BFM Patrimoine

Paris: son coeur balance entre Etats-Unis et Italie.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Les investisseurs focalisent toute leur attention sur les négociations en Italie, mais aussi aux Etats-Unis. Les tractations de part et d'autre de l'Atlantique ne semblent pas les effrayer outre-mesure. Vers 14h00, le CAC 40 gr

(CercleFinance.com) - Les investisseurs focalisent toute leur attention sur les négociations en Italie, mais aussi aux Etats-Unis. Les tractations de part et d'autre de l'Atlantique ne semblent pas les effrayer outre-mesure.

Vers 14h00, le CAC 40 grappille 0,1% à 3696,5 points, tandis que le FTSE et le DAX avancent respectivement de 0,3% et 0,5%.

'Les négociations se poursuivent difficilement en Italie pour désigner un chef de gouvernement et Beppe Grillo, à la tête du 'Mouvement 5 étoiles', troisième force politique du pays, a formellement exclu toute alliance avec la gauche de Pier Luigi Bersani', souligne Barclays Bourse.

Néanmoins, quelques bonnes nouvelles contrebalancent l'imbroglio italien. Les gérants indiquent que 'le discours de Ben Bernanke devant le congrès, confirmant le maintien d'une politique monétaire ultra-accommodante, et le succès de l'adjudication italienne ont rassuré les marchés, et permettent à l'indice CAC de recoller à la zone de 3700 points'.

'Et même si la situation reste confuse en Italie, les tractations pour désigner un chef de gouvernement s'annoncent difficiles, la situation ne peut pas être comparée à la paralysie grecque de 2012', ajoutent-t-ils.

Par ailleurs, Alexandra Estiot, économiste chez BNP Paribas, spécialiste des Etats-Unis, anticipait il y a quelques jours qu'aucun accord ne serait trouvé d'ici demain entre Républicains et Démocrates. Pour rappel, le 1er mars, les réductions de dépenses automatiques entrent en vigueur. 'Comme ces coupes se feront progressivement et en douceur, ce scenario n'est pas si dramatique', avait estimé l'économiste.

A 14h30, aux Etats-Unis, les opérateurs prendront connaissance des inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage et de la deuxième estimation du PIB du quatrième trimestre, attendues respectivement en petite baisse à 360.000 et à +0,5%.

A 15h45, paraîtra l'indice PMI de Chicago pour février, pour lequel le consensus table sur une baisse à 54.

EADS poursuit sa forte hausse de la veille, s'adjugeant 4,3% à 38,7 euros, soutenu par des recommandations d'analystes favorables, comme celle de Barclays Capital qui relève ce matin son objectif de cours à 40 euros.

Essilor progresse de 7,3% à 80 euros, après avoir déclaré à l'occasion de la publication de ses résultats annuels aborder l'avenir avec confiance, mettant en avant un 'marché porteur'.

Eurofins s'adjuge 3,4% à 153,2 euros, après que HSBC a relevé sa recommandation de 'neutre' à 'surpondérer' avec un objectif de cours rehaussé de 127,5 à 172,5 euros.

Les publications d'Iliad (+4,9% à 150,5 euros), ADP (+2,8% à 63,8 euros) et Veolia Environnement (+1,4% à 9,6 euros) sont également saluées.

En revanche, les publications de Arkema (-4,5% à 77,3 euros), Eiffage (-0,2% à 33,9 euros), CGGVeritas (-7,6% à 19,2 euros), Ipsos (-3,5% à 30,3 euros) et Steria (-6,1% à 13,1 euros) sont boudées par le marché.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance