BFM Patrimoine

Paris: rebondit en solo, W-Street soutenu avec obstination.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - On sent à Wall Street que la fin du mois est proche (pus que 48H) et que le trimestre est sensé s'achever au plus haut. La 'main invisible' qui soutient les actions US (la main de la FED qui dépose 4Mds$ par jour sur un coin

(CercleFinance.com) - On sent à Wall Street que la fin du mois est proche (pus que 48H) et que le trimestre est sensé s'achever au plus haut.

La 'main invisible' qui soutient les actions US (la main de la FED qui dépose 4Mds$ par jour sur un coin de son guichet) ne prend même pas la peine de rester discrète ce mardi.

Les indices sont fermement maintenus en hausse (cela va de soi) mais également au sein d'un corridor de fluctuation d'une étroitesse surnaturelle (moins de 0,3% de volatilité sur le 'Dow' ou le 'S&P' durant plus de 5 heures et demi de cotations).

Le CAC40 a lui aussi été soutenu mais il n'est pas parvenu à se maintenir au-dessus des 3.750Pts.
Neanmoins, la bourse de Paris -avec un gain de +0,55%- surperforme très largement les autres places européennes qui terminent pratiquement toutes dans le rouge (-0,31%) du fait notamment de la chute de -1,85% de Madrid, de -1,2% de Lisbonne et -0,95% de Milan.
Hors zone Euro, Londres parvient à grappiller +0,35% et Zurich, soutenu pas ses banques, a gagné +0,5%.

Le cavalier seul du CAC40 (qui s'est confirmé au fil des heures, l'indice gagnant jusqu'à +1% vers 15H30) est assez étonnant, l'indice bénéficiait clairement de la forte hausse de 2 poids lourds: Sanofi avec +2% et EDF avec +2,4%.
Les volumes s'avèrent inférieurs de 20% à la hausse par rapport à ceux enregistrés lors du repli survenu la veille (à 2,87MdsE contre 3,5MdsE).

La bonne tenue de Wall Street ne se dément pas ce soir malgré une chute de -4,6% des ventes de maisons neuves en février (une stabilité était attendue) et des commandes de biens durables au moins de février qui ne sont pas si 'bullish' que le marché semble le croire en s'attachant aux détails.

Le score de +5,7% en février peut sembler flatteur après un mois de janvier très médiocre (-4,9%): ce sursaut était attendu car il dépend très largement des ordres d'achat passés par Boeing et dans une moindre mesure par le Pentagone.
Les commandes de Boeing ont bondi de +95,3% (après -24 en janvier) et cela fait vraiment toute la différence car hors secteur aéronautique, le chiffre de février s'avère négatif de -0,5% et hors armement, le score est carrément de -2,7%.
C'est la première baisses enregistrée en 6 mois, avec une chute de -4,4% dans la sidérurgie, -2,2% dans les machines outils et -7,6% dans le secteur 'équipement de réseau'.

Bilan positif pour le secteur automobile avec une hausse de +3,8%.

Du côté des prix immobiliers, une nouvelle progression de 0,1% (le plus petit écart mesurable) a été enregistrée en février après +0,2% en janvier et les prix ont enregistré une hausse de +8,3% sur 12 mois, la plus forte depuis début 2007 (fin de la bulle immobilière).

Pour en revenir à Paris, la hausse est d'autant plus remarquable que le Dollar ne bouge pas (il prend même quelques fractions à 1,2850/E) et ne traduit donc pas la moindre remontée de 'l'appétit pour le risque').

Parmi les vedettes du jour, on notait également Michelin (+3%, suite à une recommandation d'HSBC), Vinci et Lafarge (+1,9 et +2,25%), LVMH +1,5%.
Inversement, EADS (-1,1%) et France Télécom (-1,9%) sont les seuls replis notables au sein du CAC40 (Vivendi ne cédait que -0,77%).

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance