BFM Patrimoine

Paris: inversion de tendance imprévue,BCE reste accommodante

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le scénario est assez inattendu: la journée avait bien commencé, le CAC40 n'a pas tardé à se hisser vers 4.278Pts tandis que les indices paneuropéens débordaient leurs zénith annuel 2013 et 2014. Mais la tendance s'est r

(CercleFinance.com) - Le scénario est assez inattendu: la journée avait bien commencé, le CAC40 n'a pas tardé à se hisser vers 4.278Pts tandis que les indices paneuropéens débordaient leurs zénith annuel 2013 et 2014.

Mais la tendance s'est radicalement inversée en milieu d'après-midi et là encore, il est difficile d'incriminer un élément d'actualité en particulier: peut être le test de résistances indicielles majeures sans élément fort pour soutenir la poursuite de la hausse a t'il conduit à un renoncement des acheteurs et un débouclement de certaines positions spéculatives constituées avant la conférence de presse de la BCE.

Le CAC40 cède -0,85% à 4.225Pts (dans un volume de 3,3MdsE qui n'a pas été gonflé de 36% en clôture comme la veille) tandis que l'Euro-Stoxx50 abandonne -0,66% et repasse sous les 3.100 après avoir inscrit un record annuel à 3.130Pts (le DAX finit en baisse de -0,8%, Londres lâche 0,45%).

C'est de Wall Street qu'est parti le mouvement de baisse avec un recul de -0,5% du Dow Jones et de -0,55% du Nasdaq en fin d'après midi.

A la mi-séance, les principaux indices tentent de reprendre le terrain perdu puisque le 'Dow' et le 'S&P' ne s'effritent plus que de -0,1% tandis que le Nasdaq recule de -0,2%.
La tendance reste cependant négative depuis le 2 janvier et les opérateurs semblent jouer la prudence à la veille de la parution des chiffres de l'emploi US ce vendredi.
La crainte demeure que le chômage recule sous les 7% suite à des embauches plus nombreuses en décembre (plus de 200.000 d'après le consensus), ce qui inciterait la FED à poursuivre la réduction de son programme d'injection monétaire à un rythme de -10Mds$ par mois, jusqu'à son extinction au début de l'automne prochain.

Le scénario de l'embellie sur le front de l'emploi aux USA est corroboré par des inscriptions hebdomadaires en repli de -15.000 à 330.000.

Les marchés européens n'ont réagi sur le coup ni à ces chiffres ni au maintien des taux directeurs par la Bank of England et la BCE.

La séance a été assez volatile sur le front des devises avec un Dollar qui se redresse finalement de +0,2% à 1,3595/E.

Mario Draghi a éteint une quantité d'espoirs diffus concernant une initiative de la BCE visant à contrer des pressions déflationnistes.

Mais le patron de la BCE dément tout risque de scénario à la japonaise et place ses espoirs dans un retour de la croissance et du niveau des prix vers l'objectif des 2% à moyen terme.

La BCE maintiendra d'ici là une politique monétaire très accommodante, notamment en regard d'un taux de chômage global de 12% qui reste 'inacceptablement trop élevé'.

Sur le front des valeurs, le secteur du luxe pèse sur la tendance avec un repli de -4% sur Kering et -2,3% sur LVMH (l'Oréal perd -1,3%).

Alcatel-Lucent perd -4,6% et finit lanterne rouge du CAC40.

Havas cède 4,4%, suite à l'annonce du départ de David Jones, le patron d'Havas Worldwide. C'est Yannick Bolloré qui reprendra ses fonctions.

Arkema perdait 3,12%, après avoir ajusté à la baisse ses prévisions pour 2013 en raison d'événements exceptionnels et de volumes plus faibles qu'attendus de gaz fluorés.

Derichebourg perd 0,6%, après avoir terminé son exercice 2012/2013, clos le 30 septembre dernier, sur une perte nette part du groupe de 32,1 millions d'euros contre un bénéfice de 46,5 millions un an plus tôt.

Danone (-0,7%) a annoncé vouloir fixer les conditions de la poursuite de sa collaboration avec Fonterra et engage des procédures juridiques.

Côté hausses, Essilor fait aujourd'hui l'unanimité avec +1,25%, Technip et Michelin se redressent de +0,7%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance