patients atteints de SHUa, commencer rapidement le traitement en respectant les schémas posologiques approuvés, prévenir le risque permanent de complications cliniques systémiques de la MAT, notamment l'endommagement de plusieurs systèmes d'organes vitaux. »

Les homologations de Soliris aux États-Unis et dans d'autres pays pour le traitement de patients atteints de SUHa lui ont été accordées sur la base de données provenant de deux études prospectives publiées aujourd'hui dans le NEJM, ainsi que sur des renseignements issus d'une autre étude rétrospective.7 Soliris est le premier et seul traitement contre le SUHa ciblant directement la cause sous-jacente de la maladie : l'activation chronique incontrôlée de la voie terminale du complément déclenchant la MAT à médiation complémentaire. Avant la mise sur le marché de Soliris, jusqu'à 65 % des patients souffraient d'un endommagement rénal évoluant vers une insuffisance rénale chronique au stade ultime (IRSU) où décédaient dans l'année qui suivait le diagnostic de SUHa.8

« Nous agissons le plus rapidement possible afin d'amener Soliris à plus de patients souffrant de cette maladie potentiellement mortelle dans le monde entier », a expliqué la coauteure de l'étude, Camille Bedrosian, M.D., vice-présidente exécutive et médecin-chef chez Alexion Pharmaceuticals, Inc. « Lors de ces études cliniques, l'intervention précoce de Soliris pour inhiber totalement et chroniquement l'activité de la voie terminale du complément a permis d'améliorer notablement la santé d'une population étendue de patients atteints de SUHa. »

Données de l'étude clinique publiée dans le NEJM

Les résultats publiés dans le NEJM sont basés sur deux études prospectives multicentriques (désignées par Étude 1 et Étude 2) au cours desquelles des patients atteints de SUHa âgés de 12 ans et plus ont reçu Soliris pendant 26 semaines ainsi que lors de prolongations à long terme de chaque essai (durées moyennes de 64 et 62 semaines pour l'essai associé et les prolongations des études 1 et 2, respectivement). L'étude 1 comportait 17 patients avec un nombre réduit de plaquettes, souffrant d'un important dommage rénal avec des signes cliniques de MAT évolutive dont le SUHa a été diagnostiqué en moyenne 9,7 mois avant la sélection. L'étude 2 comportait 20 patients souffrant d'insuffisance rénale chronique, traités de manière prolongée par échange ou perfusion de plasma et souffrant de SUHa de longue durée dont le SUHa a été diagnostiqué en moyenne 48 mois avant la sélection.1

Lors des deux études, la normalisation des mesures hématologiques avec Soliris indique une chute importante la MAT à médiation complémentaire ainsi que des interventions liées à la MAT. Dans l'étude 1, le nombre de plaquettes à la vingt-sixième semaine a augmenté pour atteindre 73 x 109 par litre (P < 0,001) à la vingt-sixième semaine 9 . Dans l'étude 2, 80 % des patients n'ont manifesté aucun signe de MAT. L'activité de la voie terminale du complément avait chuté de manière significative une heure après le début du traitement et avait totalement disparu chez tous les patients ayant reçu Soliris pendant toute la durée du traitement (P < 0,001 pour les deux études jusqu'à la vingt-sixième semaine 26).1

Des résultats positifs ont également été enregistrés en ce qui concerne critères d'évaluation secondaires des deux essais. Le traitement Soliris a considérablement amélioré les résultats rénaux et a été associé avec des hausses continuelles chronologiques du débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe) qui permet de mesurer la fonction rénale. Dans l'étude 1, la dialyse a dû être interrompue dans 80 % des cas (soit quatre patients sur cinq) où elle était requise au début du traitement par Soliris ; ces patients n'ont plus été dialysés pendant toute la durée du traitement. En outre, une amélioration d'au moins un stade pathologique de l'insuffisance rénale chronique (IRC) lors de la période de prolongation de l'étude a été enregistrée chez 65 et 45 % des patients respectivement de l'étude 1 et 2.1

Dans les deux études, les investigateurs ont remarqué que la fonction rénale s'améliorait considérablement (P = 0,007 dans l'étude 1 et P < 0,001 dans l'étude 2) lorsque le traitement par Soliris était administré plus tôt, ce qui indique que l'on peut obtenir de meilleurs résultats cliniques et contrecarrer l'endommagement des organes.1

Dans les études 1 et 2, pour respectivement 24 et 35 % des patients, aucune mutation génétique ni aucun autoanticorps lié à un facteur régulateur du complément n'ont été identifiés (c.-à-d., pour compléter le facteur H [CFH]). Il est important de signaler des résultats positifs dans les deux études chez les patients traités par Soliris que la présence de mutations génétiques ou autoanticorps CFH ait été identifiée ou non.5 Ce résultat vient appuyer les recommandations des auteurs selon lesquelles le traitement du SHUa par Soliris peut être envisagé sans nécessairement disposer des résultats d'analyse de mutation complémentaire.1

Les auteurs précisent que toute modification de la posologie approuvée de Soliris exposerait les patients SUHa à un risque permanent continuel de complications cliniques systémiques de la MAT, notamment de nombreux dommages aux organes vitaux.1,9,10,11 5 patients sur les 18 qui ont raté des doses de Soliris lors des deux essais ou de l'étude rétrospective ont expérimenté par la suite des complications graves de la MAT.1,12,13 Ces résultats sont en phase avec la physiopathologie de la maladie (activation incontrôlée du complément) et souligne l'importance de contrôler sans cesse les patients et de poursuivre le traitement Soliris pour réduire la MAT.1,13,14

Soliris semble avoir été bien toléré lors des deux études. Les effets indésirables graves les plus graves (EIG) du traitement par Soliris étaient l'hypertension accélérée, l'hypertension et la grippe. Aucune hausse des EIG n'a été enregistrée lors d'un traitement continuel au Soliris au cours duquel les taux d'EIG sont restés constants ou ont chuté de la première période de vingt-six semaines aux périodes de traitement suivantes. Aucun nouveau EIG n'est apparu après la première période de vingt-six semaines de l'étude. Les EIG étaient similaires dans les sous-groupes de patients, notamment 15 patients de transplantation ayant reçu un traitement immunosuppresseur lors des études. Tous les patients étaient vivants lors de l'arrêt du prélèvement des données de l'étude.1 Les études ont été enregistrées sur le site www.ClinicalTrials.gov : NCT00844844, NCT00844545, NCT00844428, NCT00838513.

À propos de Soliris

Soliris est le meilleur inhibiteur de la voie terminale du complément de sa catégorie développé par Alexion, du laboratoire à la mise sur le marché, en passant par l'approbation réglementaire. Soliris a été homologué aux États-Unis, dans l'Union européenne et dans d'autres pays, comme premier et unique traitement destiné aux patients atteints du syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa). Soliris est indiqué pour entraver la microangiopathie thrombotique (MAT) à médiation complémentaire. Soliris n'est pas indiqué pour le traitement de patients infectés par la bactérie Shiga Toxine Escherichia Coli souffrant du syndrome hémolytique et urémique(STEC-SHU). Alexion est en train d'évaluer l'innocuité et l'efficacité de Soliris pour le traitement des patients atteints du STEC-SHU.

Soliris est également homologué aux États-Unis, dans l'Union européenne, au Japon et dans d'autres pays, comme premier et seul traitement destiné aux patients atteints d'hémoglobinurie paroxystique nocturne (PNH), un trouble sanguin débilitant, ultra rare et potentiellement mortel caractérisé par l'activation chronique incontrôlée du complément (destruction des globules rouges sanguins. Soliris est indiqué pour réduire l'hémolyse.

L'approche révolutionnaire de Alexion vis-à-vis de l'inhibition de la voie terminale du complément a été récompensée par certains des plus prestigieux prix de l'industrie pharmaceutique : le Prix Galien USA 2008 du meilleur produit technologique, avec de larges implications pour le futur de la recherche biomédicale, et le Prix Galien France 2009 dans la catégorie Médicaments traitant les maladies rares.

Pour en savoir plus à propos de Soliris, veuillez consulter le site www.soliris.net.

