BFM Patrimoine

Paris:ventes initiales vite rattrapées, perte hebdo -0,83%.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - A une semaine de la séance des '4 sorcières', les indices boursiers n'ont pas voulu perdre le contact avec les sommets annuels testés mardi: le CAC40 qui avait cédé jusqu'à -1% en intraday ce vendredi en termine sur un mod

(CercleFinance.com) - A une semaine de la séance des '4 sorcières', les indices boursiers n'ont pas voulu perdre le contact avec les sommets annuels testés mardi: le CAC40 qui avait cédé jusqu'à -1% en intraday ce vendredi en termine sur un modeste repli de -0,24%, à moins de 1,2% de son zénith inscrit à 4.598,65 (mardi matin) et sur une consolidation hebdomadaire symbolique de -0,83%.
La consolidation du jour a été provoquée par une dégradation de la situation en Irak (Bagdad semble la prochaine cible des Djihadistes qui ont pris le contrôle du nord du pays).

Barack Obama vient d'expliquer en direct sur les chaines TV (vers 19H) que l'Amérique n'enverra pas de troupes mais que toutes les options pour aider Bagdad étaient à l'étude... avec l'assistance des autres pays car les USA ne peuvent agir seuls.
La crise qui secoue le pays est appeler à durer et pourrait justifier que d'autres pays producteurs de pétrole augmentent leurs exportations.

Malgré un contexte géopolitique tendu, l'Euro-Stoxx50 en a terminé in extremis dans le rouge (-0,05%) dans le sillage de Paris et Francfort (-0,25%) alors que Madrid grappille +0,25%; à noter tout de même le net décrochage de Londres qui cède 0,95%, affecté par une forte remontée de la Livre.

A la mi-séance, Wall Street affiche -comme tous les vendredis et quelles que soient les circonstances- une orientation haussière avec des indices US en hausse moyenne de +0,2%.

Le baril de 'WTI' coté à New York ne réagit guère ce soir au discours de Barack Obama et se maintient dans la zone des 106,85$.

Si Wall Street fait bonne figure, c'est parce que les acheteurs sont revenus payer après les chiffres US du jour, bien qu'ils ne fassent pas oublier les déceptions de la veille.
'Les ventes de détail se sont révélées de moitié inférieures aux attentes jeudi et les inscriptions au chômage ont grimpé au-dessus du consensus', rappelle Wells Fargo Advisors, qui attribue aussi la faiblesse du marché aux inquiétudes sur le soulèvement sunnite en Irak.

L'estimation préliminaire de l'indice de confiance du consommateur de l'Université du Michigan est ressortie à 81,3 contre 83 et les prix à la production ont reculé de -0,2% contre +0,2% attendu.

De ce côté-ci de l'Atlantique, la zone euro a enregistré au mois d'avril un excédent de 15,7 milliards d'euros de son commerce international de biens avec le reste du monde, contre 16,7 milliards en mars, d'après Eurostat.

Toujours au chapitre des données économiques, les chiffres de l'inflation annualisée en Allemagne et en Espagne ont été confirmés en ralentissement à 0,9% (un plus bas depuis juin 2010) et à 0,2% respectivement, pour le mois de mai.

Les groupes pétroliers et parapétroliers sont néanmoins en hausse, soutenus par la remontée du prix du baril. Dopé par des rumeurs d'OPA d'un concurrent américain, CGG signe, avec un gain de 10,7%, la plus forte hausse du SBF 120. Vallourec en revanche ne se remet pas de son 'profit warning' de mardi et perd encore -1,7% (devant Renault avec -1,6%.
Surfant sur la hausse du baril de WTI (+5% cette semaine), Total gagne 1,25%.

GDF Suez grappille +0,9% alors que le groupe a indiqué que les objectifs 2014 devraient être ajustés.

Dassault Systèmes (-2,25%) s'est déclaré vendredi bien positionné pour doubler son bénéfice net par action (BPA) à horizon 2019 avant la tenue de sa journée d'analystes et d'investisseurs.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance