BFM Patrimoine

Paris: réfléchit aux scénarios américains.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - La place parisienne s'inquiète des conséquences de coupes budgétaires aux Etats-Unis, en l'absence d'un accord. Vers 14h00, le CAC 40 se replie de 0,2% à 4176,8 points, tandis que le FTSE et le DAX reculent respectivement de

(CercleFinance.com) - La place parisienne s'inquiète des conséquences de coupes budgétaires aux Etats-Unis, en l'absence d'un accord.

Vers 14h00, le CAC 40 se replie de 0,2% à 4176,8 points, tandis que le FTSE et le DAX reculent respectivement de 0,9% et 0,3%.

Outre-Atlantique, les investisseurs prendront connaissance à 14h30 des dépenses et revenus des ménages pour août, attendus respectivement en hausse de 0,3% et 0,4%.

La confiance des consommateurs du Michigan pour septembre sera quant à elle dévoilée à 15h55. Le consensus table sur un indice autour de 78.

L'Insee a confirmé ce matin que le PIB de la France a bien retrouvé le chemin de la croissance au 2e trimestre (T2), la progression de +0,5% fournie en première estimation étant maintenue.

Les dépenses de consommation des ménages ont quant à elles reculé de 0,4% en volume au mois d'août, après une hausse de 0,4% en juillet, selon des chiffres publiés vendredi par l'Insee.

En outre, les indices de sentiment économique (ESI) de la Commission européenne progressent encore en septembre, de 1,6 point à 96,9 pour la seule zone euro et de 2,4 points à 100,6 pour l'ensemble de l'Union européenne.

Le climat des affaires dans la zone euro est pour sa part resté quasiment inchangé en septembre, selon une enquête publiée vendredi par la Commission européenne.

Par ailleurs, Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France, rappelle que 'si d'ici le 30 septembre les parlementaires américains ne parviennent pas à s'accorder pour rehausser le montant maximal de la dette, le gouvernement devra procéder à des coupes budgétaires automatiques qui provoqueront la rupture de certaines prestations publiques'. Par conséquent, l'hypothèse d'un blocage budgétaire, qui figerait le financement de l'Etat, pèse actuellement sur les indices.

'Les investisseurs se sont montrés de plus en plus inquiets étant donné que si un accord n'est pas trouvé d'ici au 17 octobre prochain, lorsque le Trésor sera à sec, le pays risque un défaut de paiement', renchérit Emman Xuereb, trader chez RTFX.

Selon Fabrice Cousté, l'autre 'newsflow' majeur qui a contribué à refroidir les marchés concerne l'activité de crédit aux agents économiques en zone euro. La BCE a annoncé que les prêts consentis au secteur privé et aux particuliers ont faibli de 2% sur un an (entre août 2012 et août 2013), reflétant les difficultés des établissements bancaires européens à répercuter auprès des consommateurs de crédit, les conditions de financement avantageuses que leur garantit la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne.

'Dès lors, la BCE pourrait reprendre la main en activant une troisième opération de refinancement, si elle estime que les banques éprouvent encore des besoins en capital pour transformer leurs liquidités en offres de prêts', estime le professionnel.

Sur le front des valeurs, Seb grimpe de 4,6% à 65,9 euros et affiche la plus forte hausse de l'indice SBF 120, avec un relèvement de recommandation de Société Générale, passé de 'conserver' à 'achat' sur la valeur avec un objectif de cours relevé de 60 à 72 euros.

Sur le CAC, Vallourec chute de près de 10% à 44,7 euros, après avoir confirmé hier son recentrage vers les marchés de l'énergie en visant la place de premier fournisseur des marchés de croissance.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance