BFM Patrimoine

Rémy Cointreau: dégradation plus importante des marges au S2

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Lanterne rouge du SBF120 à Paris, Rémy Cointreau plonge de près de 5% aujourd'hui après une chute de 8,3% mardi dernier. Le groupe de vins et spiritueux s'attendre à un second semestre plus difficile alors que le marché ch

(CercleFinance.com) - Lanterne rouge du SBF120 à Paris, Rémy Cointreau plonge de près de 5% aujourd'hui après une chute de 8,3% mardi dernier. Le groupe de vins et spiritueux s'attendre à un second semestre plus difficile alors que le marché chinois n'a pas fini de résorber son surstockage.

Hors éléments non récurrents, le résultat net semestriel a baissé de 3,4% à 85,5 millions d'euros. Le résultat opérationnel courant du groupe s'élève à 132,7 ME, en repli organique de 7,3% par rapport à l'année dernière (+18% en 2012). La marge opérationnelle courante s'inscrit à 23,8% contre 23,7% au 30 septembre 2012. Le résultat opérationnel s'élève à 129,2 ME après prise en compte d'impacts principalement relatifs à l'opération Larsen pour 3,5 ME.

Pour mémoire, Rémy Cointreau a réalisé un chiffre d'affaires de 558 millions d'euros au 30 septembre 2013, en baisse organique de 3,6% par rapport à l'année dernière sur la même période (+13,3% au 30 septembre 2012).

La direction attend toutefois un second semestre moins favorable, pointant un fort ralentissement en Chine, toujours affecté par le niveau des stocks dans la distribution. Aussi, elle pense que le ROC de l'exercice devrait enregistrer une baisse significative à deux chiffres.

Gilbert Dupont abaisse son objectif de cours sur Rémy Cointreau de 82,6 à 73,1 euros au lendemain des résultats du groupe de vins et spiritueux, tout en maintenant son opinion 'accumuler' sur le titre après sa forte baisse.

Le bureau d'études estime que les facteurs de soutien au résultat opérationnel courant au premier semestre (change et les investissements A&P) seront moins forts au second, induisant une dégradation plus importante des marges sur la deuxième moitié de l'exercice.

'La croissance économique toujours élevée de la Chine et un appétit qui reste important de la part des consommateurs chinois pour les produits de Cognac devraient contribuer à un rééquilibrage du marché, mais avec un timing sans grande visibilité', juge l'analyste, pour qui le titre devrait manquer de catalyseurs en attendant un signal de redémarrage de ce marché.

Sur la base d'une croissance organique revue à -4,3% pour 2013/14 (contre +0,6%) dont -10,5% pour la branche Cognac (contre -2,7%), les estimations de BPA de Gilbert Dupont sont abaissées de 30% pour 2013/14 et de 23% les années suivantes.

'La baisse de 20 à 25% du ROC anticipée pour 2013/14 acte le maintien d'une politique d'investissement sur ses marques dans un environnement plus dégradé, sans grande visibilité sur son retournement', commente l'analyste.

Barclays Capital a réitéré aujourd'hui son opinion 'performance en ligne' sur Rémy Cointreau, avec un objectif revu à la baisse de 80 à 62 euros.

L'analyste, qui manifeste sa préférence pour Pernod Ricard, estime qu'il est difficile d'envisager une raison de détenir la valeur à court terme, au-delà peut-être d'une considération de création de valeur sur le long terme.

Barclays Capital précise avoir abaissé de 20% sa prévision de bénéfice par action (BPA) pour 2014.

Société Générale a abaissé sa recommandation sur le titre à 'vendre', contre 'conserver' précédemment, en raison d'une valorisation jugée 'trop élevée' à court terme.

L'analyste, qui déplore une 'visibilité très restreinte sur le calendrier du retour de la croissance en Chine', indique avoir abaissé de respectivement 18% et 24% ses estimations de bénéfice par action pour les exercices 2014 et 2015.

Société Générale souligne surtout que le titre se traite sur la base d'un PER 2014 de 25,7x, soit une prime de 50% par rapport à Pernod Ricard, malgré une exposition plus importante au segment 'ultra prestige' en Chine, dont le rebond est jugé plus incertain du fait de la campagne menée par les autorités contre la consommation ostentatoire.

L'intermédiaire fait également valoir que la Chine représente une part nettement plus importante des résultats de Rémy Cointreau (près de 70% selon ses estimations, contre environ 20% pour Pernod). 'L'incertitude entourant les résultats de Rémy Cointreau est donc plus forte', en déduit-il.

HSBC réaffirme sa recommandation 'surpondérer' sur Rémy Cointreau, mais abaisse son objectif de cours de 85 à 76 euros, dans le sillage de ses estimations de BPA pour le groupe de vins et spiritueux (-15% pour l'exercice 2014).

'L'avertissement sur résultats de Rémy Cointreau reflète les choix stratégiques du groupe autant que les problèmes sur le marché chinois', estime le broker.

S'il ne remet pas en question les perspectives à moyen terme pour le Cognac en Chine, l'intermédiaire craint que le redressement des marges puisse s'avérer lent.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Cercle Finance