Informations importantes concernant la sécurité

Le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de Soliris comprend une mise en garde particulière et des précautions d'utilisation : à cause de son mode d'action, l'utilisation de Soliris accroît le risque que le patient soit atteint d'infection à méningocoque (Neisseria meningitidis). Ces patients peuvent courir le risque de contracter une maladie appartenant à des sérogroupes rares (notamment Y, W135 et X), bien que les infections à méningocoque peuvent être contractées, quel que soit le sérogroupe. Afin de réduire le risque d'infection, tous les patients doivent être vaccinés au moins deux semaines avant l'administration du Soliris. Les patients atteints de PNH doivent être vaccinés deux semaines avant le début du traitement au Soliris. Les patients souffrant du SHUa déjà traités au Soliris moins de deux semaines avant avoir reçu une vaccination antiméningococcique doivent être traités de manière appropriée par des antibiotiques prophylactiques pendant deux semaines après la vaccination. Les patients doivent être vaccinés à nouveau conformément aux directives médicales actuelles relatives à l'utilisation des vaccins. Les vaccins tétravalents contre les sérotypes A, C, Y et W135 sont fortement recommandés, de préférence conjugués.

La vaccination peut ne pas s'avérer suffisante pour prévenir une infection à méningocoque. Une importance particulière devrait être accordée aux directives officielles portant sur l'utilisation appropriée d'agents antibactériens. Des cas d'infections à méningocoque graves voire mortelles, ont été signalés chez des patients traités par Soliris. Il faut surveiller les signes précoces d'infection à méningocoque chez tous les patients ; ceux-ci doivent être immédiatement évalués si une infection est suspectée, et traités par antibiotiques si besoin. Les patients doivent être informés de ces signes et symptômes, et des mesures doivent être prises afin de leur apporter les soins médicaux nécessaires sans attendre. Les médecins doivent discuter des avantages et des risques d'un traitement par Soliris avec les patients et leur remettre une brochure de renseignements à l'intention des patients et une carte de sécurité patient. Les réactions indésirables les plus communes ou graves sont les maux de tête (qui se manifestent principalement lors de la phase initiale), la leucopénie et l'infection à méningocoque. Soliris ne devrait pas avoir de conséquence sur le composant aplastique de l'anémie chez les patients atteints d'HPN.

Pour des informations posologiques complètes concernant Soliris, y compris les mises en garde et précautions particulières, veuillez consulter le résumé des caractéristiques du produit.

À propos d'Alexion

Alexion Pharmaceuticals, Inc. est une société biotechnologique qui se consacre à servir les patients souffrant de troubles graves et ultra rares, grâce à l'innovation, au développement et à la commercialisation de produits thérapeutiques qui changent la vie. Alexion est le chef de file mondial de l'inhibition du complément ; la Société a développé et commercialise un traitement pour les patients atteints de HPN et de SUHa, deux troubles débilitants, ultra rares potentiellement mortels provoqués par l'activation chronique incontrôlée du complément. Ce traitement est actuellement homologué dans plus de 40 pays pour le traitement de HPN, ainsi qu'aux États-Unis et dans l'Union européenne pour le traitement de SUHa. Alexion évalue actuellement d'autres indications possibles pour ce médicament commercialisé et de développer quatre autres produits candidats de biotechnologie hautement novateurs, qui sont étudiés dans le cadre de recherches sur neuf troubles graves et ultra rares autres que HPN et SUHa. Le présent communiqué de presse et davantage de renseignements concernant Alexion Pharmaceuticals, Inc. sont disponibles à l'adresse : www.alexionpharma.com.

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs, dont des déclarations relatives au développement clinique prévu, aux évènements réglementaires et commerciaux historiques, ainsi qu'aux jalons, avantages potentiels en matière de médecine et de santé de Soliris® (eculizumab) pour le traitement potentiel des patients atteints de HPN et SHUa. Les énoncés prospectifs sont sujets à des facteurs susceptibles d'entraîner un écart entre les résultats et projets d'Alexion et ceux attendus, notamment les décisions des autorités réglementaires en matière d'autorisation de mise sur le marché ou de restriction importante dans la commercialisation de Soliris pour son indication actuelle ou de nouvelles indications potentielles, ainsi que de nombreux autres risques énoncés de temps à autre dans les rapports déposés par Alexion auprès de la Securities and Exchange Commission dont, mais sans s'y limiter, les risques mentionnés dans le rapport trimestriel d'Alexion sur le formulaire 10-Q de la période achevée le 31 mars 2013. La société n'envisage nullement de mettre à jour ces énoncés prospectifs, à la suite d'événements ou de circonstances futurs, sauf dans la mesure où l'exigent les lois en vigueur.

Références :

1 Legendre CM, Licht C, Muus P, et al. L'inhibiteur de la voie terminale du complément eculizumab dans le syndrome hémolytique et urémique atypique. N Engl J Med 2013;368(23):2169-81.

2 K, Amann K. Microangiopathie thrombotique : nouvelles perspectives. Curr Opin Nephrol Hypertens 2010 May;19(3):242-7

3 Tsai HM. La biologie moléculaire de la microangiopathie thrombotique. Kidney Int 2006 Jul;70(1):16-23.

4 Noris M, Remuzzi G. Le syndrome hémolytique et urémique atypique. N Engl J Med. 2009;361:1676-87.

5 Noris M, Caprioli J, Bresin E, et al. Rôle relatif des anomalies du complément génétique dans les syndromes hémolytiques et urémiques sporadiques et familiaux, et leur impact sur le phénotype clinique. Clin J Am Soc Nephrol. 2010;5:1844-59.

6 Caprioli J, Noris M, Brioschi S, et al. L'incidence des mutations de MCP, CFH et IF sur le tableau clinique, la réponse au traitement et le résultat. Blood. 2006;108:1267-9.

7 Eculizumab (Soliris). Silver Spring, MD: U.S. Food and Drug Administration (FDA), Center for Drug Evaluation and Research (CDER); Sept 23, 2011. Disponible à l'adresse : http://www.fda.gov/AboutFDA/CentersOffices/OfficeofMedicalProductsandTobacco/CDER/ucm273089.htm.

8 Caprioli J, Noris M, Brioschi S, et al. L'incidence des mutations de MCP, CFH et IF sur le tableau clinique, la réponse au traitement et le résultat. Blood. 2006;108:1267-9.

9 Zuber J, Le Quintrec M, Sberro-Soussan R, Loirat C, Frémaux-Bacchi V, Legendre C. Nouvelles perspectives relatives au syndrome hémolytique et urémique post-transplantation sous-rénale. Nat Rev Nephrol 2011;7:23-35.

10 Larrea CF, Cofan F, Oppenheimer F, Campistol JM, Escolar G, Lozano M. Efficacité de l'eculizumab dans le traitement du syndrome hémolytique et urémique atypique récidivant post-transplantation rénale. Transplantation 2010;89:903-4.

11 Mache CJ, Acham-Roschitz B, Frémaux-Bacchi V, et al. L'inhibiteur du complément eculizumab dans le syndrome hémolytique et urémique atypique. Clin J Am Soc Nephrol 2009;4:1312-6.

12 Recueil pharmaceutique électronique. Soliris : résumé des caractéristiques du produit. Disponible à l'adresse :http://www.medicines.org.uk/emc/medicine/19966/SPC/soliris.

13 Informations posologiques de Soliris® (eculizumab) pour les États-Unis. Cheshire, CT: Alexion Pharmaceuticals, Inc.; 2012. Disponible à l'adresse : http://soliris.net/sites/default/files/assets/soliris_pi.pdf.

14 Zuber J, Fakouri F, Roumenina LT, Loirat C, Frémaux-Bacchi V. Utilisation de l'eculizumab pour le traitement du syndrome hémolytique et urémique atypique et des néphropathies glomérulaires C3.Nat Rev Nephrol 2012;8:643-57.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Alexion Pharmaceuticals, Inc.
Irving Adler, 203-271-8210
Directeur exécutif des communications institutionnelles
ou
Rx Communications
(Investisseurs)
Rhonda Chiger, 917-322-2569

Business Wire