BFM Patrimoine

Paris: les statistiques américaines vont faire diversion.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les investisseurs semblent moins catastrophés par l'hypothèse d'une intervention en Syrie, dont les contours ne sont pas encore dessinées. Vers 14h20, le CAC 40 grimpe de 0,3% à 3972 points, tandis que le FTSE et le DAX ava

(CercleFinance.com) - Les investisseurs semblent moins catastrophés par l'hypothèse d'une intervention en Syrie, dont les contours ne sont pas encore dessinées.

Vers 14h20, le CAC 40 grimpe de 0,3% à 3972 points, tandis que le FTSE et le DAX avancent respectivement de 0,8% et 0,2%.

'Les craintes d'une réponse militaire américaine contre le gouvernement syrien se sont estompées', souligne Emman Xuereb, trader chez RTFX.

A ce stade, l'hypothèse d'une intervention militaire en Syrie ne modifie pas le scénario de Barclays Bourse de marché haussier à moyen-terme. 'Dans ce contexte, un retour vers des valeurs refuges est à privilégier', indiquent les gérants.

'Cette séance est à prendre avec prudence puisqu'elle s'apparente plus à un leurre technique qu'à la fin d'une tendance baissière débutée depuis le début de la semaine et qui n'est pas sans cacher une nervosité des investisseurs', prévient de son côté Saxo Banque.

'Bien que la crainte d'une intervention imminente sur le territoire syrien soit davantage prise en compte dans les cours, la forme qu'elle prendra reste une interrogation auprès des opérateurs', ajoutent les spécialistes, précisant que'selon des responsables de l'administration Obama, elle ne se limiterait qu'à une campagne ponctuelle de tirs de missiles qui pourrait ne durer que deux jours'.

Autre sujet d'intérêt, à 14h30, paraîtra la deuxième estimation du PIB américain pour le deuxième trimestre, attendu en progression d'un peu plus de 2%. Au même moment, seront publiées les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage, pour lesquelles le consensus table sur un repli à 330.000.

Sur le front des valeurs, Carrefour caracole en tête du CAC, s'adjugeant 4,2% à 23,7 euros, avec des résultats semestriels légèrement supérieurs aux attentes grâce à la vigueur de ses activités en France.

Gemalto prend pas loin de 2% à 85,4 euros, après avoir enregistré un semestre solide, marqué notamment par un chiffre d'affaires record, et s'être dit en bonne voie pour atteindre ses objectifs en 2013.

Wendel gagne 3,5% à 93,3 euros, alors que d'une manière générale, les sociétés du groupe ont réussi à améliorer leur profitabilité sur les six premiers mois de l'année.

Vivendi avance de 2,7% à 15,8 euros, suite à l'ajustement en légère baisse de ses prévisions de chiffre d'affaires et/ou de résultats 2013 de plusieurs filiales, dont SFR et GVT.

A l'inverse, Pernod Ricard accuse une baisse de 2,2% à 88,6 euros, bien que le groupe a fait état d'une 'solide performance', conforme à ses objectifs, pour l'exercice 2012/2013.

Essilor lâche 1,6% à 83,3 euros, avec une croissance organique moins bonne que prévu sur les six premiers mois de l'année.

ADP se replie de 1,2% à 74,4 euros, suite à l'annonce de résultats impactés par la forte hausse des dotations aux amortissements liée à l'ouverture de nouvelles infrastructures en 2012.

Eiffage recule de 2,6% à 40,7 euros, bien que le groupe a publié une hausse du résultat net de 13,7% au premier semestre, à 58 millions d'euros, et une marge opérationnelle à 7,9%, contre 7,5% au premier semestre 2012.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance