BFM Patrimoine

SCOR enregistre un résultat net de EUR 189 millions au premier semestre 2013 en dépit de l'ampleur des catastrophes naturelles, de la persistance de taux d'intérêt bas et des dépréciations du por...

BFM Patrimoine

Communiqué de presse                                     01 août 2013                                             Pour plus d'informations, veuillez contacter :Géraldin

Communiqué de presse

01 août 2013

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

Géraldine Fontaine +33 (0) 1 58 44 75 58

Communications et affaires publiques

Antonio Moretti +33 (0) 1 58 44 77 15
Directeur Relations Investisseurs

SCOR enregistre un résultat net

de EUR 189 millions au premier semestre 2013

en dépit de l'ampleur des catastrophes naturelles,

de la persistance de taux d'intérêt bas et

des dépréciations du portefeuille actions

SCOR a démontré durant ce semestre sa capacité à dégager des résultats solides et à faire face à des catastrophes naturelles majeures au deuxième trimestre 2013, en étant confronté à un environnement économique toujours très incertain.

  • Les primes brutes émises s'élèvent à EUR 4 984 millions, en hausse de 7,5 % à taux de change courants sous l'effet conjugué des très bons renouvellements et de la croissance des activités en Asie et en Amérique latine de SCOR Global P&C, et de la signature d'importants nouveaux contrats par SCOR Global Life, notamment avec BBVA en Espagne ainsi que la conclusion de contrats de longévité au Royaume-Uni :

SCOR prévoit un chiffre d'affaires supérieur à EUR 10 milliards pour l'année 2013.

  • Le ratio combiné net de SCOR Global P&C ressort au premier semestre 2013 à 94,3 %, soit un niveau meilleur que les hypothèses du plan stratégique Strong Momentum V1.1.
  • La marge technique Vie de SCOR Global Life atteint 7,3 %, en ligne avec les hypothèses du plan stratégique Strong Momentum V1.1.
  • SCOR Global Investments poursuit sa politique de gestion d'actifs prudente et enregistre un rendement courant des actifs de 3,4 % (hors dépréciations du portefeuille actions). Ce trimestre devrait marquer la dernière vague significative de dépréciations sur le portefeuille actions pesant sur le compte de résultat (aux conditions de marché actuelles).
  • Le cashflow opérationnel est en forte croissance pour atteindre EUR 319 millions (+ 33,5 %), avec des contributions importantes des deux métiers soulignant une nouvelle fois la pertinence de la stratégie du Groupe.
  • Le ratio de coûts de 5,0 % est conforme aux hypothèses du plan stratégique Strong Momentum V1.1.
  • Les capitaux propres atteignent EUR 4 737 millions au 30 juin 2013, et l'actif net comptable par action s'élève à EUR 25,21 (contre EUR 26,16 au 31 décembre 2012)[1] après distribution de dividendes à hauteur de EUR 1,2 par action.
  • Le résultat net de SCOR atteint EUR 189 millions, contre EUR 206 millions au premier semestre 2012. Le ROE s'élève à 8,1 % (9,9 % hors dépréciations du portefeuille actions).

Le Groupe renforce son positionnement sur le marché de la réassurance Vie américain par l'acquisition réussie de Generali US, qui permettra à SCOR Global Life Americas (SGLA) de devenir le premier réassureur Vie aux Etats-Unis[2] avec un portefeuille axé sur les risques de mortalité. Cette acquisition répond pleinement aux objectifs et aux exigences définis par le Groupe dans son plan stratégique. Le montant total de cette transaction s'élève à EUR 579 millions[3] auxquels s'ajoutent les bénéfices 2013 jusqu'à la finalisation de la transaction, ce qui représente une décote d'environ 35 % sur l'Embedded Value du portefeuille de Generali US selon les estimations de SCOR. Cette transaction devrait être finalisée au quatrième trimestre 2013. Aucun résultat de Generali US n'est inclus dans les résultats du premier semestre 2013 de SCOR.

Ce premier semestre 2013 a été riche en développements pour le Groupe avec le renforcement de son positionnement sur de nouveaux marchés ou branches d'activité, par exemple le rachat du portefeuille de BBVA en Espagne couvrant les risques de mortalité et invalidité ou la prise de contrôle de MRM (une société foncière d'investissements immobiliers). SCOR a par ailleurs continué de renforcer son image de réassureur de premier plan, reconnu sur le marché mondial de la réassurance, comme en témoigne l'obtention de nouveaux prix prestigieux (Denis Kessler élu « Reinsurance Company CEO of the Year » lors des Reactions London Market Awards ou SCOR élu « Most Popular Foreign-Capital Insurance Company » 2013 lors du cinquième China International Insurance Summit).

Denis Kessler, Président-Directeur général de SCOR, déclare : « Les bons résultats de SCOR au premier semestre 2013 et sa capacité à absorber des catastrophes naturelles de grande ampleur démontrent, une nouvelle fois, la pertinence et la solidité de son modèle économique porté par quatre piliers stratégiques, à savoir un fonds de commerce solide et diversifié, une appétence au risque moyenne conjuguée à un système de gestion des risques très complet et solide, une diversification élevée entre activités Vie et Non-Vie et une politique de protection du capital efficace. L'ensemble des équipes de SCOR est aujourd'hui mobilisé pour définir les principaux objectifs du nouveau plan stratégique du Groupe qui seront annoncés lors de la journée investisseurs du 4 septembre prochain ».

*

* *

Au premier semestre 2013, SCOR Global P&C (SGPC) continue d'enregistrer une forte croissance et une rentabilité technique supérieure aux hypothèses de Strong Momentum V1.1
SGPC enregistre un très bon semestre 2013 avec une croissance de ses primes brutes émises de 5,5 % à taux de change courants (7,8 % à taux de change constants) à EUR 2 378 millions, soit une croissance conforme aux attentes (de l'ordre de 6 % de progression sur l'année) et aux prévisions de chiffre d'affaires (d'environ EUR 4,9 milliards pour l'année).

SGPC enregistre un solide ratio combiné de 94,3 % grâce à : - Une amélioration continue du ratio de sinistralité net attritionnel conforme à l'hypothèse de 60 % du plan stratégique Strong Momentum V1.1, sans prise en compte de 1,5 point de réserves qui ont été libérées au deuxième trimestre 2013 pour un montant de EUR 31 millions ; - Un ratio de sinistralité net provenant des catastrophes naturelles de 6,9 points au premier semestre 2013. Sur le seul deuxième trimestre 2013, ce ratio s'élève à 12,2 %, dont EUR 80 millions liés aux inondations en Europe, EUR 42 millions dus aux inondations de l'Etat d'Alberta, au Canada, et EUR 6 millions au titre des tornades en Oklahoma, aux Etats-Unis.

Le ratio combiné net normalisé[4] ressort à 94,9 % (contre 95,3 % au premier semestre 2012), soit légèrement au-dessous du ratio combiné net cible figurant dans le plan Strong Momentum V1.1 (95-96 %), venant ainsi confirmer les perspectives positives pour 2013.

La gestion dynamique des portefeuilles de SGPC a conduit à de solides renouvellements de juin-juillet, avec une croissance du volume des primes d'environ 8,5 % à EUR 436 millions pour des renouvellements qui portent sur environ 10 % des primes de traités renouvelables. Cette croissance provient essentiellement des Etats-Unis, dans les segments des affaires régionales et non admises[5] (hors protections contre les catastrophes naturelles), et des pays émergents d'Amérique latine et d'Afrique.

Les conditions de ces renouvellements traduisent une fragmentation croissante des marchés. Ainsi, les taux de croissance enregistrés en traités de dommage et de responsabilité et en traités de spécialités, respectivement d'environ 7 % et 11 %, montrent une différenciation marquée qui apparaît également dans les évolutions de prix. En effet, si les prix ajustés aux risques évoluent à la baisse de -2,8 % globalement pour les affaires renouvelées, une concentration des baisses est observée sur les protections non-proportionnelles des portefeuilles de risques de catastrophes naturelles aux Etats-Unis (plus accentuées sur les risques de Floride et en moyenne de -14 %) et au Royaume-Uni, pour des volumes bien moindres. De par la composition de son portefeuille de traités exposés aux catastrophes naturelles aux Etats-Unis, avec des expositions sur la Floride relativement plus faibles, SGPC se trouve être moins impacté par les baisses tarifaires et les réductions de parts signées.

En dehors du segment des protections contre les catastrophes naturelles, les prix restent dans l'ensemble stables et la baisse moyenne pondérée se situe à un pourcentage marginal de -0 ,4 %, les branches Auto non-proportionnelle au Royaume-Uni, Crédit Caution et Construction bénéficiant de hausses tarifaires significatives.

Alors que les souscriptions d'affaires renouvelées et nouvelles en juin et juillet montrent des projections de ratios de souscription[6] globalement en légère détérioration (de l'ordre d'un point par rapport à 2012), le ratio de souscription moyen projeté pour l'ensemble des portefeuilles souscrits au cours du premier semestre ressort en amélioration d'environ un point par rapport à 2012 et le taux de retour sur capital alloué reste supérieur au taux cible, en dépit de l'impact des taux d'intérêt.

SCOR Global Life (SGL) enregistre une forte croissance tout en conservant une rentabilité technique robuste

Au premier semestre 2013, les primes brutes émises par SGL atteignent EUR 2 606 millions, contre EUR 2 380 millions au premier semestre 2012, soit une hausse de 9,5 % (+ 11,6 % à taux de change constants) grâce notamment à une croissance à deux chiffres des activités au Royaume-Uni (principalement grâce aux affaires de longévité), en Asie et en Espagne (suite au rachat du portefeuille traditionnel de mortalité de BBVA), compensant ainsi les effets négatifs des taux de change et des réductions volontaires de l'activité avant tout au Moyen-Orient et en Europe du Nord, et dans une moindre mesure en France et en Amérique latine. En raison d'un effet de saisonnalité, SGL enregistre une forte croissance de 17,5 % au deuxième trimestre 2013 par rapport à celui de 2012.

Les branches Longévité, assurance individuelle Accident, Dépendance et réassurance de financement Vie enregistrent une croissance à deux chiffres, alors que les activités Incapacité et Maladies redoutées connaissent un léger recul.

SGL poursuit une politique commerciale dynamique avec la souscription d'environ EUR 404 millions d'affaires nouvelles au Royaume-Uni, en Espagne, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique (et plus particulièrement en Inde, en Corée du Sud et au Japon).

Le modèle économique de SGL, centré sur les risques biométriques et peu sensible aux risques financiers, a démontré une nouvelle fois son efficacité et sa capacité à enregistrer de très bons résultats techniques dans un environnement caractérisé par des taux d'intérêt très faibles. SGL enregistre une marge technique élevée de 7,3 % au premier semestre 2013, conforme aux hypothèses définies dans le plan stratégique Strong Momentum V1.1.

SCOR Global Investments (SGI) enregistre un rendement courant des actifs solide de 3,4 % (hors dépréciations du portefeuille actions) au premier semestre 2013

Dans un environnement toujours marqué par des taux d'intérêt historiquement et durablement faibles dans les principales zones monétaires, mais aussi par de fortes incertitudes macro-économiques, SGI maintient une stratégie d'investissement prudente, en particulier par le biais de la stratégie dite de « rollover ». Cette stratégie d'investissement consiste à maintenir une duration du portefeuille obligataire relativement courte et à générer des cash-flows financiers récurrents, tout en gérant de manière dynamique le portefeuille d'actifs. Au 30 juin 2013, les cash-flows attendus sur le portefeuille obligataire sur les 24 prochains mois s'élèvent à EUR 5,8 milliards (y compris les liquidités et placements à court terme).

La qualité du portefeuille obligataire est maintenue avec une notation moyenne stable de AA-, sans exposition à la dette souveraine de l'Espagne, de la Grèce, de l'Irlande, de l'Italie et du Portugal, ni à aucune dette émise par les Etats et municipalités des Etats-Unis. Sa duration demeure toujours relativement courte à 2,9 ans (hors liquidités).

Le 29 mai 2013, SCOR a pris le contrôle, à hauteur de 59,9 % du capital de MRM, société foncière cotée soumise au régime des sociétés d'investissements immobiliers cotées (SIIC), dans le cadre d'une augmentation de capital en numéraire. L'opération s'est accompagnée d'une restructuration de la dette bancaire et obligataire du groupe MRM qui permet à SCOR d'investir dans une société au bilan assaini et à la situation de trésorerie rétablie. Compte tenu du taux de conversion de 100 % des obligations émises par le groupe MRM en actions MRM, le montant de l'investissement de SCOR s'élève à EUR 53,3 millions. Cette opération génère un profit d'acquisition (« badwill ») de EUR 27 millions (net des frais d'acquisition).

Sur le 1er semestre 2013, le portefeuille d'actifs génère une contribution financière de EUR 171 millions. La politique de gestion active conduite par SGI a permis au Groupe de réaliser EUR 60 millions de plus-values sur le semestre. Le Groupe a strictement appliqué une politique inchangée d'amortissements et de dépréciations sur son portefeuille de placements, pour un montant total de EUR 74 millions sur le premier semestre 2013, dont EUR 62 millions sur les actions sans incidence sur la valeur de l'actif net. Ce trimestre devrait marquer la dernière vague significative de dépréciations sur le portefeuille actions pesant sur le compte de résultat (à conditions de marché actuelles). Hors dépréciations du portefeuille actions, le rendement courant des actifs s'élève à 3,4 % sur le premier semestre 2013 (2,5 % après prise en compte des dépréciations du portefeuille actions). En prenant en compte les fonds détenus par les cédantes, le taux de rendement net des placements atteint 2,2 % sur la période.

Les actifs (hors fonds détenus par les cédantes) s'élèvent à EUR 13 587 millions au 30 juin 2013 et sont constitués à 11 % de liquidités, à 76 % d'obligations (dont 5 % de placements à court terme), à 4 % d'actions, à 6 % d'immobilier et à 3 % d'autres placements. Le montant total des placements, y compris les fonds détenus par les cédantes à hauteur de EUR 7 933 millions, s'élève à EUR 21,520 milliards au 30 juin 2013, contre EUR 22,248 milliards au 31 décembre 2012.

[1] Les capitaux propres 2012 ont été réajustés en raison de l'application rétroactive de la version révisée de la norme IAS 19 : (i) les capitaux propres publiés au quatrième trimestre 2012 s'élevaient à EUR 4 810 millions ; (ii) l'actif net comptable par action a été recalculé - l'actif net comptable par action publié au 31 décembre 2012 s'élevait à EUR 26,18.
[2] En termes d'affaires nouvelles et existantes ; source : Etude préliminaire 2012 de SOA/Munich Re sur la réassurance Vie. [3] Taux de change au 31/05/2013 : 1 EUR = 1,2960 USD.

[4] Le ratio combiné net normalisé est calculé en soustrayant 0,9 point (soit la différence entre 6,0 points d'impact au budget des catastrophes naturelles dans le ratio combiné net du semestre et le niveau réel de 6,9 points) et en ajoutant 1,5 point de réserves libérées (EUR 31 millions au deuxième trimestre 2013) au ratio combiné net de 94,3 %.
[5] Affaires en excédent de sinistres et en excédent de plein. [6] Les ratios de souscription correspondent aux ratios de sinistres à primes augmentés des ratios de commissions.

*
* *

Principaux chiffres du compte de résultat (en EUR millions)

S1 2013 (non audité) S1 2012 (non audité) Variation (%)

Primes brutes émises 4 984 4 635 7,5%

Primes brutes émises Non-Vie 2 378 2 255 5,5%

Primes brutes émises Vie 2 606 2 380 9,5%

Produits financiers 232 278 (16,5%)

Résultat opérationnel 295 320 (7,8%)

Résultat net 189 206 (8,3%)

Bénéfice par action (EUR) 1,02 1,12 (8,9%)

Principaux ratios du compte de résultat

S1 2013 (non audité) S1 2012 (non audité)

Rendement net des placements1 2,2 % 2,7 %

Rendement des actifs1,2 2,5 % 3,0 %

Rendement des actifs avant dépréciation1,2 3,4 % 3,4 %

Ratio combiné net Non-Vie3 94,3 % 93,8 %

Marge opérationnelle Vie4 4,6 % 5,4 %

Marge technique Vie5 7,3 % 7,4 %

Ratio de coûts du Groupe6 5,0 % 5,3 %

Rendement annualisé des capitaux propres moyens pondérés (ROE) 8,1 % 9,3 %

Rendement annualisé des capitaux propres moyens pondérés avant dépréciation (ROE) 9,9 % 10,2 %

1 : Annualisé ; 2 : Hors fonds détenus ; 3 : Le ratio combiné correspond à la somme du total des sinistres, du total des commissions et du total des frais de gestion Non-Vie, divisée par les primes nettes acquises de SGPC ; 4 : La marge opérationnelle Vie correspond à la somme des résultats techniques, du total des produits financiers de SGL et du total des coûts de SGL, divisée par les primes nettes acquises de SGL ; 5 : La marge technique de SGL correspond au résultat technique comprenant les intérêts au titre des dépôts, divisé par les primes nettes acquises de SGL ; 6 : Le ratio de coûts est le total des frais de gestion auquel sont soustraits certains coûts du Groupe, divisé par les primes brutes émises.

Chiffres clés du bilan (en EUR millions)

S1 2013
(non audité) S1 2012 (non audité) Variation (%) Total des placements1 22 013 22 026 (0,1%) Provisions techniques (brutes) 23 346 23 813 (2,0%) Capitaux propres 2 4 737 4 585 3,3% Actif net comptable par action (EUR) 2 25,21 24,99 0,9 %

1 : Le total des placements comprend les actifs et fonds détenus par les cédantes, les coupons courus, les obligations catastrophes ainsi que les dérivés de change.

2 : Les capitaux propres publiés dans ce présent communiqué ont été réajustés en raison de l'application rétroactive de la version révisée de la norme IAS 19. Les capitaux propres publiés au T2 2012 s'élèvent à EUR 4 588 millions et l'actif net comptable par action publié au T2 2012 atteint EUR 25,01.

*

* *

Enoncés prévisionnels

SCOR ne communique pas de « prévisions du bénéfice » au sens de l'article 2 du Règlement (CE) n°809/2004 de la Commission européenne. En conséquence, les énoncés prévisionnels dont il est question au présent paragraphe ne sauraient être assimilés à de telles prévisions de bénéfice. Certains énoncés contenus dans ce communiqué peuvent avoir un caractère prévisionnel, y compris, notamment, les énoncés annonçant ou se rapportant à des évènements futurs, des tendances, des projets ou des objectifs, fondés sur certaines hypothèses ainsi que toutes les déclarations qui ne se rapportent pas directement à un fait historique ou avéré. Les énoncés prévisionnels se reconnaissent à l'emploi de termes ou d'expressions indiquant, notamment, une anticipation, une présomption, une conviction, une continuation, une estimation, une attente, une prévision, une intention, une possibilité d'augmentation ou de fluctuation ainsi que toutes expressions similaires ou encore à l'emploi de verbes à la forme future ou conditionnelle. Une confiance absolue ne devrait pas être placée dans de tels énoncés qui sont par nature soumis à des risques connus et inconnus, des incertitudes et d'autres facteurs, lesquels pourraient conduire à des divergences importantes entre les réalisations réelles d'une part, et les réalisations annoncées dans le présent communiqué, d'autre part.

Le Document de référence de SCOR déposé auprès de l'AMF le 6 mars 2013 sous le numéro D.13-0106 (le « Document de référence »), décrit un certain nombre de facteurs, de risques et d'incertitudes importants qui pourraient affecter les affaires du groupe SCOR. En raison de l'extrême volatilité et des profonds bouleversements qui sont sans précédent dans l'histoire de la finance, SCOR est exposé aussi bien à des risques financiers importants qu'à des risques liés au marché des capitaux, ainsi qu'à d'autres types de risques, qui comprennent les fluctuations des taux d'intérêt, des écarts de crédit, du prix des actions et des taux de change, l'évolution de la politique et des pratiques des agences de notation, ainsi que la baisse ou la perte de la solidité financière ou d'autres notations.

Copyright Thomson Reuters

Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien :

http://hugin.info/143549/R/1720181/572714.pdf

Information réglementaire

Ce communiqué de presse est diffusé par Thomson Reuters. L'émetteur est seul responsable du contenu de ce communiqué.

[HUG#1720181]

SCOR Press Release

Thomson Reuters ONE