BFM Patrimoine

PLUS: Renault sur le pied de guerre pour livrer la bataille de l'électrique

BFM Patrimoine

David Pearson, DOW JONES NEWSWIRES CASCAIS, Portugal (Dow Jones)--Carlos Ghosn a une nouvelle stratégie pour partir à la conquête de nouveaux marchés. Et pour la mettre en oeuvre, le PDG de Renault (RNO.FR) et Nissan Motor (7201.TO) compte sur le

David Pearson,

DOW JONES NEWSWIRES

CASCAIS, Portugal (Dow Jones)--Carlos Ghosn a une nouvelle stratégie pour partir à la conquête de nouveaux marchés. Et pour la mettre en oeuvre, le PDG de Renault (RNO.FR) et Nissan Motor (7201.TO) compte sur les voitures électriques pour s'implanter dans des pays clés comme la Chine et l'Allemagne.

L'époque où Renault privilégiait des escarmouches ponctuelles en lançant un nouveau modèle ici et là est révolue, a expliqué le dirigeant, prenant des accents de stratège se préparant à livrer une campagne de long terme. "Par le passé, Renault avait tendance à mener des opérations commando", a déclaré Carlos Ghosn dans l'ancienne citadelle militaire portugaise de Cascais, à l'occasion du lancement récent de la voiture électrique ZOE.

Le constructeur français est le premier groupe d'Europe de l'Ouest à s'être lancé en Russie, en Argentine ou en Inde, affirme le dirigeant. "Mais l'infanterie ne suivait pas toujours. Nous arrivions, nous plantions notre drapeau, nous montions une activité mais nous restions à 1% du marché sans être rentable". Pour Carlos Ghosn, un changement tactique s'impose. "Aujourd'hui, nous avons toujours les commandos mais l'infanterie se tient juste derrière nous. Nous visons un marché, nous y allons et nous occupons le terrain."

Première incursion en Chine

Cette transformation intervient alors que Renault s'apprête à se lancer à l'assaut de la Chine, le premier marché automobile du monde, plusieurs années après ses rivaux General Motors (GM), Toyota Motor (TM) et Volkswagen (VOW).

Renault s'est abstenu jusqu'à présent de tout investissement stratégique dans le pays, privilégiant l'expansion géographique de sa marque à bas prix Dacia, ainsi que le renforcement de sa présence en Russie. L'alliance Renault-Nissan contrôle désormais AvtoVAZ, premier constructeur russe connu pour sa marque Lada.

Les véhicules électriques de Renault - quatre modèles sont déjà disponibles - constitueront une des pièces maîtresses de l'arsenal déployé par le groupe pour son offensive en Chine, alors que le gouvernement s'inquiète de la pollution croissante de l'air dans les villes comme Pékin.

Mais cette initiative a également conduit les autres constructeurs à fourbir leurs armes. BMW, Daimler et Volkswagen ont tous dévoilé les modèles électriques qu'ils proposeront dès l'année prochaine, mais aucun ne sera commercialisé dès 2012.

Concurrencer les Allemands sur leur propre terrain

Dans cette perspective, Renault a décidé d'ouvrir une nouvelle ligne de front en s'attaquant directement au marché allemand. La Renault ZOE, une citadine qui dispose de 100 à 150 kilomètres d'autonomie, vient tout juste d'être lancée dans le réseau de concessionnaires Renault en France et sera disponible progressivement ailleurs en Europe.

Dès le mois de juin, elle sera proposée en Allemagne, un marché où il n'existe pourtant aucune incitation gouvernementale pour favoriser les véhicules à zéro émission. A l'inverse, en France, de tels dispositifs permettent à la ZOE d'être proposée à un prix comparable aux voitures traditionnelles, comme la Clio 4.

L'environnement en Allemagne évoluera certainement lorsque les constructeurs locaux proposeront leurs propres voitures électriques, a estimé Carlos Ghosn.

En prenant les devants en Allemagne, le dirigeant espère séduire des consommateurs connus pour leur attachement à la préservation de l'environnement, lorsqu'ils apercevront les véhicules Renault parcourir silencieusement les rues d'outre-Rhin.

Renault a déjà conquis un quart du marché naissant des véhicules à zéro émission en Allemagne, grâce au Kangoo électrique et à la Renault Fluence. Le constructeur a également vendu 2.359 Twizy, son véhicule à deux places et quatre roues, à mi-chemin entre la voiture et le scooter, et ce malgré l'absence de mesures incitatives.

Ce n'est qu'un début et l'heure de la bataille n'a pas encore sonné. Mais le stratège Carlos Ghosn se tient déjà prêt à déployer ses troupes sur l'ensemble du théâtre des opérations.

-David Pearson, Dow Jones Newswires/The Wall Street Journal

(Version française Thomas Varela)

(END) Dow Jones Newswires

March 22, 2013 10:37 ET (14:37 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-