BFM Patrimoine

Pourquoi le taux du Livret A ne doit pas être trop élevé

Si la formule était appliquée, le taux du Livret A devrait baisser à 0,25%.

Si la formule était appliquée, le taux du Livret A devrait baisser à 0,25%. - Philippe Hueguen - AFP

Le gouverneur de la Banque de France préconise un taux à 0,75%. S'il est politiquement bas, il reste quand même économiquement trop élevé.

C'est historique. Le gouverneur de la Banque de France recommande de ramener le taux du Livret A, aujourd'hui à 1%, à 0,75%. Il aurait dû tomber à 0,25% si l'on s'en tenait à la formule mathématique. C'est désormais Bercy qui va devoir trancher. Baisser le taux du Livret A est toujours un sujet politiquement sensible alors qu'une baisse serait économiquement plus logique.

Le gouvernement a toujours tendance à maintenir le taux du Livret A à un niveau artificiellement élevé, en dérogeant à la formule mathématique qui était pourtant censé dépolitiser la question. Alors qu'économiquement, tout le pousse pourtant à baisser le taux.

Tout d'abord, une baisse aurait un impact très limité sur le pouvoir d'achat des Français. Il suffit d'un simple calcul pour s'en rendre compte. Ramener son taux de 1% à 0,25% comme l'imposerait aujourd'hui la règle, ne représenterait que 2 euros en moins par mois si l'on s'en tient au montant moyen déposé sur les livrets. Les particuliers disposaient en moyenne de 4.063 euros sur ce produit fin 2013.

Car si presque tous les Français ont un Livret A, ils y déposent globalement peu d'argent. 8% des livrets concentrent à eux seuls la moitié de l'encours qui était à 261,1 milliards d’euros à fin novembre.

Construction de logements sociaux

De plus, baisser le taux permettrait de libérer de l'épargne, totalement défiscalisé, qui dort aujourd'hui sur ces livrets. "Maintenir le taux à 1% serait totalement irresponsable car nous avons besoin de dynamiser la croissance" souligne d'ailleurs Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France.

Et enfin, une partie de l'épargne collectée est centralisée par la Caisse des dépôts et consignations, qui l'utilise pour financer la construction de logements sociaux. Un taux plus bas permet ainsi à la Caisse des dépôts, qui centralise 65% de l'épargne du Livret A, d'octroyer des prêts moins onéreux, aux organismes HLM par exemple.

"Le Livret A, c'est un placement que chacun connaît, mais c'est surtout un outil décisif pour financer du logement social en France: plus de 70% du logement social est financé grâce aux fonds d'épargne" collectés par ce biais, expliquait Cécile Duflot en 2013. "Quand on place de l'argent sur un livret A, on fait un acte d'intérêt général puisqu'on contribue à financer le logement social", a-t-elle souligné.

Caroline Morisseau avec D. L.