BFM Patrimoine

Paris: ne réagit guère à la croissance américaine.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - C'était le chiffre le plus attendu de la semaine mais il ne provoque pratiquement aucune réaction sur les marchés. Le PIB américain progresse de +2,5% au lieu d'un consensus médian de +3% mais les dépenses des ménages aur

(CercleFinance.com) - C'était le chiffre le plus attendu de la semaine mais il ne provoque pratiquement aucune réaction sur les marchés.

Le PIB américain progresse de +2,5% au lieu d'un consensus médian de +3% mais les dépenses des ménages auraient progressé de +3,2% au lieu de +2,8% attendu... alors que les derniers chiffres concernant la consommation dans les grandes surfaces US sont faibles.

Le CAC40 qui se repliait de -1,2% ce midi ne perd plus que -0,75% à 3810, points, tandis que le FTSE et le DAX reculent respectivement de 0,5% et 0,4%.
Les valeurs françaises engrangent donc +4,3% sur l'ensemble de la semaine, ce qui s'avère très supérieur à la performance 'hebdo' des indices US: le S&P500 qui s'effrite de -0,2% cet après-midi affiche +1,75% depuis lundi, malgré 4 séances de hausse consécutive.

Le PIB américain suscite donc peu d'effervescence: 'Plusieurs éléments rendent cette publication moins importante qu'à l'ordinaire', souligne pour sa part Aurel BGC. Ainsi, les données collectées dans cette version préliminaire portent essentiellement sur les mois de janvier et février, le BEA réalisant une projection sur mars. 'Le chiffre pourra être révisé à la baisse, un net ralentissement étant intervenu le mois dernier', prévient donc le bureau d'études.

Par ailleurs, le rebond de la croissance s'explique essentiellement par des facteurs ponctuels comme un rebond de la formation de stocks. En outre, la baisse des dépenses fédérales ('séquestres') va lourdement peser sur la croissance aux second et troisième trimestres. 'La dynamique de la croissance va changer et cet indicateur n'indique donc rien sur l'avenir', avertissent enfin les spécialistes.

A 15h55, toujours aux Etats-Unis, paraîtra la confiance des consommateurs du Michigan pour avril, attendue en petite hausse en donnée définitive, à 73,5, contre 72,3 en donnée préliminaire.

Barclays Bourse dit rester prudent à quelques jours de la réunion de la BCE, prévue le 2 mai. 'Il n'est pas garanti que la BCE baisse les taux et annonce de nouvelles mesures non conventionnelles dès cette réunion', estiment les gérants. 'D'autant plus que l'Allemagne ne semble pas favorable à un geste supplémentaire', ajoutent-ils.

Du côté des valeurs, Alcatel-Lucent perd 3,6% à un 1,04E, malgré la publication d'un chiffre d'affaires de 3,23 milliards d'euros au premier trimestre (le consensus attendait 3,18 milliards d'euros) et d'une marge brute de 29,4% (là le consensus attendait 28,6%).

PPR décroche de 6,7% à 167 euros, avec un chiffre d'affaires en croissance organique de 3% au premier trimestre, à 2,4 milliards d'euros, une performance inférieure aux attentes du marché.

Total lâche 1,9% à 37,5 euros, après avoir dévoilé un bénéfice net ajusté en baisse de 7% au premier trimestre, pour une production d'hydrocarbures en repli de 2%.

Saint-Gobain se replie de 0,9% à 30,2 euros, avec un chiffre d'affaires trimestriel de 9.674 millions d'euros, en baisse de 4,8% par rapport au premier trimestre 2012 (10.162 millions d'euros).

Au sein du SRD, après sa chute de -13% de la veille (suite à un 'profit warning'), Bull lâche -2,5% supplémentaires à 2,50E

Vinci (+3,8% à 36,8 euros), Euler Hermès (+1,2% à 69,5 euros) et Areva (+1% à 12,2 euros) progressent, suite à la publication de leurs chiffres de 1er trimestre.

Artprice bondit de 3,5% après avoir dévoilé les termes de son partenariat avec Escrow.com, un groupe californien spécialisé dans les transactions sécurisées sur Internet.

Nexity prend 1,6% à 27,5 euros, dans le sillage d'un relèvement de recommandation de HSBC, de 'neutre' à 'surpondérer' avec un objectif de cours porté de 30 à 30,5 euros.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance