BFM Patrimoine

Paris: en territoire négatif malgré le PIB américain.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Branchée sur courant alternatif, la Bourse de Paris a brutalement rebasculé dans le rouge vers 15h00. Elle continue de creuser ses pertes à l'approche de la clôture. Vers 16h20, le CAC 40 cède 0,7% à 4.334 points. Le PIB

(CercleFinance.com) - Branchée sur courant alternatif, la Bourse de Paris a brutalement rebasculé dans le rouge vers 15h00. Elle continue de creuser ses pertes à l'approche de la clôture.

Vers 16h20, le CAC 40 cède 0,7% à 4.334 points.

Le PIB de la première économie mondiale a pourtant grimpé de 4% au deuxième trimestre en rythme annualisé, a indiqué le Département du commerce, contre 3,1% environ attendus par les économistes.

De quoi, du moins pouvait-on le croire, surmonter sans difficulté le chiffre décevant des créations d'emplois dans le secteur privé américain ce mois-ci. 218.000 nouveaux postes ont été comptabilisés par le cabinet de services aux entreprises ADP, après 281.000 en juin et contre environ 230.000 anticipés.

Las ! La séance est à l'image de ces dernières semaines sur le marché parisien : incertaine et volatile, les investisseurs étant tiraillés entre indicateurs macroéconomiques encourageants aux Etats-Unis, manque de visibilité concernant la reprise en zone euro, aggravation des tensions géopolitiques.

Dans l'immédiat, ces derniers attendent aussi les conclusions de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

'La Banque centrale va, naturellement, poursuivre son tapering , mais la réaction des investisseurs dépendra des quelques phrases dans le communiqué final', anticipe Aurel BGC.

'Un autre tapering de 10 milliards est à attendre et se fera sans surprise', estime pour sa part un trader en poste chez RTFX Ltd.
Sur le front des valeurs, Airbus Group (+3,9% à 45,4 euros) est en tête de l'indice phare après avoir fait état ce matin d'une hausse de moitié de son résultat net semestriel. Cette progression très significative tend à faire oublier des prises de commandes faibles - 27,7 milliards d'euros contre 95,6 milliards à l'issue du premier semestre 2013 - aux yeux des investisseurs.

A l'autre extrémité du palmarès, Lafarge décroche de 4,3% à 58,6 euros dans le sillage de la publication des comptes semestriels de son homologue suisse Holcim, avec lequel des discussions sont en cours en vue d'une fusion d'égal à égal et qui a vu son résultat net part du groupe reculer de 14,9% à 485 millions de francs suisses.

Hors CAC 40, Peugeot s'adjuge 6% à 11,3 euros. Le redressement du constructeur automobile se confirme, ainsi qu'en témoigne la division par quatre de sa perte nette part du groupe, bonne nouvelle assortie d'une reconduction des prévisions pour 2014, notamment en termes de free cash flow.

Séance difficile en revanche pour Rexel, qui perd 4,6% à 14,8 euros après réajustement de ses prévisions annuelles en termes de rentabilité.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance